Le « salut nazi » est protégé par la liberté d’expression – école du Wisconsin
Rechercher

Le « salut nazi » est protégé par la liberté d’expression – école du Wisconsin

L'administratrice du District a écrit que ses élèves ne seraient pas sanctionnés car "il n'est pas possible de connaître les intentions réelles des personnes impliquées"

Un groupe de lycéens de Baraboo,  dans le Wisconsin, fait un salut sur une photo publiée le 11 novembre 2018.  A l'arrière, à droite, Jordan Blue, qui n'a pas salué (Capture d'écran :  Twitter)
Un groupe de lycéens de Baraboo, dans le Wisconsin, fait un salut sur une photo publiée le 11 novembre 2018. A l'arrière, à droite, Jordan Blue, qui n'a pas salué (Capture d'écran : Twitter)

Un conseil d’administration du Wisconsin a expliqué que le droit à la liberté d’expression impliquait l’impossibilité de sanctionner des élèves qui ont été photographiés en train faire ce qui a semblé être le salut nazi, sur les escaliers d’un tribunal local.

Dans un courrier envoyé lundi, l’administratrice de district de l’école de Baraboo, Lori Mueller, a expliqué qu’il était difficile d’établir ce qui était arrivé immédiatement avant la prise du cliché.

« Comme nous l’avons déjà dit auparavant, nous ne pouvons pas savoir quelles étaient les intentions réelles des élèves impliqués », a écrit Mueller selon le site internet Madison.com. « De plus, en raison des droits garantis aux élèves par le Premier amendement, le district n’est pas en position de sanctionner les élèves pour leurs agissements ».

Mueller a également noté que le district prenait des initiatives pour reconstruire les relations communautaires et la confiance suite à cette controverse.

Le parent qui a pris la photo a indiqué qu’il avait seulement demandé aux adolescents de dire au revoir à leurs parents avant qu’ils ne se rendent à leur bal de promotion et qu’il n’aurait jamais pensé que l’image pourrait entraîner de si importantes condamnations.

Mais Pete Gust, dont le fils figure sur la photo, explique avoir compris pourquoi le cliché de 60 jeunes adolescents prenant la pose devant le tribunal du Sauk County de Baraboo, au printemps dernier, a pu choquer. Environ deux tiers des garçons ont le bras droit tendu.

« Ce qu’on voit n’est pas bien », a déclaré Gust à l’Associated Press, ajoutant : « Il n’y a jamais eu seulement l’idée de ça… Il n’y a rien eu d’intentionnel d’aucune manière, de volonté de simuler quoi que ce soit de choquant ».

Mais l’un des élèves de la photo qui n’a pas levé le bras, Jordan Blue, a déclaré penser que certains avaient eu l’intention de faire le salut nazi pour plaisanter.

« C’était vraiment irrespectueux vis-à-vis de ce en quoi je crois et ça a été une représentation très mauvaise de notre classe et de l’école de district de Baraboo parce que, bien sûr, l’école ne soutient pas ce genre d’agissement et c’est un district qui offre de nombreuses opportunités aux élèves », a dit Blue au journal Baraboo News Republic. « C’est quelque chose que je n’oublierai jamais ».

Gust avait publié cette photo sur le site de son entreprise de photographie, Wheel Memories. Il l’a ensuite supprimée et publié des excuses après sa réapparition sur les réseaux sociaux où elle a été largement partagée au début du mois, suscitant de fortes critiques individuelles et de la part des organisations juives.

Le président du conseil d’administration de l’école de Baraboo, Kevin Vodak, soulignant qu’il parlait à titre privé, a déclaré que le cliché « m’a profondément déçu, scandalisé, interloqué et mis en colère ».

« La photo a secoué ce qui est au coeur de ma conviction personnelle et qui est que nous, en tant que communauté et en tant aussi que district scolaire, devons nous montrer tolérants, inclusifs, acceptant et admettant tous ceux qui sont différents de nous », a-t-il ajouté.

Le mémorial et musée d’Auschwitz-Birkenau en Pologne est l’un de ceux qui ont critiqué le cliché sur les réseaux sociaux.

« Voilà la raison pour laquelle, chaque jour, nous oeuvrons âprement à éduquer. Nous devons expliquer quel est le danger de cette idéologie de haine qui est en train de relever la tête », a commenté le mémorial sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...