Les élus US soutiennent la loi « Elie Wiesel » de lutte contre les génocides
Rechercher

Les élus US soutiennent la loi « Elie Wiesel » de lutte contre les génocides

La mesure de la Chambre qui portera le nom du chroniqueur de la Shoah et militant des droits de l'Homme engagerait les Etats-Unis à pourchasser et à combattre les génocides

Elie Wiesel, auteur, prix Nobel de la Paix et survivant de la Shoah, devant l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 24 janvier 2005. (Crédit : Don Emmert/AFP)
Elie Wiesel, auteur, prix Nobel de la Paix et survivant de la Shoah, devant l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 24 janvier 2005. (Crédit : Don Emmert/AFP)

WASHINGTON — Le Chambre des représentants américaine a approuvé à une majorité écrasante un projet de loi portant le nom d’Elie Wiesel qui ferait de la lutte contre les génocides une politique officielle américaine.

Le projet de loi qui a été approuvé mercredi dans un vote à 406 voix « pour » contre cinq « contre » exigera que l’exécutif fasse un rapport annuel devant le congrès consacré à l’identification des signes avant-coureurs de génocide, formant les responsables américains pour qu’ils soient en mesure de détecter les régions potentielles où un génocide pourrait survenir. Ils seront également sensibilisés aux moyens utilisables par les différentes administrations pour limiter les génocides par le biais d’une médiation des Etats-Unis, entre autres.

La législation engagerait les Etats-Unis à soutenir la nécessité d’une responsabilité pénale pour les génocides passés.

Ce sont les représentants Ann Wagner, républicaine du Missouri, et Joe Crowley, démocrate de New York, qui sont les auteurs de cette loi, la « Genocide and Atrocities Prevention Act », qui portera également le nom d’Elie Wiesel, qui a écrit sur la Shoah et lauréat du prix Nobel de la paix décédé en 2016.

Au cours des décennies, Wiesel a conseillé les présidents des deux partis sur les commémorations de la Shoah et la prévention des génocides.

Le représentant Ed Royce, républicain de Californie, qui est à la tête de la commission des Affaires étrangères de la chambre, a remarqué avant le vote que les Etats-Unis ont toujours eu un rôle de leader dans la lutte contre les génocides mais que « l’on peut en faire davantage. Les efforts américains ont été largement réactifs et désordonnées, avec peu de transparence ou de supervision ».

Le soutien bipartisan écrasant accordé au projet de loi survient dans un contexte de préoccupations de la part communauté de la politique étrangère américaine, qui craint que le président Donald Trump ne soit en train d’abandonner le rôle leader pris par les Etats-Unis dans la promotion des droits de l’Homme.

Un projet de loi similaire est actuellement pris en considération au sénat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...