Les comptes bancaires des maris refusant le guet pourraient être bloqués
Rechercher

Les comptes bancaires des maris refusant le guet pourraient être bloqués

Les autorités religieuses ont saisi la banque d’Israël dans le but d’appliquer cette nouvelle sanction

Scène de Guett - Le Procès de Viviane Amsalem (Crédit : autorisation Films Distribution)
Scène de Guett - Le Procès de Viviane Amsalem (Crédit : autorisation Films Distribution)

Selon un article du journal israélien Yedioth Aharonot, les tribunaux rabbiniques d’Israël souhaiteraient geler les comptes bancaires des maris qui refusent le guet.

Ainsi, les autorités religieuses ont saisi la banque d’Israël dans le but d’appliquer cette nouvelle sanction.

Les conséquences de la mesure pourraient être problématiques : ainsi, les remboursements de dettes depuis un compte bloqué pourraient être gelés.

Des questions se posent également sur les comptes joints.

Actuellement, le tribunal rabbinique déclare déjà dans certains cas le mari comme « limité » auprès de sa banque, ce qui l’empêche d’utiliser sa carte bancaire, d’obtenir un crédit et limite ses dépenses.

En vertu de la loi juive millénaire, seul le mari peut officiellement dissoudre un mariage. En Israël, où les divorces sont soumis à la loi religieuse, cela a laissé des centaines de femmes dans un flou juridique face à des maris qui refusent de le leur accorder.

Les tribunaux rabbiniques ne peuvent contraindre un homme à donner un guet – un acte de divorce – à sa femme, mais peuvent imposer des sanctions, notamment une peine de prison sans accusation, ou des campagnes de shaming d’un homme qui, selon les juges, refuse injustement de délivrer un guet et met sa femme en position de agouna, une femme enchaînée.

Ces sanctions permettent ainsi d’exercer une pression sur le mari afin qu’il accepte le divorce.

Selon Ynet, on compte depuis 2012 en Israël 950 cas de refus de guet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...