L’envoyé américain pour l’antisémitisme critique Paris pour le procès S. Halimi
Rechercher

L’envoyé américain pour l’antisémitisme critique Paris pour le procès S. Halimi

Elan Carr a déclaré que "l'on ne peut refuser de juger un crime haineux pour consommation de marijuana", en référence à l'assassin de Sarah Halimi, déclaré légalement irresponsable

Elan Carr, l'envoyé spécial américain chargé de la lutte contre l'antisémitisme, prend la parole lors d'une conférence organisée par l l'Association juive européenne (EJA) à Paris, le 24 février 2020. (Autorisation)
Elan Carr, l'envoyé spécial américain chargé de la lutte contre l'antisémitisme, prend la parole lors d'une conférence organisée par l l'Association juive européenne (EJA) à Paris, le 24 février 2020. (Autorisation)

PARIS (JTA) – L’envoyé spécial américain chargé de la surveillance et de la lutte contre l’antisémitisme a implicitement critiqué la décision prise en France de ne pas juger l’homme ayant brutalement assassiné sa voisine Sarah Halimi.

Elan Carr a fait référence à la décision concernant l’assassin de cette dernière lors d’une conférence sur l’antisémitisme organisée lundi par l’Association juive européenne [European Jewish Association – EJA] à Paris.

En décembre, un juge a décidé de ne pas reconnaître Kobili Traoré coupable du meurtre de Sarah Halimi en 2017 aux cris de « Allahou akbar ».

Le juge a cité des évaluations psychiatriques affirmant que la consommation de marijuana par Traoré avant son acte effroyable avait conduit à une « bouffée délirante » qui le rendait juridiquement non responsable de ses actes. Mais le juge a dans le même temps déclaré que l’homme, âgé d’une trentaine d’années, avait tué Mme Halimi par antisémitisme.

Cette décision a provoqué l’indignation.

Le mois dernier, le président Emmanuel Macron avait déclaré : « le besoin de procès est là », suscitant l’ire de magistrats.

Sarah Halimi. (Crédit : autorisation de la Confédération des Juifs de France et des amis d’Israël)

« On ne rejette pas les accusations de crimes haineux pour des questions comme la consommation de marijuana », a commenté M. Carr, en se référant à sa qualité d’ancien procureur à Los Angeles. « Cela n’explique pas les crimes de haine qui doivent être poursuivis avec la plus grande sévérité de la loi ».

La conférence, intitulée « Les Juifs en Europe : unis pour un avenir meilleur », s’est tenue au Centre européen du judaïsme, un centre communautaire qui a ouvert ses portes en octobre.

Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne, a déclaré que l’engagement croissant de nombreux Juifs européens envers le judaïsme le rendait « optimiste quant à l’avenir des Juifs d’ici » malgré les difficultés.

A LIRE : Les idées de l’Association juive européenne pour lutter contre l’antisémitisme

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...