Le suspect relâché de Duma affirme que le Shin Bet l’a torturé
Rechercher

Le suspect relâché de Duma affirme que le Shin Bet l’a torturé

“J’ai senti que j’étais sur le point de mourir”, dit l’adolescent ; 2 suspects devraient être bientôt inculpés ; la TV floute le suspect principal

Un adolescent suspecté dans l'affaire Duma puis relâché, sur la Deuxième chaîne le 31 décembre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Un adolescent suspecté dans l'affaire Duma puis relâché, sur la Deuxième chaîne le 31 décembre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Un adolescent relâché cette semaine après avoir été détenu pendant un mois en tant que suspect de l’attaque terroriste fatale de Duma a affirmé dans un entretien avec la Deuxième chaîne que les enquêteurs du Shin Bet l’avaient torturé pendant sa détention.

Le mineur, identifié uniquement par son initiale hébraïque « Ayin », a répété les accusations des avocats des suspects des meurtres du 31 juillet, selon lesquelles l’agence de sécurité intérieure a utilisé des techniques d’interrogatoires sévères contre les détenus.

Ayin a été relâché plus tôt cette semaine après que les enquêteurs ont conclu qu’il n’y avait pas de preuve pour le lier aux meurtres de la famille Dawabsha, dans le village de Duma, en Cisjordanie. Les procureurs de l’Etat ont publié lundi une déclaration d’intention d’inculper le suspect pour une attaque contre un jeune arabe il y a deux ans, mais pas pour l’affaire Duma.

Le suspect principal de l’attaque fatale aux bombes incendiaires de Duma sera inculpé pour meurtre dans les cinq jours, selon un document soumis mercredi par les procureurs en charge de l’affaire. Un autre suspect sera également inculpé. L’un des deux est un adulte, et l’autre est mineur. Tous deux seraient directement impliqués dans la préparation et l’orchestration de l’attaque fatale. La détention du suspect principal a été étendue mercredi par la cour de Petah Tikva.

La Dixième chaîne a diffusé mercredi une vidéo montrant le suspect principal aux côtés d’une autre cible du Shin Bet dans l’enquête – Meir Ettinger – priant sur le tombeau de Joseph à Naplouse, en Cisjordanie. Le visage du suspect était flouté.

Le suspect principal de l'affaire Duma, entouré à gauche, prie sur le tombeau de Joseph aux côtés de Meir Ettinger, un autre extrémiste juif détenu par le Shin Bet (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Le suspect principal de l’affaire Duma, entouré à gauche, prie sur le tombeau de Joseph aux côtés de Meir Ettinger, un autre extrémiste juif détenu par le Shin Bet (Crédit : capture d’écran Dixième chaîne)

Le Shin Bet a nié les accusations de torture et le procureur général adjoint, Raz Nizri, a écrit dans un communiqué mercredi que « les conditions physique et mentale des détenus étaient acceptables », et qu’il y avait « un gouffre » entre les accusations portées en leurs noms et leurs déclarations. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants israéliens ont soutenu la gestion de l’affaire par le Shin Bet.

L’adolescent, Ayin, a raconté que les enquêteurs du Shin Bet lui ont crié dessus, l’ont battu, et ont petit à petit commencé à l’empêcher de dormir pendant sa détention de 29 jours.

« Ils ne m’ont présenté aucun témoignage ou aucune preuve, ils criaient juste ‘avoue, avoue’ », a-t-il déclaré.

« Au moment où vous vous endormez pendant l’interrogatoire – cris etc », a-t-il déclaré à la Deuxième chaîne pendant l’entretien diffusé mercredi. « ‘Tant que tu n’avoues pas, nous ne te laisserons pas dormir’ », auraient dit les enquêteurs selon lui.

« Chaque fois que je m’endormais, ils commençaient à attraper mon menton et à le pousser, de toutes leurs forces. Je sentais une douleur immense dans la nuque, je sentais que j’étais sur le point de mourir… Je ne comprenais pas ce qu’ils voulaient de moi. Je leur ai dit : ‘Je n’ai commis aucun crime’ », a-t-il déclaré.

Ayin a affirmé que le démenti du Shin Bet sur l’utilisation de tortures était « un mensonge, simplement un mensonge ». « La réalité c’est qu’il y avait de sérieuses violences contre les détenus », a-t-il ajouté.

L’adolescent a déclaré qu’il avait peur que les enquêteurs le frappent jusqu’à ce qu’il avoue. « J’ai dit que je collais à la vérité malgré la torture, malgré le fait que je pense que la plupart des gens avouerait n’importe quoi qu’ils leur demandent d’avouer s’ils devaient subir la torture que j’ai subie – j’ai pensé avouer à un moment. »

Saad et Riham Dawabsha, avec leur bébé Ali. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Saad et Riham Dawabsha, avec leur bébé Ali. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Riham et Saad Dawabsha, et leur bébé de 18 mois, Ali, ont été tués dans l’attaque de leur maison le 31 juillet – Ali dans les flammes initiées par les bombes incendiaires et ses parents les jours suivants. Le seul membre survivant de la famille, Ahmed, cinq ans, est soigné pour des brûlures sévères dans un hôpital israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...