Le Venezuela exprime son « désir » de rétablir des liens avec Israël
Rechercher

Le Venezuela exprime son « désir » de rétablir des liens avec Israël

Huit ans après l'expulsion par Caracas de l'ambassadeur israélien, le grand rabbin déclare qu'il a initié une "période de fréquentation réciproque" à travers les relations consulaires avant de retrouver des liens pleins et entiers

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (au centre) entouré de sympathisants alors qu'il arrive au bureau de vote lors des élections législatives, à Caracas, le 6 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / LUIS ROBAYO / AFP / LUIS ROBAYO)
Le président vénézuélien Nicolas Maduro (au centre) entouré de sympathisants alors qu'il arrive au bureau de vote lors des élections législatives, à Caracas, le 6 décembre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / LUIS ROBAYO / AFP / LUIS ROBAYO)

Le ministre des Affaires étrangères du Venezuela a exprimé au Grand rabbin de son pays « le désir d’établir des relations pleines et entières avec l’état d’Israël », huit ans après l’expulsion de l’ambassadeur israélien de cette nation sud-américaine.

« Nous avons suggéré de commencer avec une période de fréquentation réciproque, ce qui signifierait commencer à établir des relations consulaires, afin que cela devienne plus tard un mariage, ce qui signifierait une ambassade israélienne installée à nouveau au Venezuela comme cela avait été toujours le cas », a indiqué le grand rabbin sépharade du Venezuela Isaac Cohen, à AJN News.

Le ministre des Affaires étrangères Delcy Rodriguez a évoqué l’engagement du pays à réinstaurer des liens avec l’état juif au cours d’une réunion organisée vendredi dernier en compagnie de plusieurs leaders de la communauté, dont Cohen et Elias Farache, président de la Confédération des Associations israélites du Venezuela et organisation-cadre juive dans le pays.

Cohen a expliqué qu’il était en contact avec le ministère israélien des Affaires étrangères.

« Je suis orthodoxe et rabbin sioniste et c’est pour moi une fierté toute juive de voir le drapeau de l’état d’Israël flotter ici au Venezuela comme dans tout pays où vit une communauté juive. Cela nous donne la paix et la tranquillité, c’est fondamental », a dit le rabbin.

Le mois dernier, le président Nicolas Maduro a accueilli une délégation juive formée notamment de Cohen et Farache au palais gouvernemental pour renforcer une relation qui, ces dernières années, a affronté quelques obstacles.

« Une belle journée de dialogue pour la paix. Renforcer la coexistence et le dialogue des civilisations et celui des religions pour consolider notre nation », a tweeté le leader d’extrême-gauche après la rencontre.

Cette photo prise le 31 janvier 2017 montre le vice-président vénézuélien Tareck El Aissami levant le poing durant un rassemblement avec les employés de la compagnie pétrolière d'état PDVSA à  Caracas. (Crédit : AFP PHOTO / Juan BARRETO)
Cette photo prise le 31 janvier 2017 montre le vice-président vénézuélien Tareck El Aissami levant le poing durant un rassemblement avec les employés de la compagnie pétrolière d’état PDVSA à Caracas. (Crédit : AFP PHOTO / Juan BARRETO)

Une semaine auparavant, les Etats Unis avaient empêché dans le pays l’entrée du vice-président du Venezuela Tareck El Aissami, l’accusant de jouer un rôle majeur dans le trafic international de stupéfiants. El Aissami avait également été accusé d’antisémitisme et d’entretenir des liens avec l’Iran et le groupe terroriste du Hezbollah.

La rhétorique antisémite a souvent été employée par feu le président vénézuélien Hugo Chavez, parrain en politique de Maduro, pour détourner les critiques de la profonde crise financière connue par le pays et des accusations de corruption.

Le Venezuela accueille une communauté de 9 000 Juifs. Ils étaient encore 25 000 en 1999. Un grand nombre d’entre eux ont quitté le pays – en particulier pour la Floride et pour Israël – en raison d’un climat social et financier qui n’a cessé de se détériorer et de la croissance de l’antisémisme sous les régimes de Chavez et de Maduro.

« Nous vivons dans la tranquillité. Notre communauté a reçu plus que cela n’avait jamais été le cas – et je suis ici depuis 40 ans – l’autorisation dont nous avons besoin pour Pâque en un temps record : 48 heures », a dit Cohen.

« Aujourd’hui je crois qu’on est en train de décharger des produits casher depuis les douanes pour toutes nos institutions et les membres de la communauté ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...