Rechercher

Le Royaume-Uni veut renforcer ses liens économiques avec Israël

La ministre britannique du Commerce international Anne-Marie Trevelyan doit rencontrer mercredi la ministre israélienne de l'Économie Orna Barbivai

A droite : Orna Barbivai, ministre israélienne de l'Economie. A gauche : Anne-Marie Trevelyan, secrétaire d'État britannique au Commerce international. 
(Crédits :  Michael Shvadron/unité du porte parole de Tsahal et Chris McAndrew)
A droite : Orna Barbivai, ministre israélienne de l'Economie. A gauche : Anne-Marie Trevelyan, secrétaire d'État britannique au Commerce international. (Crédits : Michael Shvadron/unité du porte parole de Tsahal et Chris McAndrew)

Londres a annoncé mardi vouloir renforcer ses liens économiques avec Israël dans le cadre d’accords négociés tous azimuts à la suite du Brexit.

La ministre britannique du Commerce international Anne-Marie Trevelyan doit rencontrer mercredi la ministre israélienne de l’Économie Orna Barbivai « pour lancer les préparatifs d’un nouvel accord commercial qui approfondira les liens économiques entre des alliés de longue date », a précisé Londres dans un communiqué.

Cette annonce est faite « à l’occasion d’une visite de trois jours en Israël et dans les territoires palestiniens occupés » de Mme Trevelyan, qui doit aussi se rendre à Ramallah « pour y rencontrer le ministre de l’Économie nationale » de l’Autorité palestinienne (AP) Khaled Osaily et « renforcer les liens entre les entreprises technologiques britanniques et palestiniennes », a expliqué le gouvernement britannique.

Le Royaume-Uni avait déjà signé un accord commercial post-Brexit avec Israël et il s’agit désormais de négocier un « accord commercial amélioré », visant notamment à renforcer la coopération dans les industries technologiques.

Londres a affirmé dans son communiqué ouvrir une période de consultation de huit semaines auprès du public et des entreprises, avant des négociations censées débuter plus tard cette année. Le Royaume-Uni compte aussi organiser un sommet sur l’innovation entre les deux pays au printemps.

Depuis le Brexit, le Royaume-Uni a déjà obtenu des accords avec l’UE, de loin son premier partenaire commercial, l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, ou encore avec des pays européens non-membres de l’UE, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.

Le pays discute avec l’Inde, a lancé des négociations pour un accord de libre-échange avec les six pays arabes du Golfe et cherche aussi à renforcer ses liens commerciaux avec les États-Unis, sans avoir pu décrocher pour l’heure de promesse de Washington.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...