Le roi de Jordanie : le caractère arabe de Jérusalem sera préservé
Rechercher

Le roi de Jordanie : le caractère arabe de Jérusalem sera préservé

Abdallah II a dit à l'ONU que des groupes extrémistes comme l'EI avaient causé "une troisième guerre mondiale" à laquelle "nous devons répondre avec la même intensité"

Le roi Abdallah II de Jordanie devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York le 28 septembre 2015 (Capture d'écran: YouTube)
Le roi Abdallah II de Jordanie devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York le 28 septembre 2015 (Capture d'écran: YouTube)

La Jordanie ne permettra aucune menace au caractère arabe de Jérusalem, a déclaré lundi le roi Abdallah II de Jordanie à l’Assemblée générale de l’ONU, quelques heures après que les forces de sécurité israéliennes se soient à nouveau affrontées avec des émeutiers musulmans sur le site du mont du Temple.

« La tutelle hachémite est un devoir sacré », a déclaré Abdallah.

« Nous rejetons les menaces contre les lieux saints et contre le caractère arabe de cette ville sainte. »

Le roi faisait allusion à un accord de 2013 avec le président Mahmoud Abbas qui confie au roi la défense des Lieux saints musulmans à Jérusalem.

L’accord a confirmé un accord verbal datant de 1924 qui accordait aux dirigeants du royaume hachémite la tutelle sur les lieux saints musulmans.

Lorsqu’Israël a conquis la Vieille Ville en 1967, il a accepté que le Waqf musulman continue à administrer les sites saints musulmans du site.

Abdallah II a noté qu’il a qualifiée la montée de groupes extrémistes comme l’État islamique dans sa région, et la crise qu’ils ont provoquée, de « troisième guerre mondiale, et je crois que nous devons répondre avec la même intensité. »

« Les réfugiés syriens constituent à eux seuls 20 % de la population de mon pays », a déclaré le souverain hachémite, ajoutant que la Jordanie et le Liban ont été depuis quatre ans « les principales victimes » des retombées de la guerre civile syrienne, qui a déplacé des millions de personnes fuyant la violence brutale.

Il a appelé à une plus grande aide de la communauté internationale, en disant qu’il était « grand temps » que le monde fasse plus pour aider.

Le roi a également fait une défense sincère du côté plus chaleureux de l’islam, face aux « hors la loi de l’islam qui opèrent à l’échelle mondiale aujourd’hui. »

Dans son allocution, il a demandé aux dirigeants du monde, « Quand et comment la peur et l’intimidation se sont glissées insidieusement dans notre conversation alors qu’il y a tellement plus à dire sur l’amour de Dieu ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...