Le survivant de l’Holocauste, Joseph Wilf décède à 91 ans
Rechercher

Le survivant de l’Holocauste, Joseph Wilf décède à 91 ans

Le magnat de l'immobilier a contribué à financer de nombreuses causes juives, dont Yad Vashem en Israël

Joseph Wilf, un Juif de Pologne qui a survécu à l’Holocauste et qui a fondé l’une des plus grandes sociétés immobilières aux Etats-Unis, est décédé à l’âge de 91 ans.

Lui et son frère Harry ont fondé la Fondation de la famille Wilf en 1964 et ont depuis donné plus de 200 millions de dollars à des causes juives. Joseph était l’un des fondateurs de l’American Society for Yad Vashem, une branche dédiée de collecte de fonds aux États-Unis pour le musée de l’Holocauste israélien, et un bienfaiteur du Wilf campus de l’Université Yeshiva à New York.

Wilf, le père des propriétaires du Minnesota Vikings, Zygmunt « Zygi » Wilf et Mark Wilf, est décédé mercredi à son domicile à Hillside dans le New Jersey, selon les informations publiées par sa famille.

La cause du décès n’a pas été précisée.

Wilf est né à Jaroslaw, en Pologne en 1925. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été déporté avec son frère et ses parents dans un camp de travail sibérien. Ils ont tous survécu mais ne sont pas retournés en Pologne à la fin de la guerre quand les pogromes antisémites ont éclaté. Sa sœur Bella est morte dans le ghetto de Varsovie.

« Il n’y avait que deux Juifs dans ma classe au lycée », s’est remémoré Wilf lors d’un discours lors à l’inauguration d’un nouveau musée au mémorial Yad Vashem d’Israël en 2000.

« Nous étions totalement isolés du reste des élèves. Nous n’étions pas autorisés à participer [aux activités] sportives, personne nous parlait et les enseignants restaient distants. C’était comme s’il y avait un boycott organisé contre les Juifs ».

Lui et sa femme Elizabeth – connue sous le nom de Suzie – se sont mariés en Allemagne en 1949. Les Wilfs ont finalement émmigré vers les États-Unis où il a fondé la société immobilière Garden Homes, qui a depuis construit plus de 100 centres commerciaux et des logements.

Les nombreux honneurs que Joseph Wilf a reçu comprennent le prix humanitaire Louis Brandeis de l’Organisation sioniste d’Amérique et des diplômes honorifiques de l’Université Yeshiva, du Kean University et le Rabbinical College of America. Parmi les institutions et les causes qu’il soutenait, il y avait l’ancienne Fédération juive de Central New Jersey, l’United Jewish Appeal, Israel Bonds, le Musée juif, Park East Synagogue, l’Agence juive pour Israël, le Joint Distribution Committee et la Conférence sur les réclamations matérielles juives contre l’Allemagne.

« En dépit de la discrimination et des horreurs de l’Holocauste et celle de sa famille élargie, la vie de Joseph est témoignage éloquent de l’héroïsme et de la ténacité du peuple juif », a affirmé le communiqué publié par sa famille.

En plus de sa femme et de ses fils et, Wilf laisse derrière lui ses belles-filles Audrey et Jane, neuf petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants. Son fils Sidney est déjà décédé.

Mark Wilf était un membre du conseil d’administration de 70 Faces Media, la société mère de JTA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...