Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Le terrorisme continue de se développer, déplore le chef de l’ONU

Soulignant que le terrorisme se nourrit des crises multiples que connaît le monde, Antonio Guterres a appelé à la "prévention"

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, suite à des discussions à Moscou, en Russie, le 12 mai 2021. (Crédit : Maxim Shemetov, Pool via AP)
Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, suite à des discussions à Moscou, en Russie, le 12 mai 2021. (Crédit : Maxim Shemetov, Pool via AP)

Malgré les efforts, « le terrorisme et l’extrémisme violent » continuent de « se développer », a estimé lundi le secrétaire général de l’ONU, appelant à lutter contre leurs « causes profondes » comme la pauvreté et les violations des droits humains.

« En dépit des nets progrès que nous avons enregistrés au fil des ans, le terrorisme et l’extrémisme violent continuent de s’enraciner et de se développer », a déclaré Antonio Guterres lors d’une conférence sur le sujet, appelant à « faire front commun face à cette menace mondiale ».

« Des groupes affiliés à Al-Qaïda et Daech (groupe Etat islamique) en Afrique gagnent rapidement du terrain dans des régions comme le Sahel et se dirigent vers le sud en direction du golfe de Guinée », a-t-il précisé, évoquant également « l’héritage brutal » de l’EI en Syrie et en Iraq.

« Dans un certain nombre de pays, les mouvements néonazis et suprémacistes blancs deviennent vite les principales menaces pour la sécurité intérieure », a d’autre part estimé le secrétaire général.

Soulignant que le terrorisme se nourrit des crises multiples que connaît le monde — crises alimentaire et énergétique, « brasier infernal » du changement climatique, propagation de la haine en ligne – , il a appelé à la « prévention », « approche la plus efficace pour juguler cette menace ».

Des combattants des Brigades Badr, milice chiite, affrontant des combattants de l’État islamique sur la ligne de front à la périphérie de Fallujah, dans la province d’Anbar, en Irak, le 1er juin 2015. (Crédit : AP Photo/Hadi Mizban)

Mais « le travail de prévention ne se résume pas à déjouer des attentats ou des complots », a-t-il insisté devant les représentants des agences de lutte contre le terrorisme des Etats membres de l’ONU réunis jusqu’à mardi à New York.

« Il consiste aussi à remédier aux causes profondes pouvant conduire au terrorisme, notamment la pauvreté, la discrimination, la désillusion, les carences en matière d’infrastructures et d’institutions et les violations flagrantes des droits humains ».

Il a d’ailleurs insisté pour que la lutte contre le terrorisme s’inscrive dans le respect des droits humains. Y compris en matière de rapatriement des jihadistes étrangers et de leurs familles toujours détenus dans des camps depuis la défaite de l’EI.

« Je réitère mon appel à tous les Etats membres pour qu’ils aident à accélérer le rapatriement, qui est une priorité urgente », a-t-il déclaré.

« Il s’agit d’une question de décence humaine et de compassion, et aussi d’un enjeu de sécurité. Nous devons éviter que le legs des combats d’hier n’engendre les conflits de demain ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.