L’élection met en lumière les succès impressionnants de Netanyahu, et son échec
Rechercher
Analyse

L’élection met en lumière les succès impressionnants de Netanyahu, et son échec

Le Premier ministre a repoussé la menace des rebelles de droite. Pourtant, rien de ce qu'il a fait - vaccins, accords de paix - n'a permis une nette victoire dans les urnes

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Des partisans du Likud au siège du parti à Jérusalem, le soir des élections, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des partisans du Likud au siège du parti à Jérusalem, le soir des élections, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Nous n’avons toujours pas les résultats définitifs de l’élection de mardi. Il faudra peut-être attendre vendredi ou même la semaine prochaine pour que le décompte final des voix soit officiel.

Ce n’est qu’à ce moment-là que les Israéliens sauront si l’un ou l’autre camp politique a réussi à remporter une courte victoire après trois campagnes électorales – exaspérantes – et toutes peu concluantes.

Les chiffres des sondages de sortie des urnes étaient si étonnamment proches – et, en ce qui concerne le clivage fondamental entre le camp Netanyahu et ses rivaux, si inchangés par rapport aux trois dernières élections – que les moindres variations de chiffres pour les petits partis marginaux peuvent encore faire basculer l’ensemble du système politique dans un sens ou dans l’autre.

Pourtant, malgré toute cette incertitude, certaines conclusions importantes peuvent être tirées des premiers chiffres des sondages de sortie des urnes qui sont apparus mardi.

Des agents électoraux israéliens dans un bureau de vote pour les personnes positives au COVID-19, à Jérusalem, lors des élections à la Knesset, le 23 mars 2021. (Shir Torem/Flash90).

La grande victoire et la grande défaite de Netanyahu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a remporté un succès majeur mardi : Les rebelles de droite Gideon Saar et Naftali Bennett, qui, il y a deux mois à peine, auraient pu combiner leurs listes dans les sondages pour former un parti plus important que le Likud, avaient si fortement chuté le jour de l’élection que leur force combinée représente désormais moins de la moitié de celle du Likud. Un gouffre de plus de 20 sièges sépare le Likud des partis de ses deux adversaires.

C’est un résultat important pour Netanyahu. Cela signifie que ni Bennett ni Saar ne peuvent démontrer de manière convaincante qu’ils méritent de remplacer Netanyahu en tant que Premier ministre. Grâce à une campagne calculée et disciplinée, Netanyahu a réussi à neutraliser la menace la plus immédiate et la plus sérieuse pour son maintien au pouvoir.

Il est important de reconnaître cette victoire ; c’est pourquoi la journée de mardi n’a pas permis d’éconduire clairement le Premier ministre.

Un partisan du Likud devant une vidéo de Benjamin Netanyahu lors d’un événement du parti à Jérusalem, le 23 mars 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mais il est tout aussi important de prendre du recul et de considérer le fait que mardi a également marqué un échec plus profond pour Netanyahu que le Likud ne veut l’admettre.

L’économie israélienne vient de rouvrir grâce à une campagne de vaccination de premier plan qui n’aurait pas eu lieu – ou du moins pas aussi rapidement et globalement – sans le leadership de Netanyahu. Au cours de l’année qui s’est écoulée depuis les dernières élections, Netanyahu a négocié quatre accords de normalisation spectaculaires avec des États arabes auparavant hostiles.

L’histoire a été écrite, des vies et des moyens de subsistance ont été sauvés.

Pourtant, aucun de ces succès historiques n’a fait bouger les choses dans les urnes. Selon les sondages de sortie des urnes, chaque parti membre du gouvernement sortant, à l’exception de Shas, a vu sa taille diminuer. Le Likud est passé de 36 à 30 ou 31 sièges. Netanyahu a déployé tous les efforts possibles pour atteindre et mobiliser les électeurs, menant une campagne féroce pendant trois longs mois, mais il est revenu au point de départ.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu effectue une visite au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, un jour avant les élections générales, le 22 mars 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le piège des 61 sièges

Mais que se passe-t-il si les sondages à la sortie des bureaux de vote sont faux ?

