Le Shin Bet était contre une sécurité personnelle pour les fils de Netanyahu
Rechercher

Le Shin Bet était contre une sécurité personnelle pour les fils de Netanyahu

Yoram Cohen dit que Avner et Yair Netanyahu sont les premiers enfants de Premier ministre à avoir une sécurité permanente ; le bureau du Premier ministre rejette cette version

L'ancien directeur du Shin Bet, Yoram Cohen, à la Knesset, le 4 juin 2013. (Crédit : Flash 90)
L'ancien directeur du Shin Bet, Yoram Cohen, à la Knesset, le 4 juin 2013. (Crédit : Flash 90)

L’ancien chef du service de sécurité intérieure du Shin Bet a révélé jeudi qu’il avait recommandé de ne pas fournir de gardes permanents financés par des fonds publics pour les deux fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais que sa recommandation a été rejetée.

« Si je me souviens bien, je pense qu’à mon époque, notre opinion était qu’ils n’avaient pas vraiment besoin d’être protégés de façon permanente », a déclaré Yoram Cohen à la radio de l’armée.

Il a ajouté qu’il n’était pas rare que les recommandations du service soient rejetées.

Dans le passé, le bureau du Premier ministre avait déclaré que les décisions de sécurité concernant les fils de Netanyahu avaient été prises par l’aile de la sécurité au sein du cabinet du Premier ministre avec l’aide du Shin Bet, et que la famille elle-même n’était pas impliquée.

Répondant à l’entrevue, le bureau du Premier ministre a contesté les souvenirs de Cohen, affirmant qu’il avait conseillé la sécurité de Yair et Avner Netanyahu, tous deux âgés d’une vingtaine d’années. Ce sont les premiers enfants de Premier ministre israélien à avoir des gardes du corps personnels, ce qui leur donne également droit à une voiture avec chauffeur et à une sécurité lorsqu’ils sont à l’étranger, le tout payé avec l’argent public.

Le bureau du Premier ministre a déclaré qu’après la guerre entre Israël et Gaza en 2014, Cohen avait prévenu Netanyahu de la nécessité de renforcer les dispositifs de sécurité et avait même évoqué la possibilité de transférer Yair Netanyahu dans une autre université au motif que l’université hébraïque n’était pas suffisamment sûre.

Les gardes de sécurité ont escorté Yair Netanyahu il y a deux ans quand lui et son père ont assisté à l’Assemblée générale de l’ONU à New York, et aussi quand lui, sa mère et son frère ont visité la Pologne l’année dernière pour retracer les racines de la famille.

Yair Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, vu à Tel Aviv le 26 novembre 2017 (FLASH90)

Il a également eu des gardes qui l’accompagnaient lors de vacances privées, dont une avec le milliardaire australien James Packer.

Noa Netanyahu, la première fille du Premier ministre, n’a pas de gardes.

Alors qu’Avner et Noa Netanyahu restent en dehors des gros titres de la presse, Yair Netanyahu a attiré l’attention des médias pour une série de messages controversés sur les médias sociaux, certains d’entre eux ont été considérés comme offensants et même antisémites.

Benjamin Netanyahu et sa famille sous la neige (Crédit : Bureau de Presse du Gouvernement)

Un billet comportait une bande dessinée avec des références au milliardaire et philanthrope juif George Soros, un Illuminati en créature reptilienne. Il a visé des critiques de ses parents, y compris l’ancien Premier ministre Ehud Barak, Eldad Yaniv, avocat et militant du Parti travailliste, et Menny Naftali, ancien gardien de la résidence du Premier ministre qui est au cœur des allégations d’actes répréhensibles sur lesquels Sara Netanyahu est mise en accusation.

Bien que Yair ne s’est pas excusé pour la bande dessinée, il l’a enlevé plus tard de sa page Facebook. Son post a été salué par l’ancien leader du Ku Klux Klan David Duke et le site néo-nazi Daily Stormer, qui l’a appelé un « vrai frère » et dans une bannière sur sa page d’accueil a proclamé être lui-même « Le fansite # 1 Yair Netanyahu du monde. »

Yair a déclenché la controverse au cours de l’été à plusieurs reprises, notamment pour avoir dit que les « voyous » d’Antifa et Black Lives Matter étaient plus dangereux que les néo-nazis, après le violent rassemblement nationaliste blanc à Charlottesville.

Il a également fait l’objet d’un examen minutieux pour une réponse sur Facebook à un post d’une organisation de gauche qui a ensuite intenté un procès contre lui pour diffamation, ainsi que pour avoir prétendument refusé de ramasser les excréments de son chien et d’avoir fait un doigt d’honneur à une femme qui a porté plainte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...