Rechercher

Le traitement contre la leucémie pourrait guérir d’autres cancers

Des chercheurs israéliens ont découvert un type spécifique de globules blancs qui peuvent être modifiés pour attaquer des tumeurs solides

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

A partir de la gauche : les chercheurs de l'université de Tel Aviv le Dr. Yaron Carmi, Diana Rasuluniriana, Dr. Peleg Ride. (Crédit:  Université de Tel Aviv)
A partir de la gauche : les chercheurs de l'université de Tel Aviv le Dr. Yaron Carmi, Diana Rasuluniriana, Dr. Peleg Ride. (Crédit: Université de Tel Aviv)

Des chercheurs israéliens ont découvert qu’un traitement utilisé pour traiter la leucémie, un cancer du sang, pourrait être efficace pour traiter d’autres cancers.

Alors que la chimiothérapie, qui cible des cellules qui se multiplient ou se divisent rapidement, est le traitement le plus utilisé pour combattre le cancer, elle entraîne des dommages collatéraux sur des cellules non-cancéreuses en division.

L’immunothérapie, en revanche, est un type de traitement du cancer qui aide le propre système immunitaire du corps humain à lutter contre le cancer lui-même.

« La chimiothérapie attaque toutes les cellules à développement rapide, y compris les follicules et les cellules qui gèrent la circulation gastro-intestinale, et cette attaque sur des cellules saines entraîne de sérieux effets secondaires, qui incluent une perte de cheveux, des nausées, ses changements d’humeurs, des douleurs, de l’anémie, des problèmes nerveux et musculaires, des problèmes rénaux », a déclaré le Dr Yaron Carmi, qui a dirigé l’étude à la Faculté de médecine Sackler de l’université de Tel Aviv.

« De son côté, l’immunothérapie est un type de traitement biologique qui utilise le propre système immunitaire de l’organisme pour traquer et détruire les cellules cancéreuses. Des cellules T modifiées ont démontré leur efficacité pour traiter les cellules cancéreuses mais des tentatives pour les utiliser dans la lutte contre des cancers solides ont été décevantes. Nos cellules modifiées ont maintenant montré leur efficacité pour attaquer des tumeurs solides », a déclaré Carmi dans un communiqué.

L’étude a montré qu’un type d’immunothérapie appelée thérapie cellulaire T de récepteur chimérique antigène (CAR), auparavant utilisée pour cibler des cellules cancéreuses dans le sang, pouvait aussi détruire des cellules cancéreuses solides qui sont recouvertes d’anticorps spécifiques.

Les cellules T sont un type de globules blancs qui sont actives et fondamentales dans la réponse immunitaire de l’organisme. Les cellules T jouent un rôle dans la capacité de l’organisme à s’adapter à de dangereux pathogènes.

La machine qui administre le médicament de chimiothérapie à l’hôpital de cancérologie de Caroline du Nord à Chapel Hill, en Caroline du Nord, le 25 mai 2017. (AP Photo/Gerry Broome)

La thérapie de cellules T CAR utilise des cellules T modifiées pour combattre des cancers. Les cellules sont prises du patient et des structures CAR sont ajoutées à leur surface. Les récepteurs permettent aux cellules T de cibler des antigènes sur les cellules cancéreuses et de les détruire.

Le laboratoire de Tel Aviv a découvert un type de cellule T appelé CD4+ avec un récepteur spécifique. Ils ont trouvé que ces cellules pouvaient être modifiées pour produire des nouvelles cellules T qui sont plus efficaces pour cibler des cellules cancéreuses.

La procédure a des effets secondaires, qui comprennent une inflammation sévère produite par un système immunitaire très actif, mais ces effets secondaires sont moins graves que ceux associés à la chimiothérapie. La thérapie de cellule T est plus durable que la chimiothérapie, qui fonctionne seulement quand le médicament est dans l’organisme du patient.

« Nos cellules mises au point ont le potentiel de contourner des barrières qui bloquent habituellement la thérapie cellulaire T CAR, elles ont montré leur efficacité sur des tumeurs solides. Cette découverte a la capacité de changer la manière dont le cancer est traité, démontrant que le système immunitaire peut être utilisé pour identifier et pour combattre tout type de cancer », a déclaré Carmi.

« Notre laboratoire a découvert un sous-ensemble différent de cellules T assistantes, aussi connues comme des cellules CD4+, qui permettent d’exprimer la grande affinité du récepteur pour l’IgG [anticorps] et détruisent efficacement de cellules recouvertes avec ces anticorps, a déclaré Carmi. Cette méthode utilise la thérapie cellulaire T CAR et la combine avec l’anticorps spécifique. En se basant sur cette découverte, nous avons pu créer de nouvelles cellules T avec une activité améliorée pour détruire les tumeurs et des spécificités plus fortes, par rapport à d’autres thérapies contre le cancer basées sur les cellules T.

Pour l’instant, les chercheurs ont testé les cellules T modifiées sur des souris et prévoient de lancer une première phase d’essai clinique dans les trois prochaines années.

L’étude a été publiée en août par The Journal of Clinical Investigation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...