Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Les établissements éducatifs fermés pour deux jours suite à l’attaque iranienne

Le ministère de l'Éducation a reçu « beaucoup de plaintes » de parents d'enfants avec des besoins spéciaux ; des écoles ultra-orthodoxes ont ouvert au mépris des consignes

La grille cadenassée d'une école fermée à Safed, dans le nord du pays, le 14 avril 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)
La grille cadenassée d'une école fermée à Safed, dans le nord du pays, le 14 avril 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Avant l’attaque de drones et de missiles iraniens sur Israël, tôt dimanche matin, Israël a annoncé samedi soir l’interdiction de toute activité éducative dans l’ensemble du pays à compter de dimanche matin et ce, jusqu’à lundi soir.

La plupart des établissements scolaires israéliens étant déjà en vacances en amont de Pessah, la semaine prochaine, la consigne concerne pour l’essentiel les activités péri-éducatives, à commencer par « les structures d’éducation spéciale, dortoirs, garderies et voyages de mouvements de jeunesse », avec de tout annuler durant deux jours.

La directive interdit également les rassemblements de plus de 1 000 personnes, événements sportifs, cours et activités pour les jeunes compris, sans oublier les concerts et autres grands événements. Les cours à l’université ont également été annulés.

Une semaine avant Pessah, avec les écoles fermées mais des parents encore au travail, nombreuses sont les familles à compter sur ces structures, comme en témoigne Yulia Ben Moshe, 54 ans, originaire de Hadera, sur la côte.

« Je suis très déçue », confie-t-elle au Times of Israël par téléphone dimanche. Son fils de 16 ans, en fauteuil roulant, a besoin d’un appareil respiratoire et d’autres équipements spéciaux, et le fait d’être cloitré chez lui est source de grandes difficultés pour la famille, explique-t-elle.

« La situation est difficile, et il faut que des choses soient prévues en pareil cas. Chaque fois qu’il se passe quelque chose, les familles doivent se débrouiller toutes seules », ajoute-t-elle, en parlant des parents d’enfants avec des besoins spéciaux.

Une salle de classe vide lors d’une grève générale de certaines municipalités et autorités locales, dans une école de Tel Aviv, le 15 mai 2023. (Crédit : Flash90)

« C’est un problème récurrent lors des moments d’urgence », ajoute Ben Moshe.

Revital Lan Cohen, de la Coalition pour les enfants handicapés, groupe de coordination pour les parents d’enfants souffrant de handicaps mentaux et physiques, rappelle que « les enfants avec des besoins spéciaux ont généralement besoin de ces structures. Ce n’est pas exceptionnel, c’est directement lié à leurs besoins spéciaux. »

Il est compréhensible que les programmes soient annulés, admet-elle, mais « comment les parents pourraient-ils travailler en pareilles circonstances ? On ne peut pas nous laisser comme ça sans nous proposer d’aide ! »

Lan Cohen rappelle que les structures d’accueil pour les enfants avec des besoins spéciaux, chargées de prendre le relais du système scolaire en périodes de congés, sont financés par le ministère de l’Éducation, qui devrait dès lors être en mesure de mettre en place des solutions d’urgence pour les familles dans le cas de fermeture des structures pour raisons de sécurité.

Le ministère a reçu « beaucoup de plaintes », dimanche, de la part de parents d’enfants avec des besoins spéciaux, explique une source interne au ministère au Times of Israël, et le ministère a demandé au commandement du Front intérieur de Tsahal de réexaminer la situation afin de permettre, le cas échéant, à ces structures de fonctionner comme d’habitude lundi.

« Nous comprenons que c’est difficile et nous tentons de trouver des solutions. Mais personne ne veut mettre les enfants en danger », précise le responsable. Les fermetures, prises pour des motifs de sécurité, ne relèvent pas directement de décisions du ministère de l’Éducation, ajoute-t-il.

Des étudiants étudiant à la yeshiva Kamenitz, à Jérusalem, le 25 juillet 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90/Dossier)

Au sein du système scolaire ultra-orthodoxe, certains établissements ont ouvert leurs portes dimanche au mépris de la directive du Commandement du front intérieur, ont rapporté plusieurs sources dans les médias israéliens.

Le chef de la communauté lituanienne, le rabbin Dov Landau de Bnei Brak, a publié une déclaration dimanche matin demandant aux écoles ultra-orthodoxes et aux yeshivot d’ouvrir pour les élèves de CM1 et au-delà, mais sans étudier la Torah ou d’autres sujets, selon une information donnée par Haaretz.

Selon cette même information, la communauté hassidique dans son ensemble serait partagée sur la question, certaines écoles ayant effectivement ouvert, mais d’autres non. Le système scolaire ultra-orthodoxe est en congés depuis le début du mois hébraïque de Nissan, la semaine dernière.

Lors des congés, les bâtiments sont souvent disponibles pour d’autres apprentissages voire d’autres utilisations.

Avec une force qui dénote par rapport à ses interventions en la matière, le ministère de l’Éducation a déclaré dimanche « prendre très au sérieux toute infraction » aux consignes édictées par le commandement du Front intérieur, ajoutant que « les établissements qui ne se conformeraient pas aux directives feraient face à de sévères sanctions ».

Le système scolaire arabe israélien, en congé la semaine dernière pour la fin du ramadan et la fête de l’Aïd, devrait fonctionner normalement cette semaine, à l’exception de ces deux jours, a déclaré le ministère de l’Education.

La plupart des académies pré-militaires ont annulé leur programme, supposé durer une semaine entière, et renvoyé leurs étudiants, a fait savoir le porte-parole du Conseil conjoint des académies pré-militaires au Times of Israel.

Lors de l’attaque iranienne de la nuit précédente, quelque 300 drones et missiles ont été tirés sur l’État juif, dont la quasi-totalité ont été interceptés par les défenses aériennes d’Israël et de ses alliés.

Depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, le 7 octobre dernier, le Commandement du front intérieur publie périodiquement des consignes destinées à la population, d’application parfois différentiée suivant la région, grâce à un code couleur, mais toujours adossées à des considérations de sécurité forcément évolutives.

La dernière directive, émise samedi soir, restera en vigueur jusqu’à lundi, 23 heures, date à laquelle le commandement du Front intérieur en publiera une version actualisée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.