Les eaux usées contribueraient à la détection précoce d’épidémies de coronavirus
Rechercher

Les eaux usées contribueraient à la détection précoce d’épidémies de coronavirus

Grâce à cette méthode, des chercheurs israéliens ont découvert une épidémie inconnue jusqu'alors dans un quartier d'Ashkelon ; le projet pourrait se développer à d'autres villes

L'usine de traitement des eaux usées de Gush Dan à Rishon Letzion le 22 novembre 2018. (Isaac Harari/Flash90)
L'usine de traitement des eaux usées de Gush Dan à Rishon Letzion le 22 novembre 2018. (Isaac Harari/Flash90)

La recherche israélienne pourrait avoir trouvé un moyen de mieux identifier les foyers de coronavirus : analyser des échantillons d’égouts pour y détecter des traces du virus.

Le projet, mené par l’entreprise Kando, spécialisée dans la gestion des eaux usées, avec des chercheurs d’institutions telles que l’université Ben-Gurion et le Technion de Haïfa, est similaire aux travaux menés dans d’autres pays, rapporte l’agence de presse Reuters.

Les chercheurs ont découvert une épidémie inconnue jusqu’alors dans un quartier de la ville côtière d’Ashkelon en utilisant cette méthode, indique Reuters.

Ils ont d’abord choisi Ashkelon parce qu’ils pensaient que relativement peu de traces du virus seraient trouvés dans les eaux usées.

Cette méthode est considérée comme un moyen plus rapide de découvrir les foyers épidémiques que les tests individuels.

Kando a indiqué être en pourparlers avec plusieurs autres municipalités – en Israël et à l’étranger – pour mettre en place son système.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...