Les députés travaillistes britanniques à Corbyn : « trop c’est trop ! »
Rechercher

Les députés travaillistes britanniques à Corbyn : « trop c’est trop ! »

Suite aux protestations de la communauté juive, les députés critiquent leur propre parti au Parlement, accusant la direction de ne pas s'attaquer à l'antisémitisme dans leurs rangs

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn (3e à partir de la droite) lors d'un débat au Parlement britannique sur l'antisémitisme au sein du parti. (Capture d'écran : Parliamentlive.tv)
Le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn (3e à partir de la droite) lors d'un débat au Parlement britannique sur l'antisémitisme au sein du parti. (Capture d'écran : Parliamentlive.tv)

Les députés travaillistes britanniques, ainsi que plusieurs autres députés, ont fustigé leur propre parti mardi pour ne pas avoir réussi à s’attaquer à l’antisémitisme dans ses rangs, lors d’un débat parlementaire animé auquel a assisté le leader Jeremy Corbyn.

La session de trois heures a été convoquée par le Parti conservateur à la suite de protestations et d’un rassemblement devant le Parlement le mois dernier par des Juifs britanniques contre les accusations d’antisémitisme portées par les travaillistes, mais elle a été remplie de discours furieux de députés travaillistes avertissant que le problème était pire qu’il n’y paraît.

De nombreux orateurs se sont fait l’écho des bannières tenues par les membres de la communauté juive lors du rassemblement, répétant l’expression « Trop c’est trop ! » dans leurs discours au Parlement.

Luciana Berger, la députée travailliste juive qui a d’abord exigé que Corbyn explique sa défense d’une peinture murale antisémite qui a déclenché les protestations le mois dernier, a prononcé un discours passionné décrivant les insultes qu’elle a personnellement reçues.

« Les gens m’ont accusé d’avoir deux maîtres, ils ont dit que je suis le serviteur de Tel Aviv, ils m’ont traité d’agent israélien rémunéré, essentiellement de l’antisémitisme de la pire espèce suggérant que je suis un traître à ce pays », a-t-elle dit des messages qu’on lui avait envoyés depuis son interpellation de Corbyn.

Berger a dit qu’elle ne « s’excuserait pas de demander à mon parti de respecter des normes plus élevées », disant que « même un membre antisémite du Parti travailliste est un membre de trop » et ne devrait pas être toléré par la direction.

« L’antiracisme est l’une de nos valeurs essentielles et il n’y a pas si longtemps, la gauche s’est activement opposée à l’antisémitisme. « Cela me fait mal de dire qu’en 2018, l’antisémitisme au sein du Parti travailliste est maintenant plus courant, plus visible et plus corrosif ».

M. Corbyn a quitté la Chambre après le discours de Mme Berger, qui a reçu une ovation debout de la plupart des députés présents au débat.

La collègue travailliste juive Ruth Smeeth a également déclaré qu’elle avait été « la cible d’une campagne de harcèlement et d’intimidation de la part de personnes qui ont osé me dire que les gens comme moi n’ont pas leur place dans le parti dont je suis membre depuis plus de 20 ans ».

Elle a fustigé le « poison » de l’antisémitisme qui prétend « engloutir » son propre parti, mais a juré de ne pas renoncer au combat ou à sa propre adhésion.

« Le mois dernier, nous avons entendu un plaidoyer – trop, c’est trop. Je me lève ici pour dire que nous ne nous laisserons pas intimider dans notre engagement politique, que nous n’abandonnerons pas et que nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que les démons de l’antisémitisme aient été extirpés de notre société », a dit Mme Smeeth.

Andrew Gwynne, secrétaire d’État aux Communautés et au Gouvernement local du cabinet fantôme du Parti travailliste, a répondu aux orateurs, admettant que le parti « devait être meilleur » dans sa lutte contre l’antisémitisme, mais rejetant les appels lancés par certains députés pour que Ken Livingstone, vétéran du parti, et plusieurs autres membres soient exclus de ses rangs.

Le député travailliste Ian Austin a répondu en hurlant que Livingstone doit être « exclu » immédiatement.

Le Labour a suspendu Livingstone en avril 2016 après avoir affirmé qu’Adolf Hitler était initialement un partisan du sionisme « avant qu’il ne devienne fou et ne finisse par tuer 6 millions de Juifs ». Plus tôt ce mois-ci, le parti a prolongé sa suspension de deux ans en attendant les résultats d’une enquête interne.

Les parlementaires d’autres partis ont également interpellé les travaillistes, le secrétaire des communautés conservatrices, Sajid Javid, accusant Corbyn d’un « manque de leadership et de clarté morale profondément inquiétant » sur la question. Stewart MacDonald, du Scottish National Party, a déclaré qu’il était « inacceptable de tenir les électeurs juifs responsables des actes du gouvernement israélien », une accusation que certains ont dit avoir été encouragée par Corbyn, un critique de longue date des actions israéliennes contre les Palestiniens.

Les allégations d’antisémitisme au sein du parti travailliste se sont multipliées depuis que Corbyn, un socialiste pro-palestinien, a été élu chef du principal parti d’opposition britannique en 2015.

Au cours du rassemblement du 26 mars, environ 1 500 manifestants se sont réunis devant le Parlement britannique dans le cadre d’une manifestation sans précédent organisée par les dirigeants juifs britanniques, généralement peu enclins à la publicité.

Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique d’opposition Jeremy Corbyn et l’antisémitisme au sein du Labour, devant le Parlement dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

Lors de l’appel à la manifestation, une lettre ouverte du Board of Deputies of British Jews, la principale organisation représentative des Juifs britanniques, et le Jewish Leadership Council ont accusé Corbyn de se ranger du côté des antisémites « encore et encore ».

La lettre disait que le dirigeant travailliste a été « vu à plusieurs reprises aux côtés de personnes ayant des opinions ouvertement antisémites », mais « prétend ne jamais les entendre ou les lire ».

Kalen Ockerman's mural 'The Enemy of Humanity' (photo credit: YouTube screen shot)
La fresque de Kalen Ockerman : « L’Ennemi de l’Humanité » (Crédit : Capture d’écran YouTube)

La manifestation au sujet de la peinture murale a été déclenchée par un commentaire sur Facebook datant de 2012 qui a récemment été dévoilé.

Corbyn a apporté son soutien à un artiste de rue dont la peinture murale dans l’est de Londres représentait un groupe d’hommes d’affaires et de banquiers, certains d’entre eux juifs, comptant l’argent autour d’un plateau de style Monopoly en équilibre sur le dos d’hommes au teint sombre. La peinture murale a été retirée depuis. Corbyn a depuis lors dit qu’il avait eu tort de défendre la « liberté artistique » du peintre sans avoir regardé de plus près l’image.

Dans une déclaration publiée le jour de la manifestation, Corbyn s’est engagé à être « un adversaire militant de l’antisémitisme », en disant à la communauté juive : « Dans ce combat, je suis votre allié et je le serai toujours ».

Quelques jours plus tard, il a assisté à un Seder de Pessah organisé par une organisation juive d’extrême gauche qui a rejeté les allégations d’antisémitisme au sein du parti travailliste comme étant une « calomnie » et a appelé à « disposer d’Israël ». Corbyn a dit qu’il avait « beaucoup appris » lors de l’événement.

Quelques jours plus tard, il a assisté à un Seder de Pessah organisé par une organisation juive d’extrême gauche qui a rejeté les allégations d’antisémitisme au sein du parti travailliste comme étant une « calomnie » et a appelé à ce que Israël soit « éliminé ». Corbyn a dit qu’il avait « beaucoup appris » lors de cette rencontre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...