L’équipe de Facebook à Tel Aviv travaille sur un projet de porte-monnaie digital
Rechercher

L’équipe de Facebook à Tel Aviv travaille sur un projet de porte-monnaie digital

Calibra est une branche nouvellement créée dont le but est de fournir des services financiers à une grande variété de personnes

Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, quitte le Palais de l'Elysée après sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron à Paris, le 10 mai 2019. (AP Photo/Francois Mori)
Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, quitte le Palais de l'Elysée après sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron à Paris, le 10 mai 2019. (AP Photo/Francois Mori)

L’équipe de recherche de Facebook à Tel Aviv travaille sur le nouveau porte-feuille du géant des réseaux sociaux, qui doit être lancé dans le cadre du projet Libra de l’entreprise, une nouvelle monnaie mondiale basée sur la technologie de blockchain.

Dans une publication postée sur la page du site des opportunités de carrières chez Facebook, deux ingénieurs israéliens – du nom de Sivanne G. et Ori M. de l’équipe Calibra de Tel Aviv, la branche du géant du réseau social qui lance le porte-feuille – évoquent « les défis qu’ils doivent » gérer et la mission de Calibra.

Calibra est une branche nouvellement créée dont le but est de fournir des services financiers à une grande variété de personnes, y compris ceux qui n’ont pas accès à des comptes en banque.

Le nouveau porte-monnaie digital permettra à l’utilisateur de « conserver, d’envoyer et de dépenser Libra », la nouvelle monnaie que le géant du réseau social va mettre en place, avec la technologie blockchain.

La premier produit mis sur le marché par Calibra est un porte-monnaie digital, qui sera disponible sur Messenger, WhatsApp et une application indépendante. Il doit être lancé en 2020, a annoncé Facebook en juin.

Sheryl Sandberg, la chef du Bureau des Opérations de Facebook, à gauche, et la responsable générale de Facebook en Israël, Adi Soffer Teeni inaugurent le nouvel espace du géant des réseaux sociaux appelé Playground pour les startups à Tel Aviv, le 14 août 2019. (Shoshanna Solomon/Times of Israël)

L’équipe de Tel Aviv construit les systèmes qui suivent en temps réel toutes les activités suspectes et toutes les tentatives de manipuler les comptes des utilisateurs, et d’empêcher des tels agissements, a déclaré Sivanne G. la chef du bureau de lutte contre le fraude, dans le message.

En outre, l’équipe de Tel Aviv est en charge de la mise au point des outils que l’équipe d’assistance aux utilisateurs Facebook emploiera pour aider les clients quand ils ont des problèmes.

Nous avons l’espoir que « d’ici quelques années », tout le monde « sera en capacité d’utiliser le porte-monnaie Calibra pour des transactions de tous les jours comme prendre un taxi, acheter des courses, ou faire du shopping en ligne », et d’autres activités dans le genre, a déclaré Sivanne G.

Le porte-feuille sera également utilisé par des gens « qui n’ont actuellement pas accès aux services financiers ou qui ne se sentent pas à l’aise pour transporter du liquide, en leur fournissant un moyen de garder et de dépenser leur argent », a-t-elle ajouté.

« C’est un défi immense. Calibra est un produit émergent – presque comme une start-up – dans une grande compagnie et le développer est un objectif ambitieux », a-t-elle dit.

Facebook a dévoilé Libra en juin et a dit qu’elle sera lancée publiquement au début de l’année prochaine avec des partenaires comme Uber, Visa, Mastercard et PayPal. Libra pourrait permettre à des millions de gens qui n’ont pas accès à des comptes en banque de faire des achats en ligne et de réduire le coût du transfert d’argent à travers les frontières, a déclaré Facebook, même si l’initiative a immédiatement été critiquée des régulateurs.

L’équipe de Calibra à Tel Aviv cherche actuellement à recruter des employés pour rejoindre le projet, précisait le poste.

Facebook a ouvert son premier bureau en Israël en 2013 et emploie maintenant plus de 300 employés, à la fois dans le domaine du développement et de ventes, selon des données fournies par l’entreprise.

Le centre R&D en Israël est le plus grand centre de Facebook en dehors de Etats-Unis.

Le réseau social a également fait des acquisitions en Israël, en achetant la plateforme d’application mobile Snaptu en 2011 pour 70 millions de dollars et l’entreprise de reconnaissance faciale Face.com en 2012 pour 60 millions de dollars.

Facebook a également fait l’acquisition du développeur israélien d’application Onavo en 2013, ce qui a permis au géant des réseaux sociaux de s’implanter physiquement en Israël pour la première fois. Facebook a ensuite fait l’acquisition de Pebbles, une start-up basée en Israël et spécialisée dans la technologie qui peut suivre les mouvements de mains via une branche de Facebook Oculus en 2015. En 2018, Facebook a acheté Redkix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...