Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

L’équipe du Hamas reste au Caire un jour de plus alors que les négociations stagnent

Un responsable égyptien reconnaît des "difficultés", alors que le groupe terroriste palestinien affirme attendre la réponse d'Israël à ses demandes

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Une femme protestant contre l'acheminement de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza tant que tous les otages n'auront pas été libérés et brandissant la photo d'un otage détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, alors qu'elle se tient à côté de soldats israéliens au poste-frontière de Nitzana avec l'Égypte, dans le sud d'Israël, le 5 mars 2024. (Crédit : Leo Correa/AP)
Une femme protestant contre l'acheminement de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza tant que tous les otages n'auront pas été libérés et brandissant la photo d'un otage détenu par le Hamas dans la bande de Gaza, alors qu'elle se tient à côté de soldats israéliens au poste-frontière de Nitzana avec l'Égypte, dans le sud d'Israël, le 5 mars 2024. (Crédit : Leo Correa/AP)

Alors que les négociations en vue d’une libération d’otages et d’une trêve au Caire semblent s’enliser, le groupe terroriste palestinien du Hamas a déclaré mardi qu’il maintenait ses négociateurs en Égypte à la demande des médiateurs.

« La délégation restera au Caire mardi pour de nouvelles discussions, qui devraient s’achever dans la journée », a déclaré un responsable du Hamas à Reuters.

Des pourparlers sont en cours au Caire depuis deux jours, mais Israël a refusé d’envoyer une délégation après que le Hamas a refusé de répondre à ses principales exigences.

Bassem Naïm, membre du bureau politique du Hamas, a déclaré à Reuters plus tôt dans la journée que le groupe terroriste palestinien avait présenté sa proposition d’accord de cessez-le-feu aux médiateurs au cours des deux jours de pourparlers et qu’il attendait une réponse des Israéliens.

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne veut pas parvenir à un accord et la balle est maintenant dans le camp des Américains, qui doivent faire pression sur lui pour qu’un accord soit conclu », a déclaré Naïm.

Israël a refusé de commenter publiquement les pourparlers du Caire.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse, le 29 février 2024. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Une source égyptienne a déclaré à Sky News Arabia que les discussions se poursuivaient, tout en reconnaissant qu’il y avait des « difficultés ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a appelé le Hamas à accepter un « cessez-le-feu immédiat » avec Israël.

« Nous avons la possibilité d’un cessez-le-feu immédiat qui peut permettre de ramener les otages chez eux, d’augmenter considérablement l’aide humanitaire acheminée aux Palestiniens qui en ont désespérément besoin, et ensuite aussi de mettre en place les conditions d’une résolution durable », a déclaré Blinken lors d’une visite du Premier ministre qatari à Washington.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le Premier ministre qatari et ministre des Affaires étrangères l’émir Mohammed ben Abdulrahman ben Jassim al-Thani s’adressant à la presse dans la salon du Traité du Département d’État, à Washington, le 5 mars 2024. (Crédit : Drew Angerer/AFP)

« C’est au Hamas de décider s’il est prêt à s’engager dans ce cessez-le-feu », a-t-il ajouté. « Il est également urgent, indépendamment d’un cessez-le-feu, d’accroître considérablement l’aide humanitaire apportée aux habitants de Gaza. »

« La situation des enfants, des femmes et des hommes qui ont été pris dans les tirs croisés du Hamas à l’intérieur de Gaza est inacceptable et insoutenable », a-t-il affirmé, appelant Israël à « maximiser tous les moyens possibles, toutes les méthodes possibles pour acheminer l’aide aux personnes qui en ont besoin ».

Des sources de sécurité égyptiennes ont déclaré lundi qu’elles étaient toujours en contact avec les Israéliens pour permettre la poursuite des négociations sans la présence d’une délégation israélienne.

Israël pense que le chef du Hamas, Yahya Sinwar, est impliqué dans la prise de décision du groupe terroriste, a affirmé un responsable israélien au Times of Israel, alors que des informations indiquent qu’il n’est plus en contact avec le Hamas depuis une semaine.

Une autre source a déclaré cette semaine qu’Israël restait à l’écart parce que le Hamas avait rejeté sa demande de produire une liste de tous les otages encore en vie.

Des Palestiniens sur le site d’une frappe aérienne israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 mars 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Naïm a affirmé que cela était impossible sans un cessez-le-feu préalable, car les otages étaient dispersés dans la zone de guerre et détenus par des groupes terroristes distincts.

Les pourparlers du Caire ont été présentés comme la dernière étape à la conclusion du premier cessez-le-feu prolongé dans la guerre, une trêve de 40 jours au cours de laquelle les otages seraient libérés et l’aide serait acheminée à Gaza pour éviter la famine avant le Ramadan, qui doit commencer au début de la semaine prochaine.

La télévision égyptienne Qahera a également rapporté que les pourparlers avaient été prolongés pour un troisième jour mardi, ajoutant qu’il y avait « des difficultés ».

Interrogé sur l’affirmation de Naïm selon laquelle Israël retarderait l’accord, un haut fonctionnaire israélien a répondu par la négative.

« Israël fait tout son possible pour parvenir à un accord. Nous attendons une réponse du Hamas », a affirmé ce responsable.

Lundi, un haut responsable du Hamas a déclaré au média libanais Al Mayadeen « qu’il n’y a pas de réelle avancée » dans les négociations sur les otages, ce qu’il a attribué au « refus d’Israël de donner des réponses claires aux demandes du Hamas ».

Ces exigences, qui sont rédhibitoires pour l’État juif, portent sur un cessez-le-feu total, sur le retrait de l’armée israélienne à Gaza et sur le retour chez eux des Gazaouis qui ont été déplacés. Sans réponse favorable à ces requêtes, le groupe terroriste ne donnera aucune information sur les otages qu’il détient actuellement, a-t-il fait savoir.

Un autre officiel du Hamas dont l’identité n’a pas été révélée a déclaré à l’Arab World Press que « la balle est dans le camp d’Israël » quant aux pourparlers sur la remise en liberté des otages, après que le groupe terroriste a présenté ses doléances sur les détenus palestiniens qu’il souhaite voir libérés dans le cadre d’un échange de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

Le Hamas n’a pas donné de noms de prisonniers spécifiques, mais le responsable a déclaré qu’au moins vingt Palestiniens condamnés à perpétuité seraient inclus.

Des soldats de l’armée israélienne détruisant le plus grand tunnel du Hamas découvert dans le nord de la bande de Gaza, sur une capture d’écran vidéo non datée publiée le 5 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La source a ajouté que le Hamas ne préconisait pas un retour immédiat des habitants de Gaza dans le nord de la bande de Gaza en raison du risque de surpeuplement, mais qu’il souhaitait un retour ordonné et échelonné de plus de 500 familles par jour tout au long de la période de cessez-le-feu, avec la participation de la Croix-Rouge et de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA).

Aux côtés des États-Unis, l’Égypte et le Qatar jouent le rôle d’intermédiaires dans les négociations entre les deux parties dans un contexte de guerre entre Israël et le Hamas qui dure depuis cinq mois. La guerre a été déclenchée par l’assaut du groupe terroriste du Hamas le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont envahi le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes et prenant 253 otages, tout en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant l’arme de la violence sexuelle à grande échelle.

Reuters a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.