Le vice-président indonésien a parlé de la paix avec Netanyahu à l’ONU
Rechercher

Le vice-président indonésien a parlé de la paix avec Netanyahu à l’ONU

Jusuf Kalla a confirmé qu'il avait rencontré le leader israélien de manière imprévue en marge de l'Assemblée générale

Le vice-président indonésien Jusuf Kalla  lors de la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 27 septembre 2018, au siège des Nations unies (Crédit : AP Photo/Frank Franklin II)
Le vice-président indonésien Jusuf Kalla lors de la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations unies, le 27 septembre 2018, au siège des Nations unies (Crédit : AP Photo/Frank Franklin II)

Le vice-président indonésien Jusuf Kalla a confirmé mardi avoir discuté avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, la semaine dernière, mais il a démenti toute planification préalable de cette rencontre.

Kalla a déclaré aux journalistes, mardi à Jakarta, que même si les deux pays n’ont pas de liens diplomatiques, les deux hommes ont évoqué les initiatives de paix au Moyen-Orient parce qu’il était important de connaître « les deux parties ».

Il a insisté sur le fait que la discussion entre les deux responsables n’avait pas relevé d’un « entretien privé » mais qu’il était difficile d’éviter le leader israélien à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies de New York.

« Il y avait là-bas 190 chefs d’Etat, présidents et vice-présidents, des Premiers ministres, etc… », aurait dit Kalla, selon Antara News. « On peut se retrouver face à n’importe qui. C’était impossible d’éviter une telle rencontre. Netanyahu s’est trouvé soudainement à côté de moi : Aurais-je dû me détourner ? »

« Si nous voulons aider à concrétiser la paix dans un pays alors nous devons connaître les deux parties en présence », a-t-il continué.

« Et lorsque nous nous sommes rencontrés et que nous nous sommes présentés l’un à l’autre, nous avons donc parlé de la paix ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive à l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le 27 septembre 2018. (AFP / Timothy A. Clary)

Tandis que la conférence annuelle réunit traditionnellement le gotha politique de la communauté internationale, les responsables de l’organisation de l’événement et autres oeuvrent à l’ordinaire à éviter les situations sensibles et à empêcher des rencontres malencontreuses.

Dimanche, la radio militaire avait fait savoir que Netanyahu et Kalla s’étaient entretenus secrètement la semaine dernière pendant l’Assemblée générale. Selon la station, cette rencontre avait été tue en raison du fort sentiment pro-palestinien qui prédomine en Indonésie.

Des gens constatent les dégâts causés à une zone résidentielle suite à un séisme suivi d’un tsunami sur la plage de Talise à Palu, dans le Sulwesi central, en Indonésie, le 1er octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Tatan Syuflana)

L’Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, n’a jamais établi de liens diplomatiques officiels avec Israël et le pays est un fort soutien des aspirations palestiniennes à un État.

Les responsables israéliens ont parlé, dans le passé, de relations officieuses et ont réclamé l’établissement de liens officiels, une demande rejetée par le gouvernement indonésien.

Isrël a refusé de dire si l’Etat juif avait offert son aide à l’Indonésie suite à un séisme suivi d’un tsunami meurtrier qui avaient ravagé la ville de Palu, faisant au moins 1 300 morts et laissant des centaines de milliers de personnes dénuées de nourriture, d’eau et d’abris.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...