Le Royaume-Uni avait un plan pour protéger la famille royale des nazis
Rechercher

Le Royaume-Uni avait un plan pour protéger la famille royale des nazis

Les détails de l’opération top-secrète sont publiés après la mort d’un officier d’élite impliqué dans l’empêchement d’un complot d’Hitler pour forcer Londres à se rendre

De gauche à droite : la princesse Elizabeth, la reine Elizabeth, Winston Churchill, le roi George VI et la princesse Margaret au balcon de Buckingham Palace, le 8 mai 1945. (Crédit : Wikimedia Commons/domaine public)
De gauche à droite : la princesse Elizabeth, la reine Elizabeth, Winston Churchill, le roi George VI et la princesse Margaret au balcon de Buckingham Palace, le 8 mai 1945. (Crédit : Wikimedia Commons/domaine public)

Les autorités britanniques avaient mis au point un plan secret pendant la Seconde Guerre mondiale pour évacuer la famille royale de Londres et la sauver d’un potentiel enlèvement nazi, selon un nouveau livre.

Andrew Stewart, l’auteur de The King’s Private Army (L’armée privée du roi), a déclaré au Daily Mail que le projet avait été élaboré après des informations selon lesquelles Adolf Hitler avait ordonné l’enlèvement de la famille royale pour forcer les Britanniques à se rendre pendant la guerre.

« Selon des sources allemandes, Hitler avait conçu un plan pour que les bombardiers lancent une attaque en piqué sur le centre de Londres. Ensuite, les parachutistes, qui auraient sauté depuis des avions volant à basse altitude, auraient atterri sur les terres de Buckingham Palace, et capturé tous les membres possibles de la famille royale », a déclaré Stewart.

Il a été demandé au roi George VI, à sa femme Elizabeth et à leurs deux filles, Elizabeth (qui est à présent la reine Elizabeth II) et Margaret, de garder des valises prêtes pour une évacuation d’urgence de Buckingham Palace vers un manoir privé de Worcestershire, dans le centre de l’Angleterre.

De la nourriture et des armes étaient « secrètement stockées » à Madresfield Court, et les fermiers du coin « formés à assassiner les Allemands et à faire exploser des véhicules » avaient été recrutés pour aider à défendre la famille royale en cas de besoin.

Adolf Hitler et Hermann Göring au balcon de la Chancellerie, à Berlin, le 16 mars 1938. (Crédit : Bundesarchiv, Bild/Wikipedia)
Adolf Hitler et Hermann Göring au balcon de la Chancellerie, à Berlin, le 16 mars 1938. (Crédit : Bundesarchiv, Bild/Wikipedia)

Le projet, surnommé « opération Cheval de Bois », impliquait 200 membres des gardes d’élite Coldstream, menés par le lieutenant colonel James Coats, qui commandait « l’armée du roi » citée dans le titre du livre de Stewart. Le projet avait également prévu une évacuation d’urgence du gouvernement britannique vers Stratford-upon-Avon, le lieu de naissance de Shakespeare, également situé dans le centre de l’Angleterre.

Selon Stewart, le niveau de secret était tel qu’aucun ordre écrit n’a jamais été rédigé, et que « les destinations n’étaient évoquées que par des noms de code contenus dans des enveloppes scellées. » Aucune troupe supplémentaire n’a été déployée à Madresfield Court, qui était protégé par ses propres douves.

Madresfield Court, un manoir du 12e siècle situé dans le centre de l'Angleterre, était au coeur d'un projet pour empêcher l'enlèvement par les nazis de la famille royale pendant la Seconde Guerre mondiale. (Crédit : Trevor Rickard/CC BY-SA 2.0/Wikimedia Commons)
Madresfield Court, un manoir du 12e siècle situé dans le centre de l’Angleterre, était au coeur d’un projet pour empêcher l’enlèvement par les nazis de la famille royale pendant la Seconde Guerre mondiale. (Crédit : Trevor Rickard/CC BY-SA 2.0/Wikimedia Commons)

Le Mail a annoncé que la plupart des informations du livre ont été fournies par Sir Jeffrey Darell, officier de Coldstream impliqué dans le projet. Darell, qui avait insisté pour que les informations soient gardées secrètes jusqu’à sa mort, est décédé en 2013.

Le plan n’a jamais été mis en œuvre, puisque Hitler s’est concentré sur le front russe suite à la défaite nazie dans la bataille d’Angleterre de 1940.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...