Le roi de Jordanie refuse de parler à Netanyahu
Rechercher

Le roi de Jordanie refuse de parler à Netanyahu

Les diplomates américains exhortent en vain Abdallah II d'aider à résoudre les tensions au mont du Temple avec le Premier ministre

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Le roi Abdalla II de Jordanie (Crédit : Capture d'écran YouTube/INA Politique)
Le roi Abdalla II de Jordanie (Crédit : Capture d'écran YouTube/INA Politique)

Le roi de Jordanie, Abdallah II, refuse de rencontrer, ou même de s’entretenir avec, le Premier ministre Netanyahu au sujet des tensions au mont du Temple, a indiqué des sources arabes au Times of Israel jeudi.

Selon les sources, les diplomates américains ont exhorté le roi à aider à calmer les tensions en communicant directement avec Netanyahu.

Mais le roi n’a jusqu’ici pas été prêt à accueillir ni même à parler au téléphone avec le Premier ministre, selon les mêmes sources, parce qu’il croit que Netanyahu présenterait leur dialogue comme la preuve que « tout se passe comme d’habitude » dans les relations israélo-jordaniennes.

Le cabinet du Premier ministre d’Israël n’a fait aucun commentaire à ce sujet.

La semaine dernière, Abdallah II a averti que les relations bilatérales seraient affectées par les nouvelles provocations israéliennes sur le site.

Les responsables israéliens avaient alors répondu, de manière anonyme, que la Jordanie était en partie à blâmer pour les récentes poussées de violence, dans la mesure où le Waqf nommé par les Jordaniens, qui gère les sites saints musulmans du site, a permis aux jeunes Palestiniens de stocker des armes à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa.

Le journal Rai Al-Youm, édité par le journaliste anti-israélien, Abdel Bari Atwan, a indiqué jeudi qu’Abdallah avait repoussé plusieurs tentatives de Netanyahu de parler avec lui.

Le journal a précisé que la Jordanie a changé sa réponse au regard de la recrudescence des tensions : d’une part, il ne s’est pas empressé de rappeler son ambassadeur de Tel Aviv et d’autre part, le roi ne parle pas de Netanyahu.

Lors des précédentes recrudescences des tensions, les contacts entre Netanyahu et le roi s’étaient conclus par des promesses faites par Israël d’éviter de prendre des mesures provocatrices, telles que les visites de responsables politiques sur le mont du Temple.

Dimanche dernier, toutefois, le ministre de l’agriculture de HaBayit HaYehudi, Uri Ariel, s’est rendu sur le mont.

Nonobstant les tensions bilatérales, les relations de sécurité entre Israël et la Jordanie sont maintenues pour le moment. La Jordanie devrait fournir à Israël une aide grâce à ses services de renseignements dans divers domaines, y compris en ce qui concerne la présence de groupes affiliés à l’Etat islamique près de la frontière avec la Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...