Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Le Trio Mandili se produira partout en Israël en hommage aux victimes du 7 octobre

Très connues y compris à l’étranger, les chanteuses donneront un concert de charité pour les Israéliens déplacés dans le cadre de leur tournée du 4 au 8 juin prochains

Trio Mandili. (Autorisation)
Trio Mandili. (Autorisation)

Quelques semaines après le saccage du Hamas, le 7 octobre dernier dans le sud d’Israël, le Trio Mandili, groupe folklorique dont les membres sont parfois présentées comme « les ambassadrices de la Géorgie de par le monde », a publié une vidéo reprenant une prière juive traditionnelle, dans un assez bon hébreu, avec des tenues en bleu et blanc.

« Nous ne pouvions pas rester sans rien faire après les événements tragiques qui se sont déroulés en Israël le 7 octobre. Nous avons donc enregistré une vidéo avec la chanson ‘Adon Olam’ que nous avons publiée sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnes nous ont écrit des choses très blessantes et se sont même désabonnés », explique le groupe à l’occasion d’un échange de courriels avec le Times of Israel.

Composé de trois femmes qui chantent dans la langue et le style polyphoniques traditionnels géorgiens, le Trio Mandili a accédé à la notoriété internationale, également sur les réseaux sociaux, il y a de cela plusieurs années, lorsque leurs premières vidéos ont fait le tour d’Internet et recueilli des millions de vues sur YouTube.

Actuellement en tournée dans plusieurs pays européens, le trio sera en Israël la semaine prochaine pour cinq concerts un peu partout dans le pays.

« Nous avons fait une tournée en Israël l’an dernier – et ce n’était pas la première -. Nous nous sentons toujours les bienvenues ici. Nous avons toujours aidé et continuerons d’aider les personnes qui souffrent lors des conflits, et cela n’a rien à voir avec la politique », explique le groupe.

La clé de leur succès tient dans leurs vidéos virales, captations informelles faites avec une perche à selfie de chants traditionnels sur fond de paysages ruraux géorgiens. La plupart de ces vidéos n’excèdent pas trois minutes.

« Le temps passe mais nous ne changeons pas notre façon de faire : nous restons naturelles, spontanées et originales… les gens aiment ça. Ils ressentent notre énergie. Pas besoin pour ça de comprendre la langue géorgienne », explique la leader Tatuli Mgeladze, qui ajoute que « des dizaines de milliers de touristes » sont venus en Géorgie après avoir vu leurs vidéos.

Leur musique est minimaliste, sans modernité ni électronique. Leur chant polyphonique complexe, à trois voix, s’accompagne d’un panduri, instrument géorgien traditionnel à trois cordes qui n’est pas sans rappeler le ukulélé. Que ce soit en vidéo ou en concert, les trois chanteuses sont toujours très souriantes, tout en rires et tendresse, ce qui renforce une image à la fois amusante et saine.

Au fil des ans, le Trio Mandili et Mgeladze, qui a un diplôme en commerce, ont fait de ces vidéos un véritable empire qui repose pour sa publicité sur les réseaux sociaux, vit de tournées et collaborations internationales ainsi que de la vente de goodies sur le site Internet dédié.

Les jeunes femmes sont les artistes musicales les plus connues de la Géorgie. Elle ont fait connaitre au plus grand monde le chant polyphonique géorgien, qui figure en bonne place sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

« Beaucoup de gens disent que nous avons eu de la chance. Mais ce n’est pas vrai. Bien sûr, la chance joue aussi, mais il n’y a pas que cela… La principale clé du succès, c’est le travail. Un travail quotidien. Et l’amour – l’amour de ce que vous faites, et l’amour pour ceux pour lesquels vous le faites », explique Mgeladze.

Un coup de pouce

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, en février 2022, le trio a créé « Mandili Cares », une organisation caritative qui vient en aide aux réfugiés ukrainiens en Géorgie, en Pologne et ailleurs en Europe. Il a organisé et participé à « plusieurs dizaines de missions humanitaires au profit des réfugiés ukrainiens et cela continue », avec la fourniture de vivres, de médicaments, de vêtements et d’autres produits de première nécessité, souligne le groupe.

Le trio a également pris part aux efforts de secours en Israël, suite au 7 octobre.

