Le siège de campagne de l’extrême-droite dans la même rue que l’Elysée
Rechercher
Dans l'ultra-chic rue du Faubourg Saint-Honoré

Le siège de campagne de l’extrême-droite dans la même rue que l’Elysée

"Nous espérons qu'il ne nous restera qu'à descendre les 1,7 kilomètre qui nous séparent de l'Elysée", a déclaré, tout sourire Marine Le Pen

La présidente du parti d'extrême droite le Front National, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse, le 25 mars 2014 (Crédit : Pierre Andrieu/AFP Photo)
La présidente du parti d'extrême droite le Front National, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse, le 25 mars 2014 (Crédit : Pierre Andrieu/AFP Photo)

La candidate de l’extrême-droite à l’élection présidentielle en 2017, Marine Le Pen, a inauguré mercredi son siège de campagne symboliquement baptisé « L’Escale », dans la même rue que le palais de l’Elysée, dans les (très) beaux quartiers parisiens.

Ce quartier général, un espace d’environ 300 m2 à la décoration sobre et où trône son slogan « au nom du peuple », se situe dans l’ultra-chic rue du Faubourg Saint-Honoré qui mène tout droit au palais présidentiel français.

« Nous espérons qu’il ne nous restera qu’à descendre les 1,7 kilomètre qui nous séparent de l’Elysée », a déclaré, tout sourire, la présidente du Front national devant une cohue de journalistes, à moins de six mois de l’élection présidentielle.

La rose bleue choisie comme symbole de sa campagne signifie en « langage des fleurs » « rendre possible l’impossible », a-t-elle souligné, expliquant que ce logo évoquait à la fois la rose des socialistes et la couleur de la droite, le bleu.

« Le projet qui est le mien a vocation a rassembler l’ensemble des Français », a-t-elle affirmé.

Tous les sondages prédisent que Marine Le Pen devrait se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle en mai, mais échouera à remporter le scrutin face à un candidat de droite.

La récente victoire de Donald Trump, après le vote du Brexit en Grande Bretagne, a cependant donné des ailes à toute l’extrême droite xénophobe et europhobe, en France comme dans d’autres pays européens.

« Nous avons maintenant un local de campagne, nous sommes en situation de terminer la préparation définitive de cette campagne présidentielle qui démarrera officiellement début février », a dit Marine Le Pen.

Son « conseil stratégique de campagne » comprend une trentaine de membres dont la députée Marion Maréchal-Le Pen, sa nièce, qui serait contente de travailler avec le stratège de Donald Trump, le très controversé Stephen Bannon.

Stephen Bannon pendant le discours de Donald Trump, alors candidat républicain à l'élection présidentielle américaine, pendant le dernier meeting de la campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 7 novembre 2016. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)
Stephen Bannon pendant le discours de Donald Trump, alors candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, pendant le dernier meeting de la campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 7 novembre 2016. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...