Les députés approuvent le contrôleur d’Etat choisi par Netanyahu
Rechercher

Les députés approuvent le contrôleur d’Etat choisi par Netanyahu

Matanyahu Englman a été désigné comme prochain procureur-général de l'Etat d'Israël ; c'est la première fois en trente ans qu'un juge à la retraite n'obtient pas le poste

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le contrôleur de l'Etat Matanyahu Englman (Autorisation/Technion)
Le contrôleur de l'Etat Matanyahu Englman (Autorisation/Technion)

Fait victorieux pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu : la Knesset a voté lundi la désignation de Matanyahu Englman au poste de futur contrôleur d’Etat.

Ce vote a bulletin secret – avec 67 voix « pour » et 45 « contre » – a indiqué que tous les partis qui avaient recommandé que Netanyahu prenne en charge la formation du gouvernement à l’issue des élections du mois d’avril l’ont soutenu, ainsi que deux autres parlementaires.

Englman, 53 ans, est diplômé de la yeshiva Har-Etzion, porte-drapeau du camp national religieux installée dans le bloc d’Etzion, en Cisjordanie. C’est la toute première fois en trente ans que le procureur-général israélien ne sera pas un juge à la retraite. Englman est titulaire d’une licence en économie et en comptabilité et a obtenu une maîtrise en administration commerciale. Entre 2014 et 2018, il a été directeur-général de l’Institut de technologie Technion de Haïfa. L’année dernière, le ministre de l’Education Naftali Bennett l’avait placé à la tête du Conseil de l’enseignement supérieur.

Il remplacera Yosef Shapira à partir du mois prochain.

« C’est un honneur pour moi et je vais prendre ce poste avec humilité et avec un sentiment de devoir national », a commenté Englman suite à son élection.

Les résultats du vote ont amené les analystes à spéculer sur le fait que plusieurs députés arabes israéliens n’avaient pas voté pour le candidat de l’opposition, Giora Romm, ancien attaché militaire aux Etats-Unis et ex-commandant-adjoint des forces aériennes israéliennes.

Le leader de Hadash-Taal Ayman Odeh a rejeté cette accusation, écrivant sur Twitter après le vote : « Le vote était secret mais celui qui redoute de travailler avec les représentants des citoyens arabes israéliens et qui dissémine de fausses rumeurs à leur sujet n’est pas un secret pour autant. Pour le dire clairement : nous avons voté avec l’opposition », a-t-il ajouté.

Netanyahu aurait été inquiet, ces derniers jours, de la possibilité que les partis désireux de prendre part à sa coalition – et qui avaient voté le mois dernier pour Englman – ne se détournent de leurs engagements après le démantèlement de la Knesset, la semaine dernière, et la décision d’organiser de nouvelles élections à la date du 17 septembre.

Le Premier ministre aurait été particulièrement préoccupé au sujet de Yisrael Beytenu, qui n’avait pas rejoint la coalition et qui n’a depuis donné aucune indication sur son éventuelle volonté d’intégrer un gouvernement Netanyahu après le scrutin anticipé prévu cet automne. Le parti laïc de droite a toutefois publié un communiqué lundi matin affirmant qu’il tiendrait sa promesse. Liberman a donné à un journaliste l’opportunité de le filmer en train de voter et la députée Yulia Malinovsky a partagé sur Twitter une photo où elle tenait à la main un bulletin au nom d’Englman.

Les candidats avaient besoin du vote d’au moins 61 députés pour être nommés.

Giora Romm, le 20 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le rôle du contrôleur d’Etat est de réexaminer les politiques et les actions du gouvernement et de ses agences. Selon le site Internet de la Knesset, il est chargé « d’inspecter la légalité, l’intégrité, les normes de gestion, l’efficacité et l’économie des instances auditées ainsi que tout autre sujet qu’il estime nécessaire ».

Le contrôleur d’Etat émet des rapports annuels ainsi que des rapports spéciaux sur les questions qui, selon lui, méritent de retenir une attention particulière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...