Les derniers développements à la frontière avec le Liban
Rechercher

Les derniers développements à la frontière avec le Liban

Israël, qui aurait découvert un troisième tunnel, a tiré sur des membres présumés du Hezbollah libanais à sa frontière

Les militaires israéliens creusent le sol au sud de la frontière avec le Liban pour découvrir des tunnels d'attaques du Hezbollah qui entrent sur le territoire israélien, le 5 décembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Les militaires israéliens creusent le sol au sud de la frontière avec le Liban pour découvrir des tunnels d'attaques du Hezbollah qui entrent sur le territoire israélien, le 5 décembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a tiré samedi sur des membres présumés du Hezbollah à la frontière libanaise, quelques jours après qu’Israël a repéré sur son sol des tunnels d’attaque du mouvement terroriste chiite libanais, ont fait savoir les militaires.

Une porte-parole de l’armée israélienne a indiqué à l’AFP que l’incident de samedi s’est déroulé près de Yiftah, au sud de la ville de Metula près de laquelle a été découvert le premier tunnel partant du Liban.

Les soldats ont « repéré trois suspects, visiblement des agents du Hezbollah, tentant de s’approcher » d’un endroit où ils menaient des travaux dans une enclave située au nord de la clôture de sécurité, alors que l’armée continue l’opération Bouclier du nord qui a pour objectif de détruire les tunnels d’attaque creusés par le Hezbollah sous la frontière.

Les militaires ont indiqué penser que les trois hommes avaient tenté d’utiliser la couverture des intempéries pour s’approcher des forces israéliennes. Les troupes « ont tiré sur les suspects conformément aux procédures standards d’opération. Les trois (suspects) ont fui. Le travail dans la zone s’est poursuivi comme prévu », selon l’armée israélienne.

L’ONU a confirmé jeudi l’existence d’un tunnel en Israël près de la frontière du Liban, parlant d’une découverte « grave », deux jours après une opération de l’armée israélienne lancée pour détruire, selon elle, des tunnels d’attaque du Hezbollah repérés sous son sol.

L’agence nationale libanaise ANI a rapporté de son côté que l’armée israélienne avait tiré près du village de Mays al-Jabal, après avoir été « surprise » en raison du brouillard par « une patrouille de routine des renseignements de l’armée libanaise ».

Israël a annoncé mardi le lancement d’une opération surnommée « Bouclier du nord », qui vise à trouver et à détruire les passages souterrains creusés par le Hezbollah qui pénètrent en Israël.

Les militaires israéliens estiment que les tunnels pourraient être utilisés comme une composante-surprise lors d’une éventuelle guerre, permettant une infiltration souterraine en masse de combattants.

L’armée a, jusqu’à présent, découvert deux tunnels, en l’attente actuellement d’un troisième.

Un haut-responsable israélien a déclaré jeudi que les tunnels trouvés étaient assez larges pour permettre à des « bataillons entiers » d’entrer sur le territoire israélien pour y perpétrer « des tueries, des kidnappings et pour conquérir des villes et des villages israéliens ».

Le nombre de tunnels creusés par le groupe terroriste tel que défini par les estimations de l’armée ainsi que d’autres informations liées à l’opération militaire israélienne ont été interdits à la publication sur ordre du censeur militaire.

L’armée a appelé jeudi les forces de maintien de la paix de la FINUL et l’armée libanaise à l’aider à neutraliser la menace de l’un des tunnels, alors qu’elle s’efforçait de localiser l’ouverture du passage souterrain du côté israélien de la frontière.

La Force intérimaire de l’ONU a dit jeudi être « engagée avec les parties pour assurer d’urgence un suivi de la situation ».

Un porte-parole a noté que l’armée avait la certitude que ce troisième tunnel existait et qu’il pénétrait au sein de l’Etat juif mais que les militaires ont été jusqu’à présent dans l’incapacité de trouver son entrée spécifique en raison de la pierre caillouteuse et des intempéries récentes.

Les soldats de l’armée israélienne recherchent les tunnels d’attaque du Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise, le 4 décembre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Un ministre israélien a expliqué vendredi que les militaires pourraient avoir l’obligation d’entrer plus profondément au Liban pour s’attaquer à certains tunnels.

« Si nous estimons que pour déjouer la menace des tunnels, il faudra mener des opérations de l’autre côté, alors nous opérerons de l’autre côté de la frontière », a dit Israel Katz, à la tête des ministères des Renseignements et des transports, à Radio Tel Aviv, selon Reuters.

Une incursion israélienne au Liban pourrait entraîner une confrontation majeure avec le Hezbollah.

Jeudi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti que le Hezbollah cherchait à envoyer des « bataillons complets » en Israël, et notamment via les tunnels, pour capturer les terres et enlever et tuer des Israéliens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sort d’un hélicoptère lors de son arrivée dans le nord d’Israël, le 6 décembre 2018 (Crédit : Amit Shabi/Yedioth Ahronoth/POOL)

Netanyahu a averti que le Hezbollah cherchait à infiltrer « plusieurs bataillons » en Israël – pour mettre la main sur des territoires mais également pour « assassiner et kidnapper ». Les tunnels du Hezbollah sont « plus larges » que ceux du groupe terroriste du Hamas, dans la bande de Gaza, a dit le Premier ministre.

« Si vous regardez les tunnels du Hamas, ils sont très étroits – conçus à la base pour une seule personne. Les tunnels du Hezbollah sont larges. Ils permettent à plusieurs individus d’entrer en même temps et de faire entrer également des motos, des véhicules – j’en suis sûr – et ainsi de suite », a-t-il déclaré à un groupe d’envoyés étrangers alors qu’ils visitaient le secteur.

Ce qui implique, a ajouté Netanyahu, qu’ils permettent « l’entrée en Israël de nombreuses forces de manière simultanée, de plusieurs bataillons sur notre territoire, dans le but d’isoler nos communautés ici, villes et kibboutz, puis de lancer une campagne de meurtres et de kidnappings – qui peut d’ailleurs se faire simultanément ».

Netanyahu a vivement recommandé aux diplomates étrangers de condamner et de sanctionner le groupe terroriste chiite pour ses actes d’agression.

« Israël attend une condamnation sans équivoque du Hezbollah, l’imposition de sanctions supplémentaires contre l’Iran, la condamnation du gouvernement libanais et la demande qu’il cesse de donner son approbation à l’utilisation de son territoire pour ces attaques contre Israël », a-t-il dit aux ambassadeurs étrangers venus du monde entier.

« Nous pensons que le Hezbollah devrait être condamné avec force et universellement pour cet acte d’agression », a clamé Netanyahu, pointant également l’Iran, allié du Hezbollah, et le Liban.

« Ils laissent leur territoire être utilisé dans un acte d’agression contre un Etat voisin, et ils laissent leurs citoyens être utilisés comme des pions », a-t-il ajouté à propos du Liban.

Le Kremlin a indiqué samedi que Netanyahu avait appelé le président russe Vladimir Poutine pour discuter de l’opération de destruction du tunnel.

Poutine a « souligné la nécessité d’assurer la stabilité le long de la ligne séparant Israël et le Liban », selon l’ambassade russe en Israël.

Le Hezbollah est la seule faction libanaise à avoir conservé ses armes après la guerre civile du Liban (1975-1990).

L’AFP, Judah Ari Gross et Michael Bachner ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...