Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

L’Egypte exécute un homme coupable de féminicide

Ce procès, très médiatisé, s'était tenu après la mort, par arme blanche, de la jeune étudiante, à Mansoura, une ville située à 130 kilomètres au nord du Caire

Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Un homme a été exécuté mercredi après avoir été reconnu coupable d’avoir tué une étudiante ayant refusé ses avances, un meurtre qui avait suscité l’indignation en Egypte, ont annoncé les autorités de ce pays.

Les autorités pénitentiaires égyptiennes « ont appliqué la peine de mort prononcée contre Mohamed Adel », ont-elles déclaré, dans un communiqué publié par les médias d’Etat.

Il avait été reconnu coupable en juin 2022 du « meurtre avec préméditation » de Nayera Achraf, qui étudiait dans la même université que lui, ont-elles précisé.

Ce procès, très médiatisé, s’était tenu après la mort, par arme blanche, de la jeune étudiante, à Mansoura, une ville située à 130 kilomètres au nord du Caire.

Son meurtre avait été filmé et la vidéo partagée massivement en ligne.

Peu avant son assassinat, Nayera Achraf avait dit craindre pour sa vie et avait porté plainte auprès des autorités. Lors du procès, le parquet avait montré des messages de Mohamed Adel, dans lesquels il menaçait de « l’égorger ».

Fait extrêmement rare, le procès de M. Adel avait été filmé et diffusé en direct par certains médias, dans l’idée, selon le tribunal, de « dissuader le plus grand nombre » de commettre un tel crime.

L’affaire avait provoqué un débat au-delà de l’Egypte car quelques jours après Nayera Achraf, une étudiante jordanienne était tuée par balles à Amman, probablement pour les mêmes raisons.

Puis, en août, une étudiante en journalisme était tuée à son tour à l’arme blanche à Zagazig, à 60 km au nord du Caire.

Dans un pays où l’islam rigoriste n’a cessé de gagner du terrain depuis les années 1970, un sondage, mené par les Nations unies en 2015, avait dénombré près de huit millions de femmes victimes de violences de la part d’un époux, d’un proche ou d’un étranger dans l’espace public.

L’Egypte a procédé en 2022 au quatrième plus grand nombre d’exécutions au monde, selon Amnesty International.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.