Rechercher

Les créatures de la Méditerranée fuient vers des eaux plus profondes et fraîches

Avec la hausse des températures dans une mer déjà chaude, les chercheurs de l'université de Tel Aviv préviennent que "la limite de la capacité de nombreuses espèces est atteinte"

Des espèces de la vie marine dans la mer Méditerranée. (Université de Tel Aviv)
Des espèces de la vie marine dans la mer Méditerranée. (Université de Tel Aviv)

Selon une étude publiée jeudi par des chercheurs de l’université de Tel Aviv, des dizaines d’espèces marines de la mer Méditerranée changent d’habitat et migrent à des dizaines de mètres de profondeur dans des eaux plus fraîches afin de survivre.

L’analyse effectuée sur 236 espèces a révélé que les poissons, les crustacés et les mollusques, tels que les calmars, migrent en moyenne à 55 mètres de profondeur dans toute la Méditerranée.

Selon les chercheurs, la tendance à migrer vers des eaux plus profondes n’est pas uniforme pour toutes les espèces.

Les espèces d’eau froide ont migré plus profondément que les espèces d’eau chaude ; les espèces qui vivent dans une zone de profondeur étroite ont migré moins profondément que les espèces qui vivent dans une zone de profondeur large ; et les espèces qui sont capables de fonctionner dans une zone de température plus large ont migré plus profondément que celles qui ne peuvent fonctionner que dans une zone de température étroite.

L’étude – publiée dans la revue Global Ecology and Biogeography – a été menée par Shahar Chaikin, doctorant à l’université de Tel Aviv, sous la supervision du professeur Jonathan Belmaker, et avec les chercheurs Shahar Dubiner, de l’école de zoologie de la faculté des sciences de la vie George S. Wise et du musée d’histoire naturelle Steinhardt de l’université de Tel Aviv.

Selon les chercheurs, la planète entière a connu un réchauffement au cours des dernières décennies, mais ce processus a été nettement plus marqué en mer Méditerranée. La température moyenne de l’eau en Méditerranée augmente d’un degré Celsius tous les trente ans, et le rythme ne fait que s’accélérer, indique l’étude.

« Il faut se rappeler que la Méditerranée était chaude à l’origine, et que nous atteignons maintenant la limite de la capacité de nombreuses espèces », a expliqué le professeur Belmaker.

Des espèces de la vie marine dans la mer Méditerranée. (Crédit : Shevy Rothman/Université de Tel Aviv)

« Nos recherches montrent clairement que les espèces réagissent au changement climatique en modifiant leur répartition en profondeur », a déclaré M. Chaikin, « et lorsque nous pensons à l’avenir, les décideurs devront se préparer à l’avance à l’approfondissement des espèces. Par exemple, les futures réserves naturelles marines devront être définies de manière à ce qu’elles puissent également abriter les espèces qui ont migré vers de plus grandes profondeurs. Et d’autre part, la pêche du futur impliquera de pêcher les mêmes poissons à de plus grandes profondeurs, ce qui implique de naviguer plus loin dans la mer et de brûler plus de carburant. »

« Même si les espèces s’enfoncent dans les profondeurs pour échapper aux eaux chaudes et que cette adaptation rapide les aide, il y a toujours une limite – et cette limite, ce sont les fonds marins », a ajouté le professeur Belmaker. « Nous voyons déjà des poissons d’eaux profondes comme le cabillaud dont le nombre diminue, probablement parce qu’ils n’avaient nulle part où aller plus profondément. »

Au début du mois, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a déclaré que les années 2015 à 2021 étaient en passe d’être les sept plus chaudes jamais enregistrées, avertissant que la planète se dirigeait vers un « territoire inexploré ».

Le rapport préliminaire de l’OMM sur l’état du climat, publié à l’occasion de l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), indique que le réchauffement de la planète dû aux émissions de gaz à effet de serre risque d’avoir « des répercussions considérables sur les générations actuelles et futures ».

L’OMM a constaté que la température moyenne pour 2021 était supérieure d’environ 1,09 degré Celsius aux niveaux préindustriels.

Et la température moyenne des 20 dernières années (2002-2021) a, pour la première fois, dépassé le seuil symbolique d’un degré Celsius par rapport au milieu du XIXe siècle, lorsque les humains ont commencé à brûler des combustibles fossiles à l’échelle industrielle.

Dans le cadre de l’accord de Paris de 2015, les pays ont convenu de plafonner le réchauffement climatique à un niveau « bien inférieur » à deux degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, et à 1,5 degré Celsius si possible.

Depuis lors, le monde a connu une litanie de catastrophes météorologiques, notamment des incendies de forêt qui ont battu des records en Australie et en Sibérie, une vague de chaleur unique en Amérique du Nord et des précipitations extrêmes qui ont provoqué des inondations massives en Asie, en Afrique, aux États-Unis et en Europe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...