Le suspect Asem Barghouti inculpé d’attentats meurtriers en Cisjordanie
Rechercher

Le suspect Asem Barghouti inculpé d’attentats meurtriers en Cisjordanie

Le Palestinien a été accusé d'avoir perpétré deux fusillades, l'une en décembre ayant tué un enfant né prématurément, et l'autre, quelques jours plus tard, tuant deux soldats

Les frères Asem (G) et Salih (D) Barghouti lors d'un rassemblement à Kobar après leur libération de prison israélienne, en avril 2018. (Capture d'écran : Twitter)
Les frères Asem (G) et Salih (D) Barghouti lors d'un rassemblement à Kobar après leur libération de prison israélienne, en avril 2018. (Capture d'écran : Twitter)

Un Palestinien a été inculpé de trois chefs d’accusation de meurtre lundi à la suite de deux attentats terroristes en décembre, qui avaient entraîné la mort de deux soldats et d’un enfant à naître, a déclaré l’armée israélienne.

Asem Barghouti a été arrêté en janvier et accusé d’avoir tiré sur un arrêt de bus près de l’avant-poste de Givat Assaf, le 13 décembre, et d’avoir aidé son frère Salih lors d’une attaque à un arrêt de bus près de l’implantation d’Ofra, le 9 décembre.

Deux soldats, le sergent Yosef Cohen et le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef, ont été tués dans l’attaque de Givat Assaf. Un autre soldat, l’Israélo-américain Netanel Felber, a été grièvement blessé et Shira Sabag, une civile, a également été blessée par balle.

Sept personnes ont été blessées lors de l’attaque d’Ofra, dont une femme enceinte de sept mois qui a été grièvement blessée. Les médecins ont fait naître son petit garçon par césarienne d’urgence, mais il est mort quelques jours plus tard malgré des efforts intensifs déployés pour le sauver.

Une photo montage montre le sergent Yosef Cohen (G) et le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef de la Brigade Kfir de l’Armée israélienne. Les deux jeunes hommes ont été tués le 13 décembre 2018 lors d’un attentat terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de Givat Assaf, dans le centre de la Cisjordanie. (Armée israélienne)

L’acte d’accusation, déposé devant le tribunal militaire de Judée en Cisjordanie, accuse Barghouti de plusieurs infractions graves, dont trois chefs d’accusation pour avoir intentionnellement causé la mort – l’équivalent d’un meurtre pour le tribunal militaire – et plusieurs chefs de tentative volontaire de causer la mort.

Le tribunal a accepté la demande de l’accusation de maintenir Barghouti en détention jusqu’à la fin du procès.

Jeudi dernier, les soldats israéliens ont rasé la maison de Barghouti à Kobar, en Cisjordanie, près de Ramallah, avant l’aube.

Son frère Salih, également de Kobar, avait été tué par les forces israéliennes lors d’une tentative d’arrestation le 12 décembre.

L’arrestation d’Asem Barghouti avait fait suite à une chasse à l’homme ayant duré presque un mois.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...