L’Egypte va rétablir ses relations diplomatiques avec Assad
Rechercher

L’Egypte va rétablir ses relations diplomatiques avec Assad

Partageant des ennemis communs comme l’Etat islamique, les Frères musulmans et la Turquie, le Caire et Damas veulent se rapprocher

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est au pouvoir depuis 2013, après avoir destitué Mohammed Morsi, lié aux Frères musulmans. (Crédit : CC BY SA 3.0)
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est au pouvoir depuis 2013, après avoir destitué Mohammed Morsi, lié aux Frères musulmans. (Crédit : CC BY SA 3.0)

L’Egypte rétablit ses liens diplomatiques avec le régime d’Assad, a-t-on annoncé dans les médias arabes.

La décision intervient alors que les troupes russes arrivent en Syrie pour soutenir le dirigeant Bashar el-Assad.

Les Etats-Unis et les puissances occidentales craignent que l’intervention russe n’entraîne une escalade supplémentaire de la guerre civile qui a déjà coûté la vie à plus des 250 000 personnes en 4 ans et demi.

Le général Ali Mamlouk, un haut conseiller en sécurité d’Assad, était au Caire il y a deux semaines pour une rencontre avec le président Egyptien Abdel Fattah el-Sissi et des hauts responsables de la sécurité égyptienne, selon le quotidien israélien Haaretz, qui mentionnait des articles arabes.

Le régime Assad et le Caire partagent un combat contre l’Etat islamique, un élément majeur de la rébellion anti-Assad depuis 2014 et avec une présence croissante dans la péninsule du Sinaï, où une bataille opposant les forces de sécurité égyptienne et des groupes affiliés à l’Etat islamique a coûté la vie à des dizaines de soldats au cours des mois récents.

Mamlouk et ses homologues égyptiens ont discuté de la lutte contre l’Etat islamique, et contre des factions islamistes, y compris les Frères musulmans, qui contrôlaient le gouvernement d’Egypte jusqu’à ce qu’ils soient chassés du pouvoir en 2013 par Sissi.

Les deux parties perçoivent le président islamiste turc Recep Tayyip Erdogan comme un opposant. Des sources égyptiennes ont déclaré à Haaretz que les échelons militaires du pays ont toujours vu le gouvernement d’Assad comme un partenaire, et que les relations entre les deux capitales se sont détériorées sous le gouvernement des Frères musulmans.

Mamlouk a également visité l’Arabie Saoudite et Oman pour des discussions sur la guerre civile qui a lieu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...