Les adolescentes ne pourront pas jouer au cricket aux Maccabiades
Rechercher

Les adolescentes ne pourront pas jouer au cricket aux Maccabiades

Naomi Eytan, 14 ans, est exclue de l'équipe des garçons malgré le soutien des autorités locales et internationales

La joueuse de cricket Naomi Eytan (au premier plan) avec certains membres de son équipe (Crédit : Autorisation)
La joueuse de cricket Naomi Eytan (au premier plan) avec certains membres de son équipe (Crédit : Autorisation)

La cour israélienne a statué ce dimanche sur le cas d’une adolescente qui n’était pas admissible à jouer dans l’équipe nationale de cricket, composée par ailleurs uniquement de garçons, dans les prochaines Maccabiades.

La décision, du tribunal de district de Tel Aviv, signifie que Naomi Eytan, 14 ans, ne pourra pas jouer au cricket, puisqu’il n’y a pas de compétition féminine aux Maccabiades.

Eytan a joué dans l’équipe nationale israélienne de cricket de moins de 19 ans toute la saison – la seule fille de l’équipe des 15 meilleurs joueurs du pays.

Avec les Jeux des Maccabiades qui amorcent leur coup d’envoi dans quelques jours, elle s’attendait à rejoindre ses co-équipiers alors qu’ils se battent contre les joueurs de cricket juifs du monde entier, a-t-elle déclaré la semaine dernière, mais visiblement « les organisateurs ont dit que je ne pouvais pas jouer avec l’équipe, parce qu’elle est exclusivement masculine ».

Les Maccabiades, considérés comme les Jeux olympiques juifs, rassemblent des dizaines de milliers d’athlètes du monde entier pour se disputer en Israël. Cette année, l’événement se déroulera du 4 au 18 juillet.

Quelques heures avant le rendu de la décision, Carmel Eytan, mère de Naomi et porte-parole de Na’amat, une organisation israélienne des droits des femmes, a parlé de la déception de sa fille si elle était privée de compétition : « Regardez comment elle se tient si fière dans son nouvel uniforme, et comment il serait déchirant si, à la suite d’une décision injuste, cette reconnaissance qu’elle a gagnée par le sang, la sueur et les larmes lui serait enlevée, simplement parce qu’elle est une fille ! »

Galia Wolloch, présidente de Na’amat, a déclaré dans le sillage de la décision du tribunal que « la triste décision du tribunal, fondée sur des arguments bureaucratiques, est nuisible pour les sports féminins en Israël en général et au cricket en particulier. Alors que des tentatives sont en cours dans le monde entier pour briser le plafond de verre, la décision du juge le renforce aujourd’hui et le concrétise ».

Le tribunal a reçu une déclaration d’Ed Shuttleworth, Responsable de développement européen de « l’International Cricket Council », et qui a soutenu la position d’Eytan.

« S’il n’y a pas d’équipe féminine, il semble logique d’avoir un système méritocratique où, si un joueur est assez bon (quel que soit le sexe), il peut participer », a-t-il écrit.

L’Association israélienne de cricket s’est également mise du côté d’Eytan, avec le directeur Naor Gudker qui a appelé les autorités des Maccabiades à faire preuve de souplesse.

L’avocat de l’adolescente, Gali Etzion, a exprimé sa déception que le tribunal n’ait pas écouté les conseils de la CPI.

Elle a déclaré que le tribunal avait également partiellement fondé sa décision sur un malentendu sur le terme de cricket « 12 man », qui fait référence à un joueur de remplacement dans le sport « 11-a-side ». Le terme, qui est utilisé dans le cricket masculin et féminin, a été interprété à tort par le tribunal pour se référer spécifiquement aux hommes.

Etzion a ajouté que, malgré la décision, le tribunal a déclaré que la question devrait être discutée avant les prochains Jeux de Maccabiades dans quatre ans.

Naomi Eytan a déclaré: «Je suis athlète et j’en serai toujours une. Aucune décision du juge ne me brisera. Ma façon de prouver que je suis l’égale des garçons est de continuer à m’entraîner afin de participer à l’avenir au Championnat d’Europe « .

Bien que ce soit rare, les femmes ont joué dans des équipes masculines de cricket dans des ligues semi-professionnelles et même professionnelles. La plus récente Sarah Taylor, née en Colombie-Britannique, a joué en 2015 un match pour les districts du Nord contre Port Adélaïde en Australie. Pendant ce temps, les événements mixtes gagnent en popularité et le Comité international olympique a récemment décidé que les Jeux de 2020 à Tokyo comprendront des activités de natation et de course de relais pour les équipes avec des membres des deux sexes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...