L’émissaire israélien a rencontré la ministre des Affaires étrangères suédoise
Rechercher

L’émissaire israélien a rencontré la ministre des Affaires étrangères suédoise

L'ambassadeur récemment nommé Ilan Ben Dov s'est entretenu avec Margot Wallström le 16 novembre lors de la traditionnelle réunion organisée pour les nouveaux envoyés

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)
Margot Wallström, ministre suédoise des Affaires étrangères, dans son bureau à Stockholm, le 31 octobre 2014. (Crédit : Jonathan Nackstrand/AFP)

L’ambassadeur d’Israël en Suède a récemment rencontré la ministre des Affaires étrangères du pays, Margot Wallstrom, qui, dans le passé, a été snobée par des responsables israéliens en raison de diverses controverses dont elle a été à l’origine, notamment une demande d’enquête sur Israël pour des allégations de meurtres extrajudiciaires de Palestiniens.

L’ambassadeur récemment nommé Ilan Ben Dov s’est entretenu avec Wallström le 16 novembre lors de la traditionnelle réunion organisée pour les nouveaux envoyés, a signalé Haaretz jeudi.

La réunion n’a pas été annoncée au préalable par le ministère des Affaires étrangères israélien ou sur la page Facebook officielle de Ben Dov.

Lorsque la Suède, en 2014, est devenue la première nation d’Europe occidentale à reconnaître un État palestinien, les relations bilatérales avec Israël se sont fortement refroidies. Les tensions étaient encore plus intenses après les accusations portées par Wallstrom contre Israël.

En décembre 2016, des responsables israéliens avaient menacé de la boycotter lors d’un voyage prévu dans la région (qu’elle a par la suite annulé).

Plus tôt cette année, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a refusé de rencontrer le Premier ministre suédois Stefan Löfven en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Le ministère des Affaires étrangères a confirmé qu’une rencontre avec Wallstrom avait eu lieu, mais a insisté sur le fait que cela se faisait dans le cadre de la pratique diplomatique traditionnelle pour les nouveaux ambassadeurs.

« Notre position concernant l’ordre du jour lui a été clarifiée sans équivoque », a déclaré un porte-parole.

La réunion n’a pas été annoncée à l’époque par le ministère des Affaires étrangères israélien ou sur la page Facebook officielle de Ben Dov.

Posted by Ilan Ben-Dov on Monday, 21 August 2017

« J’ai été heureuse de rencontrer le nouvel ambassadeur d’Israël », a déclaré Wallstrom à Haaretz. « Nous avons eu une bonne conversation constructive. Il y a une nouvelle atmosphère ici et j’attends un travail de coopération. »

Une source proche de Wallstrom a déclaré qu’ils devraient se rencontrer à nouveau dans le futur.

Ben Dov, qui a pris ses fonctions en août, aurait expliqué que la ministre suédoise des affaires étrangères avait l’habitude de rencontrer les nouveaux ambassadeurs. Il a refusé de commenter si la réunion a été autorisée ou non par Netanyahu, qui est aussi le ministre israélien des Affaires étrangères, en disant seulement qu’il n’a rien fait de contraire aux directives du ministère des Affaires étrangères.

« J’ai beaucoup de réunions qui ne sont pas annoncées », a déclaré Ben Dov. « L’essentiel du travail n’est pas annoncé sur Facebook. »

Il a souligné que bien que les relations entre les deux pays se développaient, il n’y a pas encore de changement officiel dans la politique d’Israël.

« Dans toutes mes réunions d’introduction, je n’ai pas caché le fait que nous voyons dans la décision suédoise [de reconnaître l’Etat palestinien] une erreur stratégique de la plus haute importance. C’est une erreur fatale qui non seulement nuit aux relations bilatérales, mais nuit aussi au processus de paix », a-t-il déclaré.

« La nouvelle atmosphère dans les relations entre la Suède et Israël ne se fait pas au détriment de la demande sans équivoque que la Suède améliore sa politique envers Israël », a-t-il poursuivi.

Wallstrom a défendu les politiques suédoises et a nié leur partialité envers Israël.

« Nous ne sommes pas contre Israël, nous voulons la solution à deux états », a-t-elle déclaré à Haaretz. « Nous sommes en faveur de la paix et voulons des relations avec Israël et avec la Palestine. »

Elle a rejeté l’accusation d’antisémitisme portée contre elle la qualifiant de « mensonge ».

Le président du Parlement suédois Urban Ahlin, à droite, et le président de la Knesset, Yuli Edelstein, inspectent une garde d’honneur à la Knesset à Jérusalem, le 15 novembre 2017 (Crédit : Jorge Novominsky)

Le mois dernier, avant la réunion Wallstrom-Ben Dov, le président du Parlement suédois, Urban Ahlin, a effectué une visite de trois jours en Israël à l’invitation du président de la Knesset, Yuli Edelstein.

À Ramallah, il a rencontré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Rami Hamdallah, qui a profité de sa séance photos pour appeler d’autres pays européens à reconnaître l’état de ma Palestine.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...