Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Législatives: « ni RN, ni LFI », prônent quatre représentants des institutions juives

"Nous faisons le choix des valeurs universelles et humanistes qui sont au cœur du judaïsme, comme de notre pacte républicain", ont écrit les présidents du Crif, du Consistoire, du FSJU et le Grand Rabbin de France

Un journaliste lors de la soirée électorale du parti au pouvoir Renaissance, alors que les résultats du premier tour des élections législatives sont attendus à Paris, le 30 juin 2024. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)
Un journaliste lors de la soirée électorale du parti au pouvoir Renaissance, alors que les résultats du premier tour des élections législatives sont attendus à Paris, le 30 juin 2024. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

Les principaux représentants des institutions juives de France, les présidents du Crif, du Consistoire central, du Fonds social juif unifié et le Grand Rabbin de France appellent vendredi à ne choisir « ni le RN », « ni LFI » au second tour des législatives.

Pour le second tour des élections législatives dimanche, « nous faisons le choix des valeurs universelles et humanistes qui sont au cœur du judaïsme, comme de notre pacte républicain. En conscience, nous estimons que cela ne peut se faire aujourd’hui ni avec le RN ni avec LFI », écrivent ces représentants dans un communiqué restant fidèles à une position déjà exprimée cette semaine par le Crif.

Le texte est signé des présidents du Conseil représentatif des institutions juives de France Yonathan Arfi, du Consistoire central Elie Korchia, du fonds social juif unifié Ariel Goldmann et du Grand Rabbin de France Haïm Korsia.

« Le populisme ou le nationalisme n’ont jamais été dans l’Histoire un rempart contre l’antisémitisme ni amené la paix et la sérénité », poursuivent-ils. « Non, l’antisémitisme n’est ni ‘résiduel’ ni ‘contextuel’ comme certains ont osé l’affirmer », ajoutent-ils.

Ils font notamment référence à une déclaration du leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui avait estimé le 2 juin que « l’antisémitisme reste résiduel en France ».

« Quelle que soit l’issue du scrutin, la recrudescence des actes violents contre les Juifs, en particulier depuis le 7 octobre, devra être prise en compte et les politiques publiques renforcées pour obtenir des résultats plus concrets dans la lutte contre l’antisémitisme », plaident les quatre représentants des institutions juives.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.