Le Shin Bet démantèle une cellule du Hamas à Hébron
Rechercher

Le Shin Bet démantèle une cellule du Hamas à Hébron

Sept femmes ont été arrêtées ; le groupe est accusé d'avoir transféré des messages et de l'argent aux terroristes présents en Cisjordanie

Une vue générale de la ville de Hébron, en Cisjordanie, avec le tombeau des patriarches, le 18 janvier 2017 (Crédit :  Lior Mizrahi/Flash90)
Une vue générale de la ville de Hébron, en Cisjordanie, avec le tombeau des patriarches, le 18 janvier 2017 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

L’agence de sécurité du Shin Bet a annoncé mardi avoir démantelé une cellule terroriste du Hamas exploitée à partir de la ville-poudrière de Hébron. Sept femmes et deux hommes qui participaient à ses activités ont ainsi été arrêtés au cours des dernières semaines.

Le réseau recrutait des dizaines d’agents et notamment des femmes qui travaillaient en coordination avec le siège du Hamas à Gaza ainsi qu’à l’étranger afin de promouvoir les activités terroristes du groupe, a expliqué le Shin Bet.

La cellule aurait servi à transmettre des messages et à transférer des fonds dans le cadre d’activités terroristes et afin de coordonner des opérations. Le communiqué émis par l’agence sécuritaire n’a pas précisé quels types d’attentats avaient été planifiés par les membres de la cellule.

L’enquête du Shin Bet a révélé que le groupe avait encouragé les activités du Hamas à Hébron et recruté des militants, en coordination avec des mosquées et des prédicateurs, afin d’accroître leur soutien et qu’ils participent à la propagande et au soutien aux familles des terroristes emprisonnés.

Un certain nombre de militants ont été envoyés à l’étranger afin qu’ils rencontrent des responsables du Hamas expulsés après avoir été libérés des prisons israéliennes en 2011, dans le cadre de l’échange du soldat israélien Gilad Shalit.

Ils se sont également rendus en Turquie afin d’y recevoir des fonds destinés au terrorisme, des messages et des instructions, selon le Shin Bet.

Le réseau aurait également tenté de prendre le contrôle des services municipaux dans la ville et de monter des organisations caritatives. Selon les informations de la chaîne Hadashot, le but était de faire du Hamas le leader en Cisjordanie après la mort ou le départ en retraite de Mahmoud Abbas, dirigeant de l’Autorité palestinienne.

La faction du Fatah d’Abbas est engagée dans une lutte acharnée contre le Hamas, et l’Autorité palestinienne, contrôlée par le Fatah, a travaillé en coopération avec Israël afin de réprimer les activités du Hamas en Cisjordanie.

« La découverte de ce réseau prouve une fois de plus que la direction du Hamas dans la bande de Gaza et à l’étranger vise à intensifier les activités du Hamas en Cisjordanie, en utilisant tous les outils à sa disposition. »

Nizar Shehada et Firas Abu Sharakh seraient à la tête du réseau, selon le Shin Bet. Tous deux avaient déjà été emprisonnés dans des prisons israéliennes pour des activités liées au terrorisme.

Les deux hommes sont accusés d’avoir recruté des femmes afin qu’elles servent de bras opérationnel dans leurs projets. Les femmes étaient dirigées par Dina Karmi, dont le mari, Nashat Karmi, était un dirigeant du Hamas qui a assassiné quatre Israéliens lors d’une attaque terroriste en août 2010. Il a ensuite été tué lors d’un échange de tirs avec les forces israéliennes lors d’un raid visant à l’arrêter.

Le groupe aurait recruté des dizaines de femmes afin qu’elles deviennent des « activistes du Hamas ».

Plusieurs des personnes arrêtées ont été inculpées devant un tribunal militaire de Judée pour appartenance à un groupe terroriste et pour avoir occupé un poste dans une organisation illégale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...