Le terroriste d’Ariel meurt dans un échange de tirs avec les soldats
Rechercher

Le terroriste d’Ariel meurt dans un échange de tirs avec les soldats

Après une chasse à l'homme de deux jours, les soldats israéliens ont encerclé un bâtiment où se trouvait l'attaquant. Ils l'ont tué après qu'il a ouvert le feu

Un soldat israélien monte la garde  pendant une opération de recherche d'un suspect palestinien dans le village de Salem,dans le nord de la Cisjordanie et à l'est de Naplouse, le 18 mars 2019 (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)
Un soldat israélien monte la garde pendant une opération de recherche d'un suspect palestinien dans le village de Salem,dans le nord de la Cisjordanie et à l'est de Naplouse, le 18 mars 2019 (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

Un Palestinien qui avait tué un soldat de l’armée et un civil israéliens dans un attentat terroriste, dimanche, est mort lors d’un échange de tirs avec les forces israéliennes à proximité de Ramallah, mettant un terme à une chasse à l’homme de deux jours, ont noté les responsables israéliens mardi.

Les troupes ont encerclé un bâtiment situé à Abwein, dans la nuit de mardi, où se trouvait Omar Abu Laila, âgé de 18 ans, selon les services du Shin Bet et la police.

Alors qu’elles se déployaient, « le terroriste a ouvert le feu sur nos forces et il a été tué lors d’un échange de balles », explique un communiqué officiel émanant des autorités israéliennes.

Il n’y a pas eu de blessés du côté israélien.

Omar Abu Laila, 18, terroriste présumé responsable d’une attaque meurtrière au carrefour d’Ariel, en Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : Facebook)

L’armée recherchait Abu Laila de manière intensive depuis dimanche.

L’attaquant avait fui dans une ville palestinienne après qu’il a mortellement poignardé un soldat, volé son arme et ouvert le feu sur les véhicules en circulation, tuant un rabbin et blessant grièvement un militaire.

Des échauffourées auraient eu lieu entre les soldats israéliens et les Palestiniens locaux pendant et après l’opération.

L’agence officielle de presse de l’AP, Wafa, avait expliqué auparavant qu’un Palestinien avait été blessé par des tirs israéliens au cours d’affrontements qui avaient éclaté à Abwein. Selon le site d’information, il a été pris en charge par un hôpital de Ramallah, où il est soigné.

Selon Wafa, les forces israéliennes de sécurité ont encerclé le bâtiment après avoir coupé l’électricité et interpellé l’individu par mégaphone, lui demandant de se rendre.

Maan, un média d’information palestinien, a indiqué que deux Palestiniens avaient été blessés à Abwein au cours « de confrontations violentes » avec les forces israéliennes de sécurité. Des troupes ont alors ouvert le feu sur le bâtiment après avoir appelé le suspect à se rendre et menacé de détruire la structure.

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des affrontements intenses.

פורסם על ידי ‏موقع عبوين‏ ב- יום שלישי, 19 במרץ 2019

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait déclaré dans la journée à la famille du rabbin Achiad Ettinger, mort lors de l’attaque, qu’il chercherait à légiférer sur la peine de mort pour les auteurs d’acte de terrorisme, a salué les soldats qui ont pris part à la chasse à l’homme.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontre la famille du rabbin Achiad Ettinger, mort dans une attaque, dans l’implantation d’Eli, en Cisjordanie, le 19 mars 2019 (Crédit : Haim Zach/GPO)

« Le bras long d’Israël atteindra tous ceux qui blessent nos citoyens et nos soldats », aurait-il dit, selon son bureau.

Selon les autorités israéliennes, Abu Laila avait mortellement poignardé le sergent Gal Keidan au carrefour d’Ariel, s’emparant de l’arme de ce dernier et ouvrant le feu sur les véhicules en circulation, blessant ainsi le rabbin Ettinger, avant de voler une voiture et de s’enfuir. Le terroriste s’était alors rendu au carrefour voisin de Gitai où il avait une nouvelle fois ouvert le feu, touchant Alexander Dvorsky, un militaire. Il s’était alors échappé vers le village voisin de Burqin.

Les funérailles du rabbin Achiad Ettinger, 47 ans, qui a succombé à ses blessures la veille pendant un attentat terroriste à l’arme blanche et à l’arme à feu, dans l’implantation d’Eli, en Cisjordanie, le 18 mars 2019 (Crédit : MENAHEM KAHANA / AFP)

Ettinger, père de 12 enfants, avait succombé à ses blessures lundi matin.

Tamar, l’épouse d’Ettinguer, a salué l’opération et appelé le gouvernement à aller plus loin pour sanctionner le meurtrier et sa famille.

« Nous attendons du gouvernement d’Israël qu’il lutte pour éradiquer ce terrorisme et qu’il aille plus loin et expulse la famille du terroriste, sa famille entière et son village tout entier », a dit Tamar Ettinger.

Rabbi Achiad Ettinger, qui avait été blessé lors d’une fusillade au carrefour d’Ariel le 17 mars 2019 (Crédit : Nadav Goldstein/TPS)

Les autorités ont d’ores et déjà ordonné que les travaux commencent en vue de la démolition de l’habitation d’Abu Laila, une tactique controversée qui, selon l’Etat juif, est un outil de dissuasion contre de futurs attentats.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a salué les agents de police qui ont mené le raid et juré de « poursuivre la traque » des terroristes qui attaquent des Israéliens.

Dans la nuit, les forces de sécurité ont ratissé le village natal du suspect, Zawiya, qui se situe à proximité de la ville d’Ariel, en Cisjordanie, où l’attaque a eu lieu.

Photo non datée du soldat Gal Keidan qui a été tué dans l’attaque terroriste dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019. (Porte-parole de l’armée israélienne)

Mardi matin, la radio israélienne avait fait savoir que la chasse à l’homme s’appuyait sur les services de renseignements, supposant qu’Abu Laila avait trouvé refuge dans un asile sûr.

La manière dont Abu Laila a été capable de quitter Burquin, dans le nord de la Cisjordanie, pour se rendre dans le secteur de Ramallah – qui se trouve à environ 60 kilomètres au sud – n’est pas encore déterminée.

Des soldats israéliens effectuent un raid dans le village de Bruqin près de la ville de Salfit en Cisjordanie, le 17 mars 2019. (Flash90)

Si le terroriste a agi seul avant, durant ou pendant l’attaque est également indéterminé. Parce qu’il semblait savoir ce qu’il faisait en manipulant son arme, il est possible qu’il ait suivi une formation militaire, ont estimé les responsables de la Défense.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...