« Nous aidons les réfugiés ukrainiens depuis deux ans et savons très bien ce que c’est que de tout perdre d’un coup. Ce qui s’est passé en Israël, c’est terrible, horrible ! Ces personnes dont les maisons ont été détruites sont devenues des réfugiés dans leur propre pays », analyse Mgeladze.

Dans un communiqué de presse publié avant leur arrivée en Israël, le trio a fait savoir qu’il ferait un don au profit des populations israéliennes déplacées et « recueillerait des dons, à l’occasion de nos concerts en Israël et ailleurs dans le monde, au profit des Israéliens concernés par l’attaque terroriste du 7 octobre ».

Le 7 octobre dernier, des milliers de terroristes du Hamas se sont introduits en territoire israélien, dans le sud du pays, pour y tuer près de
1 200 personnes, souvent avec une brutalité extrême, et faire plus de 250 otages séquestrés à Gaza.

Lors de la guerre entre Israël et le Hamas, toujours d’actualité, 200 000 Israéliens vivant au niveau de la frontière avec Gaza ou le long de la frontière avec le Liban, au nord, ont été déplacés. Les habitants du nord ont dû évacuer sous la menace quotidienne des roquettes du Hezbollah.

En dépit de son emploi du temps chargé, le trio a prévu d’organiser un événement spécial au profit des populations israéliennes évacuées, en collaboration avec le Fonds National Juif. Par voie de communiqué, ce dernier a indiqué que « le soutien à Israël d’un groupe géorgien aussi célèbre, avec des millions d’abonnés sur les réseaux sociaux » faisait chaud au cœur.

Ambiance israélienne

Les derniers artistes à s’être produits en Israël ont souvent fait face à des campagnes leur recommandant d’annuler leur halte en Israël, ce qui s’est parfois produit.

Pour l’heure, et en raison du conflit entre Israël et le Hamas et de l’intense activisme anti-sioniste au sein des milieux artistiques, littéraires et universitaires, les amateurs de musique israéliens ne s’attendent pas à ce que les habituels concerts et festivals soient organisés, cet été, même si le chanteur de Radiohead, Johnny Greenwood, a effectué le déplacement, pour un spectacle unique avec le rockeur Dudu Tassa, dans le cadre de leur projet commun « Jarak Qaribak ».

Le trio géorgien ne semble pas le moins du monde inquiet des possibles conséquences de son soutien à Israël. « Nous avons été choquées, épouvantées par ce que les terroristes ont fait. Nous avons tenu à dire notre solidarité avec Israël. Un grand nombre de followers de pays arabes ont arrêté de suivre la page de notre groupe, mais ce n’est pas un problème. Le plus important est pour nous d’avoir choisi le bon côté », explique la membre du trio Tako Tsiklauri.

Rien de moins surprenant, dans ces circonstances, que les ventes de billets pour les spectacles du Trio Mandili, à Jérusalem, Tel Aviv, Haïfa, Netanya et Rishon Lezion, aient si bien démarré.

« Nous allons reprendre nos airs les plus connus mais aussi interpréter de tout nouveaux morceaux tirés de notre quatrième album qui vient de sortir. Et nous allons faire plaisir à notre public israélien avec des chansons en hébreu », ajoute Mari Kurasbediani, une autre membre du trio.

A l’occasion de ses spectacles aux quatre coins du monde, le Trio Mandili met souvent en ligne des morceaux interprétés avec des groupes de musique traditionnelle locaux, toujours dans le style folklorique. Il a par ailleurs sorti des titres interprétés dans d’autres langues que le géorgien. A l’occasion de ses concerts en Israël, le trio n’est pas certain de pouvoir faire la même chose.

« Nous allons séjourner en Israël un peu moins d’une semaine, avec des concerts chaque jour, ce qui ne nous laissera pas le temps de flâner… Nous ne serons que trois sur scène, [mais] nous sommes ouvertes à toutes les propositions. Nous aimerions vraiment faire quelque chose avec des musiciens israéliens », assurent-elles.

Le Trio Mandili se produira le 4 juin au Besarabia Bar à Jérusalem, le 5 juin au Gagarin TLV Club à Tel Aviv, le 6 juin au GAG21 à Haïfa, le 7 juin au Bella Chow Bar à Rishon Lezion et le 8 juin au Culture Hall à Netanya. Vous trouverez toutes les informations utiles ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.