Le Shin Bet fustige des groupes terroristes juifs
Rechercher

Le Shin Bet fustige des groupes terroristes juifs

Les avocats des extrémistes avaient accusé le service de sécurité de torture ; l’agence admet des interrogatoires intensifs alors qu’elle cherche à résoudre l’affaire de l'incendie de Duma

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un jeune extrémiste juif présumé escorté par la police à la Cour de Jérusalem pour des soupçons d'incendie dans une maison à Sinjil, un village en Cisjordanie, en novembre 2013 (Crédit : Flash90)
Un jeune extrémiste juif présumé escorté par la police à la Cour de Jérusalem pour des soupçons d'incendie dans une maison à Sinjil, un village en Cisjordanie, en novembre 2013 (Crédit : Flash90)

Le service de sécurité du Shin Bet, habituellement taciturne, a fustigé les organsations terroristes juives jeudi, déclarant que les groupes montrent une « idéologie extrémiste et anti-sioniste » et portent une part de la responsabilité des tensions actuelles en Israël et en Cisjordanie.

Au cours des récentes semaines, le Shin Bet et la police ont arrêté de nombreux d’Israéliens juifs d’extrême droite que l’on pense être les membres faisant partie d’un groupe extrémiste juif, sous la suspicion qu’il ont mené de « graves attaques terroristes », a déclaré le Shin Bet en faisant une référence spécifique au meurtre de trois membres de la famille Dawabsha dans une attaque à la bombe incendiaire cet été.

« Ces attaques terroristes, que l’on suspecte d’avoir été menées par l’organisation, ont conduit au meutre des trois Palestiniens innocents, ce qui a destabilisé la zone et influencé négativement la situation sécuritaire », a déclaré le Shin Bet.

Ali Saad Dawabsha, âgé de 18 mois, et ses parents ont été tués dans l’attaque à la bombe incendiaire de leur maison dans le village palestinien de Duma le 31 juillet 2015. L’enfant du couple alors âgé de quatre ans est le seul survivant de la famille.

Une Etoile de David et les mots « vengeance » et « longue vie au messie » étaient peints au spray sur un mur à proximité de la petite maison de la famille.

Depuis l’attaque mortelle, des Palestiniens ont souvent mis en avant l’attaque à la bombe incendiaire et le manque de progrès dans l’affaire comme une des causes pour la vague actuelle d’attaques au couteau, à l’arme à feu et à la voiture-bélier ciblant des Israéliens qui a déferlé sur le pays depuis la mi-septembre.

Le Shin Bet a accusé des suspects juifs d’utiliser « des moyens violents pour conduire à des changements dans le gouvernement de l’Etat d’Israël ».

Plus tôt dans la journée d’hier, les avocats des suspects ont accusé le Shin Bet de « violence physique scandaleuse » contre leurs clients.

« Les enquêteurs du Shin Bet se permettent d’insulter et de frapper les jeunes. Je comprends que les enquêteurs veulent arriver à leur objectif, mais il y a une limite », ont déclaré les avocats, tous de l’organisation Honenu, qui s’occupe principalement des affaires d’Israéliens accusés de crimes nationalistes, lors d’une conférence de presse.

Pourtant, le Shin Bet, a affirmé dans une déclaration que les suspects n’avaient pas été torturés, mais étaient plutôt « interrogés de manière intensive vu les suspicions qui pesaient contre eux ».

Les groupes d’extrême droite, qui ne reconnaissent souvent pas l’autorité du gouvernement israélien et de l’armée, ont été accusés à la fois de violences graves, comme le meutre des Dawabsha, le vandalisme contre des Palestiniens, des sites saints chrétiens et des biens militaires israéliens.

Le chef de l’organisation anti-arabe Lehava, Bentzi Gopstein, a dénoncé le Shin Bet dans un tweet les « tortures dures » auxquelles les suspects ont été soumis. Gopstein a également transgressé l’ordre de restrictions de communication en révélant l’âge d’un des suspects.

« Nous envoyons un message à ces jeunes qu’ils sont l’ennemi. Quelle honte, cela ne fera que conduire à des choses encore plus difficiles, malheureusement. Quelqu’un de mature et de responsable doit calmer le Shin Bet », a-t-il écrit.

Ces condamnations du Shin Bet, à la fois de figures officielles comme Smotrich et de radicaux à la marge comme Gopstein, ne sont pas passées inaperçues par le service de sécurité.

« Malheureusement, après avoir effectué les arrestations, le Shin Bet a été la cible d’efforts continus et proactif dont le but est de calomnier l’agence et ses membres, et de perturber nos activités opérationnelles », a déclaré le service de sécurité jeudi.

« Cette tentative doit être condamnée de toutes les manières et n’affaiblira pas les mains du Shin bet pour poursuivre ses actions, alors qu’il combat pour le citoyens d’Israël sous les valeurs nationales », a déclaré le Shin Bet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...