Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Les dirigeants, et non les médias, sont responsables du mécontentement, dit Gantz à Netanyahu

Le ministre promet aux familles d'otages que le gouvernement "prendra des décisions difficiles... si une offre sincère est faite", en réponse aux rumeurs de trêve

Le ministre Benny Gantz réagit suite à la mort de 21 soldats à Gaza, lors d'une réunion à Ramat Korazim, dans le nord d'Israël, le 23 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le ministre Benny Gantz réagit suite à la mort de 21 soldats à Gaza, lors d'une réunion à Ramat Korazim, dans le nord d'Israël, le 23 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Le ministre du cabinet de guerre, Benny Gantz, s’en est pris mercredi au Premier ministre Benjamin Netanyahu pour ses récentes critiques contre les médias, alors que les tensions entre les dirigeants qui mènent la guerre d’Israël contre le Hamas se font de plus en plus publiques.

Dans un communiqué de presse, Gantz a réagi aux informations faisant état de la possibilité de voir la libération d’autres otages enlevés lors de l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre dans le cadre d’un nouvel accord visant à mettre fin aux combats à Gaza, et a reconnu que tout accord de ce type nécessiterait des compromis qui ne seraient pas populaires.

« Je promets aux familles des otages et à l’ensemble de la population que, tout comme nous avons su par le passé prendre des décisions difficiles, nous saurons en faire autant à l’avenir si une offre véritable nous est présentée », a déclaré Gantz.

« La responsabilité incombe aux dirigeants, et non aux studios [de télévision]. C’est notre responsabilité à nous seuls », a-t-il ajouté.

Ces propos semblaient viser Netanyahu, qui a intensifié ses critiques à l’égard des « studios », qu’il semble rendre responsables des signes de mécontentement croissant à la gestion par le cabinet de guerre de la campagne contre le Hamas.

« Il n’y a pas de substitut à la victoire. J’entends les débats en direct dans les studios, les analystes et toutes sortes de commentateurs qui disent : ‘C’est impossible’ et ‘Ce n’est pas nécessaire’. [Mais] c’est possible et c’est nécessaire, et nous n’avons pas d’autre choix que la victoire absolue », a affirmé Netanyahu à un groupe de cadets lors d’une visite d’une base militaire mardi.

Netanyahu a par ailleurs refusé d’assumer toute responsabilité concernant les massacres du 7 octobre, contrairement au ministre de la Défense, Yoav Gallant, et aux chefs des services de sécurité, qui ont admis qu’ils avaient failli à empêcher les atrocités.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une session spéciale pour les 75 ans du parlement à Jérusalem, le 24 janvier 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Porte-parole de la Knesset)

Dans ses remarques, Gantz a dénoncé les « fuites partiales » au sujet des négociations concernant un accord sur les otages, « qui déchirent les familles et la nation, et qui nuisent aux efforts considérables investis dans ce dossier ».

« Le retour des otages n’est pas seulement un objectif prioritaire dans le calendrier [de la guerre], c’est aussi un devoir moral pour le pays », a-t-il déclaré.

Gantz, qui dirige le parti HaMahane HaMamlahti, a souligné que la poursuite de cet objectif « urgent » ne se substituerait pas à l’autre objectif principal déclaré d’Israël dans la guerre : chasser du pouvoir le Hamas, qui dirige la bande de Gaza.

« Nous ne renoncerons jamais à cet [objectif] », a-t-il déclaré. « Le désir de ramener les otages vivants est une source de force. Il fait partie de ce qui fait de nous une société qui aspire à la vie et qui est prospère, qui a une raison de se battre. »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, qui, avec Gantz et Netanyahu, est le seul autre membre votant du cabinet de guerre, a également commenté mercredi la situation des otages, qualifiant leur retour de test de la « force morale » d’Israël.

« Quel droit avez-vous d’arrêter quand il y a [132] otages à Gaza, et que vous savez que si vous continuez l’opération, vous arriverez à une situation où la pression sur le Hamas finira par l’amener à faire quelque chose, comme cela a déjà été le cas », a affirmé Gallant aux troupes lors d’une visite à la frontière de Gaza, selon le bureau de Gallant.

Il a également affirmé que les dirigeants du Hamas à l’étranger étaient « les plus extrémistes » en matière de négociations, et que les chefs du groupe terroriste à Gaza faisaient pression pour que les combats cessent.

« Le Hamas est très affecté », a souligné Gallant. « Nous allons démanteler le Hamas et ramener les otages. »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’adresse à des troupes le long de la frontière avec Gaza, le 24 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Gallant et Gantz ont répondu aux critiques formulées plus tôt dans la journée de mercredi au sujet des informations faisant état de progrès dans les négociations avec le Hamas. Des responsables diplomatiques anonymes cités par la presse israélienne ont déclaré que les informations faisant état de progrès dans les pourparlers étaient « fausses » et que le fossé entre les deux parties ne cessait de se creuser.

Israël s’est engagé à poursuivre le combat jusqu’au démantèlement complet du Hamas et à la libération de ses otages

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils, et les ont emmenées à Gaza.

Le gouvernement est soumis à une pression croissante pour parvenir à un accord sur la libération des otages et le retour des dépouilles d’otages tués encore aux mains du Hamas. Plus de 100 otages avaient été libérés lors d’une trêve d’une semaine fin novembre.

Des femmes manifestent pour la libération des otages israéliens détenus par les terroristes du Hamas à Gaza, à Rosh Pina, le 24 janvier 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

132 otages kidnappés par le Hamas le 7 octobre se trouveraient encore à Gaza. Tsahal a confirmé la mort de 28 d’entre eux, citant de nouveaux renseignements et de nouvelles preuves obtenues par les troupes opérant dans la bande de Gaza. Les corps de 11 otages, dont trois tués par erreur par l’armée, ont été récupérés jusqu’à présent dans la bande de Gaza.

Le Hamas détient par ailleurs les corps de Oron Shaul et Hadar Goldin, soldats de Tsahal tués en 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui sont tous deux censés être en vie après être entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef en 2014 et 2015.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.