Le tueur de Charleston dénonce « l’agitation juive de la race noire »
Rechercher

Le tueur de Charleston dénonce « l’agitation juive de la race noire »

Un site internet diffuse un « manifeste » alarmant contre les Juifs et les Afro-Américains ; il est attribué à Dylann Roof, qui a tué neuf personnes dans une église de Caroline du Sud

Dans une capture écran de WBTV News, le suspect Dylann Roof est escorté par la police avant son extradition vers Charleston. (Crédit : AFP/ WBTV NEWS/ HO)
Dans une capture écran de WBTV News, le suspect Dylann Roof est escorté par la police avant son extradition vers Charleston. (Crédit : AFP/ WBTV NEWS/ HO)

Un site web apparemment créé par Dylann Roof a été découvert samedi. Le tireur présumé de l’église de Charleston y dénonce les Afro-Américains, et l’« agitation juive de la race noire » ; il apparaît armé de fusils sur des photos, en train de brûler le drapeau américain.

Le site web a été révélé alors qu’une veillée funèbre, organisée ce vendredi en l’honneur des neuf fidèles noirs tués à l’Eglise méthodiste épiscopale africaine Emanuel African, a été suivie de manifestations prévues à Charleston et dans la capitale de l’Etat, Columbia.

L’église a rouvert, trois jours après le massacre.

Les 2 500 mots chaotiques que l’on peut lire dans le manifeste du site, criblés de fautes d’orthographes et de remarques racistes, ne sont pas signés du nom du jeune homme de 21 ans.

Mais son écriture à la première personne, son titre de « Dernier Rhodésien » et les références à Charleston et à l’apartheid en Afrique du Sud laissent deviner qu’il en est l’auteur.

« Les Noirs considèrent tout à travers une lentille raciale [sic] », peut-on lire dans le texte.

« C’est [sic] ça la conscience raciale : tout visualiser à travers une lentille raciale [sic]. Ils pensent toujours au fait d’être noir. Cela fait partie de la raison pour laquelle ils sont si facilement offensés, et qu’ils pensent que tout est destiné à être raciste à leur égard, même si une personne blanche nest [sic] pas en train de penser à la race. L’autre raison est l’agitation juive de la race noire. »

Des membres de la famille des victimes pendant la veillée funèbre au College of Charleston TD Arena  (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
Des membres de la famille des victimes pendant la veillée funèbre au College of Charleston TD Arena (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

« En tant qu’Américains,  on nous apprend à vivre dans le melting pot et que les minorités noires et autres ont tout autant le droit d’être ici que nous, car nous sommes tous des immigrants. Mais l’Europe est la patrie des Blancs, et à bien des égards, la situation est encore pire là-bas. D’ici, j’ai découvert le problème juif et d’autres enjeux de notre race, et je peux dire aujourd’hui que je suis complètement éveillé à la question raciale », affirme-t-il.

Aucun commentaire n’a été fait par les enquêteurs de la police locale ou fédérale quant à l’authenticité du site.

« Je n’ai pas le choix. Je ne suis pas en mesure de, seul, aller dans le ghetto et me battre » peut-on encore lire dans le manifeste.

« Je choisis Charleston, car c’est la ville la plus historique de mon Etat, et qui, à un moment, a connu la plus forte proportion de Noirs face aux Blancs dans le pays. »

Dans un paragraphe inquiétant intitulé « Juifs », Roof se lance dans une tirade contre l’identité juive et la nécessité de la détruire.

Une photo de Dylann Roof datant d'avril 2015 (Crédit : Lexington County Detention Center/via AP)
Une photo de Dylann Roof datant d’avril 2015 (Crédit : Lexington County Detention Center/via AP)

« Contrairement à de nombreux naitonalistes (sic) blancs, je suis d’avis que la majorité des Juifs américains et européens sont de race blanche. À mon avis, les problèmes avec les juifs [sic] ne sont pas leur sang, mais leur identité. Je pense que si nous pouvions détruire l’identité juive [sic], ils arrêteraient de causer des problèmes. Le problème, c’est que les Juifs ont l’air blanc, et dans de nombreux cas sont blancs, mais ils se considèrent comme des minorités. Tout comme n ******, la plupart des juifs [sic] pensent toujours au fait qu’ils sont juifs [sic]. L’autre question est qu’ils ont un réseau. Si nous pouvions rendre chaque Juif bleu pendant 24 heures, je pense qu’il y aurait un réveil de masse, parce que les gens seraient en mesure de voir clairement ce qui se passe. Je ne fais pas [sic] semblant de comprendre pourquoi les Juifs [sic] font ce qu’ils font. Ils sont une énigme », peut-on encore lire dans le manifeste.

« Que diriez-vous de protéger la race blanche et de cesser de lutter pour les juifs. Je dirai ceci cependant :  j’aurais préféré vivre en 1940 en Amérique qu’en Allemagne nazie, et ce n’est pas l’ignorance qui parle. C’est juste mon avis. »

« Nous n’avons pas de skinheads, pas de véritable KKK, personne ne fait rien à part parler sur Internet. Eh bien quelqu’un doit avoir le courage d’agir sur le monde réel, et je suppose que cela doit être moi. »

Des fichiers téléchargeables sur le site web contiennent plusieurs photos de Roof, qui est originaire d’un petit village près de Columbia, à plus de deux heures de voiture de Charleston.

Dans l’une, il est dans un jardin, tenant un drapeau des États confédérés et une arme de poing, des lunettes de soleil style aviateur et est bizarrement entouré de fleurs en pot.

Deux autres photos montrent Roof dans une chambre, l’une avec un drapeau confédéré, l’autre pointant une arme de poing à l’appareil photo.

Roof a été arrêté à la frontière de l’Etat en Caroline du Nord, le lendemain de l’attaque de mercredi, qui a eu lieu pendant une étude du soir de la Bible à l’église Emanuel, l’un des lieux de culte les plus historiques de la communauté afro-américaine.

Quelques photos le montrent porter des vêtements avec les drapeaux de la Rhodésie (c’est ainsi qu’on appelait le Zimbabwe sous la domination blanche) et de l’Afrique du Sud pendant l’apartheid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...