Rechercher

Le taux de positivité au COVID atteint son niveau le plus bas depuis 4 mois

Seulement 642 personnes ont été testées positives mercredi ; le gouvernement lève l'interdiction des rassemblements en plein air et se prépare à vacciner les enfants

Un enfant subit un test de dépistage du coronavirus dans une clinique de Katzrin, le 6 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)
Un enfant subit un test de dépistage du coronavirus dans une clinique de Katzrin, le 6 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Le taux de positivité au COVID-19 en Israël a encore baissé jeudi, atteignant un niveau bas qui n’avait pas été observé depuis le début du mois de juillet, selon les statistiques du ministère de la Santé.

Mais à l’approche de l’approbation attendue des vaccins pour les 5-11 ans, les autorités sanitaires mettent en garde contre le risque de ne pas réussir la campagne qui pourrait éviter de futures vagues.

Mercredi, 642 personnes seulement ont été testées positives au coronavirus, sur près de 80 000 tests, soit un taux de positivité de 0,81 %. Au plus fort de la quatrième vague israélienne, début septembre, le taux de positivité dépassait les 8 %.

Le gouvernement a voté mercredi soir l’annulation des restrictions sur les rassemblements en plein air, qui étaient jusqu’à présent plafonnés à 5 000 personnes. À partir de vendredi, les rassemblements en plein air nécessitant un laissez-passer vert pourront accueillir un nombre illimité de participants.

Dans l’ensemble, tous les indicateurs montrent que la quatrième vague de COVID en Israël, qui a commencé en juillet et qui, à son apogée, a vu plus de 10 000 nouveaux cas signalés chaque jour, touche à sa fin. Jeudi, on comptait 10 031 cas actifs de COVID dans le pays, dont 332 hospitalisés, 238 dans un état grave et 139 sous respirateur.

Le nombre de cas graves, un chiffre clé pour les politiques sanitaires d’Israël, est resté stable jeudi, après des semaines de baisse depuis un pic de plus de 700 fin septembre. Le taux moyen de décès liés à la politique COVID a également diminué régulièrement ces dernières semaines, avec un seul décès signalé mercredi, bien que ces chiffres soient souvent révisés par la suite.

Des lits vides dans l’unité de soins intensifs du service de coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 14 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans le cadre du programme israélien – qui classe les localités en rouge, orange, jaune ou vert en fonction du nombre de nouveaux cas, du taux de positivité et du taux de croissance des cas – une seule ville est actuellement classée en rouge : l’implantation de Beit El, à l’extérieur de Jérusalem. Onze villes sont classées en orange, et le reste du pays est en jaune ou en vert.

La fin de la quatrième vague de grippe en Israël a été attribuée, du moins en partie, à la campagne de vaccination de rappel, qui a débuté en août auprès des personnes âgées de plus de 65 ans et a été rapidement étendue au reste de la population. Jeudi matin, près de 4 millions d’Israéliens, soit plus de 42 % de la population totale, avaient reçu une troisième dose du vaccin COVID. Près de 67 % de la population totale a reçu au moins une injection.

Environ 650 000 personnes éligibles aux vaccins n’ont reçu aucune des injections, tandis qu’environ 1,1 million d’Israéliens éligibles pour le rappel ne l’ont pas encore reçu.

Une commission consultative clé du ministère de la Santé doit se réunir la semaine prochaine pour entamer le processus d’approbation de la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans, après que la Food and Drug Administration (FDA) américaine l’a approuvée en début de semaine. Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a déclaré qu’il s’attendait à une certaine hésitation de la part des parents, mais que le ministère s’efforçait de rendre le processus d’approbation aussi transparent et clair que possible afin d’apaiser toute inquiétude.

Tomer Zarfati, 13 ans, reçoit sa deuxième dose du vaccin COVID-19 dans un centre de soins temporaire Clalit à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël attend toujours une livraison des doses de vaccin contre le COVID de Pfizer destinées aux enfants, qui représentent un tiers de la dose administrée aux adultes. Le Premier ministre Naftali Bennett aurait ordonné aux responsables de la Santé d’accélérer la livraison, qui devrait arriver à la mi-novembre.

À partir de lundi, Israël ouvrira – en partie – ses frontières, autorisant l’entrée des touristes vaccinés qui ont reçu une deuxième ou une troisième dose ou qui se sont rétablis au cours des six derniers mois. Malgré ces restrictions, les experts estiment que la réouverture de l’aéroport Ben-Gurion entraînera un risque de nouvelles variantes et un pic des cas.

Selon la Douzième chaîne, les touristes pris en flagrant délit de violation de la quarantaine seront expulsés et interdits de séjour pendant trois ans. Et ceux qui seront pris en flagrant délit de quarantaine alors qu’ils sont positifs au COVID seront expulsés et interdits de séjour pendant cinq ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...