Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

L’envoyé palestinien au Nigeria accuse Tsahal de mutiler des cadavres de Gazaouis

Abdullah Abu Shawesh affirme qu'Israël se sert des corps de Gazaouis tués pour falsifier des preuves afin d'attester des crimes du 7 octobre commis par le Hamas

Abdullah Abu Shawesh (Crédit : capture d'écran X)
Abdullah Abu Shawesh (Crédit : capture d'écran X)

Le représentant palestinien au Nigeria a accusé Israël de mutiler les corps des Palestiniens tués dans la guerre à Gaza afin de falsifier des preuves des atrocités commises par le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas contre les Israéliens.

Abdullah Abu Shawesh a fait ces déclarations lors d’un entretien téléphonique le 9 janvier avec Al Jazeera, en amont des audiences à la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye, où l’Afrique du Sud accuse Israël de commettre un génocide à Gaza.

Dans un enregistrement de l’interview publié en ligne par le Middle East Media Research Institute (MEMRI) jeudi, Abu Shawesh affirme qu’Israël pourrait porter atteinte aux cadavres des Palestiniens pour prétendre faussement qu’il s’agit de victimes israéliennes des attaques du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre.

« Le 7 octobre est un fait et nous ne devrions pas nier que c’était une chose difficile », a-t-il déclaré dans l’enregistrement, avant de prétendre qu’aucun civil n’a été tué dans les massacres perpétrés par le Hamas, au cours desquels environ 1 200 personnes ont été tuées et environ 240 ont été prises en otage dans des actes d’une brutalité horrifiante.

« Tous les mensonges diffusés par Israël comme le viol de femmes… le meurtre de civils, la décapitation de 40 bébés, tous ces mensonges ont été propagés en premier lieu par [le Premier ministre] Benjamin Netanyahu lors de sa conversation avec le président américain », a-t-il affirmé.

Malgré l’affirmation d’Abu Shawesh selon laquelle l’attaque du Hamas ne visait pas les civils, les données publiées par Israël en décembre ont montré qu’au moins 764 civils ont été tués lors des attaques meurtrières. La majorité des personnes prises en otage étaient également des civils.

De plus, l’affirmation selon laquelle 40 bébés auraient été décapités n’a pas été propagée par Netanyahu, mais plutôt par une journaliste qui prétendait avoir été informée par un commandant de l’armée israélienne. Cependant, cette affirmation n’a jamais été vérifiée par les forces de l’ordre ou le gouvernement israélien.

Au moins 12 enfants de moins de 10 ans ont été tués par le Hamas le 7 octobre, dont un nourrisson de 10 mois.

Les violences sexuelles perpétrée par les terroristes du Hamas font l’objet d’une enquête continue des autorités israéliennes, et les Nations unies ont déclaré plus tôt cette semaine que les preuves croissantes de viols et de mutilations génitales pointent vers des crimes éventuels contre l’humanité, ce que le groupe terroriste a nié.

Des manifestants aux abords du siège des Nations unies, à New York City, dénoncent le silence perçu de la communauté internationale face aux violences sexuelles commises par les terroristes du Hamas contre des Israéliennes lors du massacre du 7 octobre, le 4 décembre 2023. (Crédit : Carli Fogel)

Rejetant les preuves comme des mensonges, Abu Shawesh a suggéré qu’Israël fabriquerait des preuves pour soutenir ses « nombreuses affirmations » en mutilant les corps de Palestiniens tués dans les combats à Gaza.

« Ils ont volé des cadavres de Palestiniens et d’enfants palestiniens. Ils ont déterré des tombes », a-t-il déclaré. « Nous avons le sentiment que ce pays criminel pourrait décapiter les [cadavres] d’enfants qu’il a volés dans les tombes et les présenter comme des preuves, ou qu’il brûlera des enfants et des cadavres palestiniens pour les présenter comme des preuves dans les jours à venir. »

Les affirmations d’Abu Shawesh font écho à celles du Hamas, qui a affirmé que l’armée israélienne avait volé plus de 150 corps dans des cimetières pour en prélever les organes.

En décembre, Israël a pris les corps de plusieurs dizaines de personnes dans des morgues et des tombes à Gaza, soupçonnant qu’il y avait parmi eux des otages assassinés, mais les a ensuite rendus à Gaza, où ils ont été enterrés dans une fosse commune.

Des Palestiniens blessés pris en charge à l’hôpital Al-Najjar suite à une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Les affirmations d’Abu Shawesh interviennent alors que la CIJ examine l’accusation de l’Afrique du Sud selon laquelle Israël aurait commis un « génocide » contre les Palestiniens lors de la guerre en cours à Gaza.

Plus de 23 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé dirigé par les terroristes du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 9 500 agents du terrorisme palestinien depuis le 7 octobre, à Gaza et en Israël.

Israël affirme vouloir détruire le Hamas en raison de ses attaques brutales contre le pays et déploie des efforts pour éviter de nuire aux civils dans la bande de Gaza, bien qu’il ne puisse constamment l’éviter, le groupe terroriste se cachant et opérant au sein de la population.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.