Les élèves arabes israéliens ont séché les cours pour manifester
Rechercher

Les élèves arabes israéliens ont séché les cours pour manifester

Des centaines d'adolescents de Sakhin ont protesté contre les règles imposées à la mosquée al-Aqsa et ont appelé à une Intifada

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des Palestiniens crient en face de forces de sécurité israéliennes qui bloquent une route menant à l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 13 septembre 2015 (Crédit Photo : Ahmad Gharabli / AFP)
Des Palestiniens crient en face de forces de sécurité israéliennes qui bloquent une route menant à l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 13 septembre 2015 (Crédit Photo : Ahmad Gharabli / AFP)

Des centaines d’étudiants arabes de la ville de Sakhin, lundi, ont déserté les salles de classe pour manifester contre ce qu’ils ont appelé les nouvelles règles israéliennes sur l’accès à la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem.

Les élèves de quatre écoles dans et autour de la ville en Galilée, dans le nord d’Israël, se sont rassemblés devant l’hôtel de ville de Sakhnin avec des banderoles appelant à une Intifada, brandissant et agitant des drapeaux palestiniens.

Les manifestants ont déclaré que la manifestation était contre les changements, qu’Israël a apportés, selon eux, au status quo au mont du Temple, en interdisant l’entrée aux fidèles de sexe masculin de moins de 40 ans et en gardant des milliers de femmes et d’enfants en dehors du site, qui a été le théâtre de plusieurs jours de violents affrontements de la semaine dernière.

Un porte-parole de la police israélienne a nié ces allégations. Le porte-parole a noté que la police a refusé l’accès au site, vendredi, des fidèles musulmans de sexe masculin de moins de 40 ans, par crainte de la recrudescence de la violence, mais qu’elle ne limitent pas l’entrée des femmes.

Le maire de Sakhnin, Mazen Ganaim, a déclaré que la manifestation, qui comprenait quelque 500 lycéens et collégiens, était non autorisée.

« La manifestation a eu lieu sans notre autorisation et sans permis de la police et j’ai exigé sa fin immédiate », a déclaré Ganaim, selon le site hébreu Maariv.

La manifestation était organisée par l’intermédiaire d’une campagne sur Facebook qui a appelé les étudiants à abandonner l’école et à descendre dans les rues à 10 h.

Ganaim a précisé qu’il a rencontré avec les étudiants. « Je leur ai demandé d’arrêter la manifestation, et en même temps je leur ai clairement dit qu’il est juste que leurs revendications soient entendues, mais nous devons respecter la loi et les élèves ont accepté ma demande ».

La Deuxième chaîne a indiqué que Ganaim a transmis un message plus sympathique aux étudiants, en leur disant : « je comprends votre colère ; il est interdit d’impacter sur les fidèles et la sainteté de la mosquée al-Aqsa. Nous ne permettrons à personne de nuire à nos mosquées et aux églises ».

Les manifestants ont fini par se disperser et sont retournés en classe.

Le leader du parti Yisrael Beytenu, le député Avigdor Liberman a demandé au ministre de l’Education de renvoyer tous les directeurs des écoles impliquées dans la manifestation.

« Je demande au ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, de prendre des mesures sévères contre tous ceux qui sont impliqués et d’être clair sur le fait qu’Israël ne parrainera pas ceux qui travaillent contre lui ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...