L’épouse d’un célèbre rabbin emprisonné en surdose de médicaments
Rechercher

L’épouse d’un célèbre rabbin emprisonné en surdose de médicaments

Après une possible tentative de suicide, Deborah Rivka Pinto a été emmenée à l’hôpital

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Deborah Rivka Pinto, l'épouse du célèbre rabbin Yoshiyahu Pinto, le 1er octobre 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Deborah Rivka Pinto, l'épouse du célèbre rabbin Yoshiyahu Pinto, le 1er octobre 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

L’épouse d’un rabbin emprisonné a été hospitalisée mercredi soir après avoir pris trop de médicaments.

Les secouristes de Magen David Adom ont été envoyés à la résidence des Pinto à Ashdod après la perte de connaissance de Deborah Rivka Pinto, a annoncé le site internet ultra-orthodoxe Kikar HaShabat.

Les secouristes ont administré les premiers soins à la femme inconsciente puis l’ont emmenée au centre médical Barzilai. L’article n’a pas dit dans quel état de santé elle se trouvait.

En octobre 2012, Pinto avait été légèrement blessée par une tentative de suicide après avoir ingurgité trop de médicamenteuse alors que son mari était interrogé par la police.

Son époux, Yoshiyahu Pinto, a commencé à purger une peine d’un an de prison le 16 février pour tentative de corruption et obstruction à la justice dans une affaire qui impliquait de hauts gradés de l’unité anti-corruption de la police israélienne.

En mai 2015, la cour du district de Tel Aviv avait condamné Pinto à un an de prison et à une amende d’un million de shekels (238 000 euros) après un accord judiciaire qui avait entraîné Pinto à plaider coupable.

Le rabbin Yoshiyahu Pinto, au centre, à la cour suprême de Jérusalem, le 16 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le rabbin Yoshiyahu Pinto, au centre, à la cour suprême de Jérusalem, le 16 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans le cadre de l’accord, Pinto avait accepté de témoigner contre Menashe Arviv, l’ancien dirigeant de l’unité anti-corruption de la police, qui était suspecté de percevoir des avantages d’hommes d’affaires associés avec le rabbin.

Les avocats de Pinto avaient affirmé au bureau du procureur de l’Etat qu’Arviv avait accepté illégalement des faveurs et avait fourni des informations secrètes en échange. Arviv a été interrogé pour la dernière fois par la police en septembre. Aucune accusation n’a été portée contre lui. Le scandale avait poussé Arviv à prendre de longs congés puis, en février, à démissionner après 36 ans de service dans la police, bien qu’il ait clamé son innocence.

Le site internet Haredim 10 a annoncé mercredi que plus tôt dans la semaine, deux frères, qui ne connaissaient pas précédemment la famille Pinto et qui sont détenus dans le cadre d’une affaire protégée par un ordre de silence, ont demandé à la famille et aux amis de Pinto des centaines de milliers de shekels pour assurer sa protection pendant qu’il était en prison.

Les services des prisons auraient renforcé la sécurité du rabbin, qui souffre d’un cancer, au centre médical de la prison Nitzan de Ramle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...