Le Salvador dément les rumeurs de déplacement de son ambassade à Ramallah
Rechercher

Le Salvador dément les rumeurs de déplacement de son ambassade à Ramallah

Le ministère des Affaires étrangères prévoit de supprimer sa représentation au Salvador pour des raisons financières

L'ambassadeur du Salvador en Israël, Werner Matias Romero Guerra, à Jérusalem le 9 novembre 2015. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)
L'ambassadeur du Salvador en Israël, Werner Matias Romero Guerra, à Jérusalem le 9 novembre 2015. (Crédit : Isaac Harari/Flash90)

L’ambassadeur du Salvador en Israël a démenti dimanche les informations des médias annonçant que son pays prévoyait de déménager son ambassade en Cisjordanie en réponse aux intentions du ministère des Affaires étrangères de fermer l’ambassade israélienne du pays d’Amérique centrale.

Le nouvel ambassadeur du pays, Werner Matias Romero, a déclaré au Times of Israel que le Salvador « ne pensait même pas » à déménager son ambassade de Tel Aviv.

Cependant, Romero a exprimé sa grave déception en raison de la décision israélienne de fermer sa mission à San Salvador, la capitale, et a déclaré que les autorités salvadoriennes avaient abordé le sujet avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également le ministre des Affaires étrangères israélien.

« Nous sommes très surpris et inquiets de cette décision, a-t-il déclaré. Mon ministère a envoyé une lettre à Netanyahu exprimant cette inquiétude et cette surprise. Nous espérons que le gouvernement d’Israël reconsidère cette décision malheureuse en raison de la relation profonde et ancienne entre le Salvador et Israël. »

En plus de l’ambassade au Salvador, le ministère des Affaires étrangères israélien compte fermer ses consulats à Philadelphie, à Marseille, aux Caraïbes ainsi que son ambassade en Biélorussie.

La décision de fermer des représentations diplomatiques aurait été prise pour libérer des financements nécessaires au renforcement des représentations existantes.

« Je suis arrivé en octobre et nous prévoyions d’approfondir nos liens et de tenir beaucoup d’évènements, d’activités et de programmes communs, donc la décision nous a pris par surprise », s’est plaint Romero.

Il a noté que financer des ambassades est également un problème pour le Salvador, mais qu’Israël en vaut la peine.

« Nous luttons aussi en essayant de trouver assez de ressources pour pouvoir maintenir toutes nos ambassades. Le Salvador a ouvert des ambassades au lieu d’en fermer. Nous considérons l’ambassade israélienne comme l’une des plus importantes. Nous luttons mais sommes déterminés à maintenir notre réseau diplomatique, et maintenir Israël est une priorité. »

« Nous nous sommes vu dire par le ministère des Affaires Etrangères qu’Israël s’étendait vers les pays d’Amérique Latine, a-t-il continué. L’Amérique centrale, bien qu’elle soit petite, compte 55 millions d’habitants, et est très importante économiquement. Le Salvador a été d’un grand soutien en autorisant Israël à rejoindre le Système d’intégration centraméricain en tant que membre extra-territorial. Israël a voulu devenir un membre extraterritorial, et le quartier général est à San Salvador. »

« Nous, au Salvador, connaissons aussi des moments difficiles en terme de sécurité et voyons Israël comme un partenaire important dans cet effort. »

« Je veux répéter que nous sommes déçus mais nous sommes aussi plein d’espoir. Même si Israël a déclaré qu’il allait fermer l’ambassade à la fin 2016, nous essayerons de faire reconsidérer cette décision par le gouvernement. »

Dimanche, le site d’informations Ynet avait cité des sources diplomatiques déclarant que le Salvador avait menacé de fermer son ambassade en Israël et de la déménager en Cisjordanie ou en Egypte parce que les officiels salvadoriens avaient été énervés d’apprendre qu’Israël avait décidé de fermer sa représentation diplomatique à San Salvador.

A l’été 2014, le Salvador avait rappelé son ambassadeur à Tel Aviv pour protester contre l’opération militaire dans la bande de Gaza. Les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères avaient critiqué cette action, déclarant que rappeler des ambassadeurs ne faisait qu’encourager les dirigeants radicaux du Hamas à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...