Et si, malgré tout, les chiffres initiaux après le jour de l’élection ne tenaient pas compte d’un petit groupe d’électeurs pro-Netanyahu qui finissait par faire basculer les résultats réels de deux sièges en faveur du Likud et donnait à Netanyahu une majorité absolue de 61 sièges ?

Pour Netanyahu, c’est presque aussi désastreux que de perdre. Il se retrouvera soudain avec une coalition de droite où chaque député – littéralement chaque membre de la coalition – sera en mesure de faire pression sur le Premier ministre sur des questions de politique fondamentale, du budget de l’État aux implantations en Cisjordanie en passant par les relations avec les États-Unis et les communautés de la diaspora, chaque fois que le Premier ministre aura besoin de leur vote pour adopter une loi de finances ou survivre à une motion de censure.

Ajoutez à ce cauchemar ingouvernable le fait que cette nouvelle coalition comprend l’extrémiste kahaniste Itamar Ben Gvir et le militant anti-LGBT Avi Maoz, deux représentants de la frange la plus radicale de la droite de la vie politique israélienne que Netanyahu a contribué à faire entrer au Parlement, et la « victoire » commence à ressembler à une déroute.

Itamar Ben Gvir, du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, prend la parole au siège du Parti sioniste religieux à Modiin, le soir des élections, le 23 mars 2021. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Le meilleur espoir de Netanyahu, compte tenu des résultats du sondage de sortie des urnes de mardi, est de former cette coalition de 61 sièges, juste pour prouver qu’il en est capable, puis de pêcher parmi les législateurs de l’opposition des transfuges qui pourraient être disposés à passer au Likud, ce qui permettrait d’élargir et de stabiliser son étroite coalition. C’est une stratégie raisonnable, mais elle dépend de la réalisation de deux choses : il doit dépasser les sondages de sortie des urnes et remporter 61 sièges, et il doit trouver des transfuges volontaires.

La dernière fois, Netanyahu a réussi à arracher à son camp de centre-gauche nul autre que son grand ennemi Benny Gantz en échange d’un accord de rotation qu’il n’a jamais eu l’intention de réaliser. Un an plus tard, cette astuce ne fonctionnera plus. Le traitement qu’il a réservé à Gantz rend cette fois-ci sa recherche de transfuges beaucoup plus difficile.

L’humilité stratégique de Lapid

Alors que Netanyahu s’efforce de trouver un chemin à travers les calculs obstinés de la coalition, le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, a connu sa propre défaite mardi, ainsi qu’une victoire.

La défaite est évidente et inintéressante : Lapid n’a pas réussi à obtenir des électeurs une coalition stable pour gouverner. Mais on s’y attendait.

Le dirigeant de Yesh Atid Yair Lapid et son épouse Lihi déposent leur bulletin de vote dans un bureau de vote à Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

La victoire de Lapid, en revanche, est assez intéressante. Il est entré dans la course à la tête du quatrième plus grand parti de la Knesset ; il en ressort à la tête du deuxième plus grand parti. Tout au long de sa campagne, son humilité – son refus de s’autoproclamer Premier ministre, sa volonté de renforcer les autres partis du bloc de centre-gauche – a discrètement réhabilité ce camp brisé, poussé de nombreux partis en danger bien au-delà du seuil et fait de lui le leader de facto de l’ensemble du bloc.

Lapid était déjà le leader de l’opposition dans la Knesset sortante. Mais il s’agissait d’un détail technique, un vestige de la vieille rivalité entre le Likud et Kakhol lavan.

Après les élections de mars 2021, Lapid est devenu quelque chose de plus : l’architecte clé de la stratégie électorale commune du centre-gauche – son Netanyahu, si vous voulez.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...