Les demandeurs d’asile du Darfour connaîtront leur sort d’ici la fin 2021
Rechercher

Les demandeurs d’asile du Darfour connaîtront leur sort d’ici la fin 2021

La Haute-cour a précisé que si le gouvernement devait échouer à prendre en compte les dossiers, des milliers de réfugiés pourraient obtenir un statut temporaire de résident

Des réfugiés du sud-Soudan manifestent contre la politique d'immigration israélienne, le 10 juin. (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)
Des réfugiés du sud-Soudan manifestent contre la politique d'immigration israélienne, le 10 juin. (Crédit : Roni Schutzer/Flash90)

La Haute-cour de justice a ordonné dimanche au gouvernement de prendre en compte et de traiter les dossiers de demande d’asile des réfugiés du Darfour, des montagnes de Nuba et originaires de la région du Nil bleu, au Soudan, d’ici la fin de l’année.

Si l’État échoue dans cette mission, il sera alors nécessaire d’accorder un statut de résident temporaire à ces réfugiés dont le sort reste indéterminé depuis largement plus d’une décennie, a statué le panel de trois magistrats à l’unanimité.

Ce jugement a concerné les dossiers de 2 445 demandeurs d’asile qui avaient été soumis avant le mois de juin 2017 et qui doivent encore être traités par l’État.

Les juges ont déploré que le gouvernement a traîné pour gérer ces demandes d’asile, regrettant qu’il ait changé son argumentaire, au fil des années, concernant les retards accumulés dans le traitement des requêtes.

L’État doit encore formuler une politique officielle de prise en compte des demandes d’asile, malgré de multiples promesses faites au tribunal dans ce sens. La dernière promesse de ce genre remonte au mois d’octobre 2018.

« Les retards continus accumulés dans le traitement des demandes soumises par les demandeurs d’asile du Darfour ont entraîné l’incertitude – voire une déstabilisation – de la vie des personnes en attente d’une réponse et ils ont donc entraîné des dommages significatifs pour les demandeurs d’asile », a écrit la première magistrate, Esther Hayut, dans le jugement.

Approximativement 6 000 réfugiés soudanais vivent actuellement au sein de l’État juif et ils représentent environ un cinquième de tous les demandeurs d’asile dans le pays. La majorité d’entre eux ont fui le génocide au Darfour, en 2003. Ils vivent depuis en Israël sans statut officiel – ce qui les empêche d’accéder à de nombreux services sociaux de base.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...