Le secteur israélien de la cyber-sécurité paralysé par la pénurie d’employés
Rechercher

Le secteur israélien de la cyber-sécurité paralysé par la pénurie d’employés

Selon un rapport publié à l'occasion de la Cyber Week, l'industrie de 20 500 travailleurs a besoin de 800 nouveaux employés par an pour se maintenir à niveau

Image d’illustration d'un hacker (stevanovicigor, iStock par Getty Images)
Image d’illustration d'un hacker (stevanovicigor, iStock par Getty Images)

L’industrie de la cyber-sécurité israélienne manque cruellement de travailleurs et aurait besoin de 800 nouveaux employés d’ici un an pour maintenir son rythme de croissance. La main d’oeuvre est le challenge principal auquel doit faire face cette industrie, selon un nouveau rapport.

L’écrasante majorité (90 %) des managers interrogés pour les besoins de l’enquête mené par la firme IVC Research Center sur l’état de l’industrie de la cyber-sécurité israélienne ont déclaré que la pénurie d’employés est le plus gros problème pesant actuellement sur le secteur. Une rude concurrence provient des employés qualifiés des centres de recherche et développement étrangers qui opèrent en Israël.

IVC a compilé un rapport pour l’Israel National Cyber Directorate, en amont de la Cyber Week, dont le coup d’envoi a été donné cette semaine à l’université de Tel Aviv, avec des experts en cyber-sécurité, des pontes de l’industrie, des start-ups, des investisseurs, des universitaires, des diplomates, des représentants du gouvernement du monde entier, pour débattre des défis que le secteur doit relever.

La pénurie d’employés dans l’industrie reflète un malaise général dans l’industrie nationale de la technologie, qui manque de 15 000 employés qualifiés chaque année, principalement des développeurs et des spécialistes du traitement de données. Cette pénurie cause une montée en flèche des salaires et pousse les firmes à chercher des travailleurs étrangers, selon un rapport rédigé par Start-Up Nation Central et l’Autorité israélienne de l’Innovation et publié en décembre.

Fin 2018, Israël avait 752 sociétés de cyber-sécurité, dont 421 étaient actives, 231 avaient cessé d’opérer et 118 avaient été rachetées, selon le rapport de l’IVC et du Cyber Directorate.

Au cours des cinq dernières années, l’industrie de la cyber-sécurité avait levé 3,9 milliards de dollars et les exportations en 2017 étaient estimées à 5,5/6 milliards de dollars. Les recettes des start-ups de la cyber-sécurité sont estimées à 500-600 millions de dollars pour ces deux dernières années. Aux Etats-Unis, les sociétés israéliennes représentent 34 % du marché de la sécurité des données, et 27 % du marché européen du marché de la sécurité des réseaux et 17 % du marché européen de la sécurité des données, selon le rapport de l’IVC et du Cyber Directorate.

Les investissements dans les firmes de cyber-sécurité en Israël ont dépassé le milliard pour la première fois en 2018, alors que l’intérêt des investisseurs étrangers est monté en flèche, indique un rapport de janvier Start-Up Nation Central, qui observe l’industrie de la technologie en Israël.

L’industrie informatique israélienne est numéro deux après les Etats-Unis et occupe 20 % des investissements en capital-risque à l’échelle mondiale, selon une analyse de  PitchBook et la base de données de Start-Up Nation Central.

A mesure que le monde se numérise et que les maisons et les bureaux sont de plus en plus connectés, la menace de la cyber-sécurité grandit. Le marché de la cyber-sécurité devrait grandir de 248 milliards de dollars d’ici 2023, en démarrant à 123 milliards en 2018, selon la société d’analyses de données MarketsandMarkets.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...