Le républicain Steve King refuse d’effacer un retweet d’un néo-nazi britannique
Rechercher

Le républicain Steve King refuse d’effacer un retweet d’un néo-nazi britannique

Le législateur républicain ne s’excusera pas pour son message anti-immigration repris à Mark Collett

Steve King, représentant républicain de l'Iowa à la Chambre des représentants des États-Unis. (Crédit : domaine public)
Steve King, représentant républicain de l'Iowa à la Chambre des représentants des États-Unis. (Crédit : domaine public)

L’élu républicain Steve King a déclaré mardi que même s’il n’avait pas réalisé qu’il avait retweeté un message d’un néo-Nazi britannique bien connu, il n’effacera pas le tweet.

S’exprimant à CNN, l’élu de l’Iowa a dit qu’il ne retirera pas le message « parce qu’alors, cela donnerait l’impression que j’admets que j’ai fait quelque chose, maintenant j’en suis désolé. Je ne suis pas désolé. Je suis humain ».

Mardi, AshLee Strong, la porte-parole du président de la Chambre des Représentants Paul Ryan, a publié un communiqué sur la polémique, déclarant que « le président a déclaré à de nombreuses reprises que les Nazis n’ont pas de place dans notre politique, et clairement les membres du Congrès ne devraient pas avoir de lien avec quiconque faisant la promotion de la haine ».

Le 12 juin, King a écrit : « L’Europe se réveille… L’Amérique aussi… à temps ? » en l’associant au tweet anti-immigration de Mark Collett.

Collett est l’un des profils les plus importants de nationalistes britanniques et un sympathisant nazi auto-proclamé.

Il est l’ancien président de la section jeunesse du Parti National Britannique, un mouvement politique ultra-nationaliste. Collett a été exclu de son propre parti en 2010, après avoir été soupçonné de vouloir organiser une tentative de meurtre du chef BNP de l’époque. Il a été interrogé par la police et libéré sous caution.

Collett a auparavant exprimé son admiration pour Adol Hitler, il a qualifé le SIDA de « maladie amicale puisque les noirs, les drogués et le gays l’ont » et a qualifié les demandeurs d’asyle de « cafards ».

Dans un documentaire de 2002 intitulé « Jeune, Nazi et Fier », Collett a déclaré : « Les Juifs ont été expulsés de tous les pays, y compris l’Angleterre. Regardons les choses en face, quand cela a lieu autant de fois, ce n’est pas seulement une persécution : il n’y a pas de fumée sans feu ».

Collett est aussi souvent l’invité dans l’émission de radio de David Duke, un ancien dirigeant du Ku Klux Klan.

Le tweet n’était pas la première fois que King a créée la polémique pour des déclarations controversées. L’élu avait auparavant dit que les Etats-Unis ne devraient pas s’excuser pour l’esclavage, il avait mis en doute le lieu de naissance du président américain Barack Obama et avait déclaré que les civilisations blanches étaient supérieures aux autres.

En mars 2017, King avait été sous le feu des critiques pour avoir déclaré que les Etats-Unis ne peuvent pas restaurer « notre civilisation avec les bébés de quelqu’un d’autre », et pour avoir prévenu d’une volonté des libéraux de détruire la civilisation occidentale par l’immigration.

En décembre de cette année, King a tweeté un lien vers un article citant le Premier ministre Viktor Orban déclarant que « mélanger les cultures ne conduira pas à une meilleure qualité de vie, mais à une moins bonne ». King a répété la citation d’Orban, ajoutant son propre commentaire : « La diversité n’est pas notre force ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...