L’enfant terrible de la Knesset s’est marié dimanche
Rechercher

L’enfant terrible de la Knesset s’est marié dimanche

En costume bordeaux, Oren Hazan, le député du Likud, âgé de 35 ans a épousé une ancienne secrétaire de la Knesset au bout d'un mois de fiançailles

Oren Hazan, député du Likud, à la Knesset, le 19 septembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Oren Hazan, député du Likud, à la Knesset, le 19 septembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Habillé d’un costume bordeaux, avec nœud papillon noir et une kippa blanche, le député du Likud Oren Hazan a épousé dimanche soir sa fiancée, Rinat Kotkovsky, après un peu plus d’un mois de fiançailles.

Les photographies de l’évènement montraient le souriant vice-président de la coalition de 35 ans sous la houppa traditionnelle aux côtés de la mariée de 26 ans, qui était habillée d’une robe blanche et d’un voile traditionnel.

Des centaines de personnes, membres des familles, parlementaires, et autres invités ont rejoint le couple au centre événementiel Duria, près d’Ashkelon.

Le couple s’est rencontré quand Kotkovsky travaillait à la Knesset, et s’est fréquenté quelques mois avant que Hazan ne fasse sa demande en mariage le 5 janvier, sur la scène d’un théâtre du centre d’Israël.

Après le spectacle, Hazan s’était agenouillé sur la scène, devant tout le public, et a demandé à Kotkovsky de l’épouser.

« Mon rêve était de te rencontrer à la Knesset », avait-il dit à l’époque, selon la Deuxième chaîne. « La première fois que j’ai eu le courage de te parler a été le jour où tu quittais la Knesset. Mais je savais que tu deviendrais ma femme. Je savais qu’il n’y avait que toi qui pouvais me mettre à ma place. Il y a beaucoup de confusion… dehors, mais je t’aime sincèrement », a-t-il déclaré. Kotkovsky avait alors simplement répondu « oui ».

Yoav Eliasi, un rappeur d’extrême-droite israélien controversé dont le nom de scène est HaTzel (l’ombre en hébreu) était présent au mariage. Fervent partisan de Hazan, Eliasi ne s’est pas habillé spécialement pour l’occasion. Il n’a pas non plus apporté de cadeau, selon une photo publiée sur Twitter par un journaliste de Walla, qui le citait déclarant « je suis perse. Nous n’apportons pas de cadeau. »

Hazan est devenu, depuis son élection en 2015, l’enfant terrible du Parlement israélien.

En octobre, un juge de la cour des magistrats de Tel Aviv a déclaré que Hazan avait consommé des drogues dures quand il dirigeait un casino en Bulgarie avant de se présenter aux élections, rejetant l’argument d’un procès en diffamation intenté par Hazan à un journaliste de la Deuxième chaîne.

En décembre, son permis de conduite avait été suspendu car il roulait à plus de 140 km/h sur la route 90, limitée à 90 km/h.

En décembre 2015, la commission d’Ethique de la Knesset avait suspendu Hazan des débats parlementaires pour un mois, en raison de nombreuses plaintes contre lui.

En février, Hazan avait été suspendu des débats en commission, cette fois par le Likud son propre parti, après son absence à un vote en plénière qui avait entraîné la défaite du parti.

Un rapport du contrôleur de l’Etat de 2015 sur les dépenses du parti pendant la campagne des primaires du Likud avait conclu que Hazan n’avait pas signalé ses dépenses et l’avait accusé de mentir dans une déclaration sur l’honneur à ce sujet, un crime passible de trois ans de détention.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...