L’enseignement en ligne reprend ce mercredi après un accord salarial
Rechercher

L’enseignement en ligne reprend ce mercredi après un accord salarial

Les professeurs signeront un accord garantissant un salaire complet pour l'enseignement à distance jusqu'à la fin de Pessah, sortant de l'impasse et soulageant les parents indignés

De jeunes Israéliens travaillent en ligne depuis leur domicile au Moshav Yashresh, dans le centre d'Israël, le 18 mars 2020 (Crédit :  Yossi Aloni/Flash90)
De jeunes Israéliens travaillent en ligne depuis leur domicile au Moshav Yashresh, dans le centre d'Israël, le 18 mars 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les élèves israéliens pourront reprendre l’enseignement à distance ce mercredi après la résolution du conflit qui opposait les professeurs et les responsables gouvernementaux concernant les salaires, et qui a entraîné la fin des cours en ligne pendant presque une semaine.

Le syndicat des enseignants signera un accord qui a été évoqué par le Premier ministre Benjamin Netanyahu mardi et qui détermine la reprise immédiate de l’enseignement à distance, a fait savoir le bureau du Premier ministre peu après minuit, mercredi.

Selon l’accord, les professeurs, y compris les enseignants de maternelle, recevront un salaire complet jusqu’à la fin des fêtes de Pessah, à la mi-avril.

Les vacances d’été seront raccourcies de neuf jours pour compenser le temps perdu.

Les négociations entamées entre le ministère des Finances et le syndicat des enseignants se trouvaient dans l’impasse depuis le 18 mars en raison d’un conflit syndical, entraînant l’indignation des parents.

Les élèves des écoles élémentaires, des collèges et des lycées – ils sont 2,2 millions dans le pays – sont confinés à leur domicile depuis le 13 mars, suite à une décision gouvernementale de fermer les écoles pour tenter d’endiguer la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus.

Après la clôture des établissements et pendant quatre jours, les enseignants de tout le pays avaient communiqué et donné des cours à leurs élèves via internet et par le biais de vidéoconférences. Mais, mercredi dernier, leur syndicat avait annoncé que les professeurs cesseraient leurs interventions en ligne suite à un conflit avec le ministère des Finances au sujet du versement de leur salaire entier au cours de ces journées de travail à distance.

« Nous avons dit au ministère des Finances que nous étions heureux de travailler à distance dans la mesure où notre salaire tout entier nous était versé à cette occasion », avait alors expliqué une porte-parole du syndicat des enseignants israéliens au Times of Israel.

« Nous avons conclu un accord, la semaine dernière, avec les professeurs de lycée selon lequel ils continueront à travailler », avait fait savoir une source proche du ministère des Finances. « Nous ne voulons pas nuire aux chances des élèves de passer leurs examens de fin d’études ».

« Nous avons dit au ministère des Finances que nous sommes heureux de travailler à distance dans la mesure où nous recevrons notre salaire en entier pour ces journées d’enseignement », avait dit une porte-parole du syndicat au Times of Israel.

Les responsables du ministère des Finances avaient clamé que de nombreux enseignants, et particulièrement en maternelle, ne travaillaient pas réellement.

« Il y a, par exemple, 23 000 enseignants, en école maternelle, qui pratiquent un travail à distance en envoyant un devoir à leurs petits élèves tous les deux jours. Il ne s’agit pas là d’un travail à plein temps », avait estimé le ministère.

Mercredi, ce sont 2 030 personnes en Israël qui avaient été diagnostiquées comme atteintes du COVID-19. Le coronavirus a fait cinq morts en Israël.

Simona Weinglass a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...