L’Egypte, l’Arabie saoudite et le Qatar condamnent l’attaque au Louvre
Rechercher

L’Egypte, l’Arabie saoudite et le Qatar condamnent l’attaque au Louvre

Les touristes se pressaient en nombre samedi matin aux entrées du musée du Louvre, qui a rouvert vers 9H30 au lendemain de l'attaque à la machette contre des militaires au Carrousel

Des soldats français patrouillent suite à une attaque devant le musée du Louvre, à Paris, le 3 février 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Des soldats français patrouillent suite à une attaque devant le musée du Louvre, à Paris, le 3 février 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

L’Egypte, l’Arabie saoudite et le Qatar ont condamné samedi l’attaque à la machette contre des militaires au musée du Louvre à Paris qui aurait été perpétrée par un Egyptien.

Vendredi matin, un homme armé de deux machettes a attaqué quatre militaires à l’entrée de la très touristique galerie du Carrousel du Louvre, blessant très légèrement l’un d’eux à l’entrée de la galerie du Carrousel du Louvre, avant d’être grièvement blessé au ventre par le tir d’un des soldats.

Cette galerie donne accès au musée le plus fréquenté du monde (avec 7,3 millions de visiteurs en 2016, dont 75 % d’étrangers). L’établissement avait été immédiatement fermé pour la journée.

« Le gouvernement et le peuple égyptiens se tiennent aux côtés du gouvernement et du peuple français face au terrorisme », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Arabie saoudite et le Qatar ont également condamné dans des communiqués séparés cette attaque, Ryad exprimant sa « solidarité avec la France », selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères cité par l’agence Spa.

L’Egypte « condamne l’attaque terroriste » et appelle « la communauté internationale à redoubler d’efforts pour lutter contre le phénomène dangereux (du terrorisme) », a-t-il ajouté.

Les autorités égyptiennes n’ont pas fait allusion au fait que l’auteur de l’attaque serait un Egyptien de 29 ans résidant aux Emirats arabes unis et entré légalement en France le 26 janvier par un vol en provenance de Dubaï.

Ses motivations ne sont pas encore connues, mais il s’agit d' »un acte dont le caractère terroriste ne fait guère de doute », selon le président François Hollande.

L’attaque n’a pas été revendiquée.

Grosse affluence habituelle pour la réouverture du musée du Louvre

Si les touristes étaient un peu moins nombreux qu’un samedi matin habituel à patienter à l’entrée extérieure de la Pyramide en ce début de matinée pluvieuse, deux longues files d’attente, composées majoritairement de visiteurs chinois, étaient visibles au Carrousel, en sous-sol, avant le passage du portique de sécurité.

L’une des entrées du Carrousel, celle par laquelle était entré vendredi l’homme ayant attaqué des militaires avec deux machettes, est toutefois restée fermée samedi, a-t-on appris auprès du musée.

L’établissement précise qu' »aucune mesure de sécurité particulière » n’a été mise en oeuvre en plus de celles déjà appliquées dans le cadre du plan Vigipirate.

Comme le musée, les magasins de la galerie commerciale ont rouvert samedi matin.

Des policiers armés de fusils-mitrailleurs patrouillaient parmi les touristes qui, avant de parvenir à l’entrée du musée proprement dite, devaient se soumettre à un contrôle des sacs à l’entrée du Carrousel.

Ali Tali, un touriste turc venu visiter le Louvre avec sa femme, s’est dit « pas inquiet »: « Les mesures de sécurité, on est habitués en Turquie », affirme ce visiteur d’une quarantaine d’années, qui était présent vendredi dans la galerie au moment de l’attaque.

A l’entrée côté Pyramide, une autre visiteuse, Elena Lordugen, se montre un peu moins assurée : « Je suis assez préoccupée de venir aujourd’hui mais comme on n’a pas pu visiter le musée hier, on a quand même décidé de revenir », dit à l’AFP cette Russe de 28 ans, vivant en Allemagne.

Une heure et demie après l’ouverture des portes, la file d’attente grossissait lentement et régulièrement devant la pyramide, sous la surveillance de trois véhicules de police stationnés à proximité.

Même s’il a conservé sa première place, le Louvre a perdu 15 % de visiteurs l’an dernier. Cette baisse est liée à diminution du nombre de touristes étrangers présents à Paris depuis les attentats.

En deux années de baisse consécutive, le célèbre musée a perdu deux millions de visiteurs. Cette tendance pourrait à terme menacer sa place de leader convoitée par les grands établissements anglo-saxons.

Le Louvre observe depuis deux mois, comme la plupart des établissements parisiens, un redressement de sa fréquentation. Celle-ci devrait se poursuivre en 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...