Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Les cordonniers de Gaza réparent les chaussures des Palestiniens déplacés par la guerre

Nombre de Gazaouis étant sans abri, les cordonniers s'affairent sur les bords de route à réparer les chaussures des personnes incapables d'en trouver ou d'en acheter des neuves

Illustration : Un Palestinien attendant qu'un cordonnier répare les chaussures de ses enfants avant la fête de l'Aïd al-Fitr qui marquera la fin du mois de jeûne du Ramadan à Gaza City, dans le nord de la bande de Gaza, le 16 juillet 2015. (Crédit : Adel Hana/AP Photo)
Illustration : Un Palestinien attendant qu'un cordonnier répare les chaussures de ses enfants avant la fête de l'Aïd al-Fitr qui marquera la fin du mois de jeûne du Ramadan à Gaza City, dans le nord de la bande de Gaza, le 16 juillet 2015. (Crédit : Adel Hana/AP Photo)

Les cordonniers s’affairent à réparer les chaussures des personnes qui ne peuvent pas les remplacer alors que la guerre continue entre Israël et les terroristes palestiniens du Hamas et ses complices.

Peu de chaussures neuves sont disponibles à Gaza et peu de gens peuvent s’offrir celles qui sont encore en vente. Mais en marchant dans la boue et les décombres de l’enclave, alors que la plupart des voitures ne circulent plus sur les routes abîmées par le manque d’essence, les gens usent leurs chaussures plus rapidement.

« Nous avons quitté la ville de Gaza à pied et nous n’avons rien emporté. Pas de vêtements ni même de pantoufles. Nous sommes restés un moment à Khan Younès, puis nous avons été déplacés ici, à Rafah », a raconté Ahmed Haboosh, tandis que le cordonnier Ahmed Hothot répare ses sandales.

Haboosh avait acheté une paire de sandales usagées parce que les neuves étaient trop chères. Il les a apportées à l’échoppe de Hothot, située au bord de la route – une chaise et une petite table sous une bâche – pour les réparer.

« Avant la guerre, nous travaillions moins, mais maintenant nous avons commencé à travailler davantage parce que les gens n’ont pas d’argent pour acheter de nouvelles sandales », a expliqué Hothot.

« La situation des gens est très mauvaise et il n’y a pas d’économie, il y a très peu de choses », a-t-il ajouté.

Des enfants au sommet d’une petite colline près de tentes dans un abri de fortune pour les Palestiniens qui ont fui dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le Hamas à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

La guerre a commencé le 7 octobre lorsque les terroristes du Hamas se sont déchaînés de l’autre côté de la frontière, tuant plus de 1 200 personnes en Israël – pour la plupart des civils massacrés au cours d’atrocités brutales telles que des exécutions, des brûlures de corps et des viols – et prenant 253 otages, dont le plus jeune a un an.

En réponse à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas et de mettre fin à son règne de 16 ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a commencé le 27 octobre.

132 des otages enlevés par le Hamas et ses complices le 7 octobre sont encore à Gaza, mais certains ne sont plus en vie – après la remise en liberté de 105 civils au cours d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre.

Quatre otages avaient été libérées avant cela, et une soldate avait été secourue par l’armée israélienne. Les corps sans vie de huit otages ont également été retrouvés et trois otages ont été tués par erreur par l’armée le 15 décembre.

L’armée a confirmé le décès de 28 otages – notamment de deux captifs dont la mort a été annoncée mardi – qui se trouvaient encore à Gaza, citant de nouveaux renseignements et autres informations obtenues par les militaires en opération sur le terrain, au sein de l’enclave côtière. Une personne est encore considérée comme portée disparue depuis le 7 octobre et son sort reste indéterminé.

Plus de 27 000 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Tsahal dit avoir éliminé 9 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus des quelque 1 000 terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Hothot et les autres cordonniers des bords de routes travaillent sans électricité, utilisant des outils manuels, des kits de couture et de la colle pour réparer des chaussures, des pantoufles et des sandales pour une somme modique.

« Le client apporte des pantoufles complètement abîmées et nous essayons de l’aider et de faire de notre mieux pour réparer les pantoufles pour lui. La couture nécessite une aiguille ordinaire et une alène. C’est un travail entièrement manuel », a expliqué Hothot.

Un camp de tentes temporaire pour les Palestiniens qui ont été évacués de leurs maisons à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 janvier 2024. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Pour Um Wadith Abu Aser, il était très important de trouver des chaussures, même mal ajustées, pour ses enfants dans les rues boueuses des nouveaux villages de tentes de Rafah, où vivent sa famille et des centaines de milliers d’autres Palestiniens.

Les enfants étaient pieds nus parce que leurs vieilles chaussures étaient devenues trop vieilles ou étaient tombées en morceaux pendant leur fuite chaotique devant les frappes israéliennes, mais elle a réussi à trouver de vieilles sandales que les cordonniers ont pu réparer.

« Les gens m’ont donné des vêtements pour que j’habille mes enfants. Certains m’ont donné des pantoufles partiellement endommagées, mais je me suis débrouillée », a-t-elle déclaré.

« Mes enfants pleuraient parce qu’il y avait du verre dans la rue. Mon fils est tombé plusieurs fois à cause du verre. Ils nous ont fait marcher sur de la boue et du verre, mais que puis-je dire, rien ne peut expliquer ce que nous avons vécu », a-t-elle ajouté.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.