D’après le Trésor, les ministres supplémentaires coûteront « des millions »
Rechercher

D’après le Trésor, les ministres supplémentaires coûteront « des millions »

Chaque portefeuille supplémentaire créé par Netanyahu pourrait coûter plus de trois millions de shekels par an

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (deuxième à gauche) préside la réunion hebdomadaire du gouvernement, à Jérusalem, le 10 mai 2015. (Crédit photo: Marc Israël Sellem / Flash90, Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (deuxième à gauche) préside la réunion hebdomadaire du gouvernement, à Jérusalem, le 10 mai 2015. (Crédit photo: Marc Israël Sellem / Flash90, Pool)

Le ministère des Finances a mis en garde dimanche : l’augmentation du nombre des ministres coûtera des millions de shekels pour chaque maroquin ajouté.

Cette mesure est envisagée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour satisfaire les demandes des partenaires de sa coalition.

Le directeur du budget au ministère des Finances, Amir Levi, a écrit dans une lettre adressée au secrétaire du gouvernement Avichai Mandelblit que chaque nouveau ministre supplémentaire coûtera entre 2,8 et 3,9 millions de shekels (650 000 à 900 000 euros) chaque année, et que chaque vice-ministre supplémentaire coûtera 1,5 million de shekels (345 000 euros).

« Nous estimons que pour rendre l’activité du gouvernement plus efficace, le nombre de ministres devrait être réduit », a écrit Lévi.

La lettre est écrite après que le cabinet a approuvé des modifications à la loi actuelle, qui limite à 18 le nombre de ministres. Netanyahu avait initialement l’intention de nommer deux autres ministres – ainsi que quatre vice-ministres – avec l’option d’augmenter ultérieureurement le nombre de portefeuilles ministériels.

Levi a rappelé que suite à un examen interne, le ministère des Finances et le bureau du Premier ministre étaient parvenus à la conclusion que l’augmentation du nombre de ministères était plus grave encore que celui des ministres.

« Le nombre de ministères en Israël s’élève à 27, comparativement à seulement 14 pour les Etats membres de l’OCDE qui ont une fonction publique efficace », a écrit Lévi.

Il a poursuivi en expliquant qu’une surabondance de ministères provoque une service public inefficace, puisque dans tout ministère il y a de 35 % à 40 % des employés qui travaillent comme personnel général et qui n’accroissent pas nécessairement les services rendus au public.

« La multiplicité des agences gouvernementales entraîne une augmentation de l’activité réglementaire et donc, dans certains cas, a un effet sur l’activité économique », a poursuivi Levi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...